Arrow Table de matières
8727150

CONCLUSION GENERALE

Au terme de ce travail intitulé : «Les conflits du pouvoir coutumier dans le groupement Mudusa en Collectivité Chefferie de Kabare (1936-2005). A ce stade, il est important de présenter les résultats auxquels nous sommes arrivés.  Après l’analyse des données à travers les trois chapitres de ce travail, nous sommes convaincus d’avoir vérifié les hypothèses émises dans l’introduction générale.    

         En effet, nos hypothèses nous ont amené à affirmer que les causes principales de ces conflits sont, notamment : le mode d’acquisition du pouvoir dans le groupement Mudusa, les faiblesses de certains chefs au pouvoir, la non information de la population sur le fonctionnement des services publics au sein du groupement et les exactions entrainant une insécurité permanente dans le milieu. Le premier Chapitre a présenté le cadre d’étude  et les causes des conflits sous étude. Nous avons abordé, tour à tour, la situation géographique, le peuplement, le relief, le climat, le sol, le pouvoir du Mwami sur la terre, le pouvoir foncier des nobles, le mode d’acquisition des terres au Bushi, les conflits de contrariété de droit et l’organisation politique du groupement Mudusa. Les causes des conflits du pouvoir coutumier dans ce groupement ont attiré notre particulière attention.

Par la suite, nous avons analysé le déroulement  des confits du pouvoir coutumier dans le groupement Mudusa de 1936 à 2005. Ainsi, avons- nous examiné les différents règnes à Mudusa et avons identifié les principaux acteurs et leurs rôles respectifs dans ces conflits. Nous avons constaté que la succession au pouvoir à Mudusa est non traditionnelle ou non héréditaire. Ce qui pose un sérieux problème lors de chaque changement de chef de groupement. Les conflits qui ont surgi à la tête du groupement Mudusa, dans leur ordre chronologique se présentent comme suit: sous le règne de KAciga Mugomoka (1943-1961), sous l’intérim de BIRALI Cirimwengoma (1961-1964), sous le règne de Kerwishi Rutesa (1964-1971), sous le règne de M’Malekera à la tête de la Chefferie de Kabare le conflit entre  Nkunzi et Birali, pendant la Guerre de l’AFDL à Mudusa en 1996, sous le RCD/Goma (1998-2003), sous le règne de Kwibuka Birali (1994-2004) et sous le règne de Kayumpa Musoro (2004 à nos jours).

         Les conséquences de ces conflits sont nombreuses et multisectorielles, en l’occurrence la division de la population  en deux camps (le camp du chef déchu et celui du nouveau chef), depuis le règne de Nkunzi Runyugunya  jusqu’au règne de Kayumpa Musoro, l’on a  assisté à l’exode des habitants vers la ville de Bukavu, et à la mégestion des recettes du groupement. Somme toute, ce travail a démontré que les conséquences des conflits étudiés ont été enregistrées sur le plan politique, économique, social, sécuritaire et culturel. Enfin, quelques pistes de solutions pouvant mettre fin à ces conflits ont été proposées dont la transformation du groupement Mudusa en un groupement traditionnel afin d’endiguer les nombreuses prétentions au pouvoir à la tête de cette entité.     

Partager ce travail sur :