Arrow Table de matières
3162160

CONCLUSION

Pour évaluer l’état de lieu de la sécurité alimentaire dans les ménages à petites exploitation agricole dans le territoire de Kabare et plus particulièrement dans groupement de Mumosho.

 En voici les résultats suivant paramètres observés :

 Les sexes, c'est-à-dire question de savoir si ce sont les femmes ou les hommes qui s’intéressent de plus de l’agriculture en fonction des résultats obtenus il est montrés que ce sont des femmes qui s’intéressent plus des activités agricoles que des hommes.

La superficie cultivée, les résultats trouvés montre à suffisance que la superficie exploitée par un ménage ne dépasse pas 25 ares, étant petite, surexploitée devient pauvre et en conséquence donne un faible rendement.

D’autres facteurs générateurs de revenu à part l’agriculture, d’après les résultats certains cultivateurs se lancent dans l’élevage ; dans le petit commerce, allouer la main d’œuvre, certains font des petits métiers comme la coupe et couture. De toute ces activités l’élevage occupe une place de choix dans les sources de revenu, vue le faible rendement due à l’appauvrissement de sol des petites étendues  exploitées, les agriculteurs s’intéressent plus à l’élevage à cause des revenues qu’il donne par rapport à l’agriculteur.  

Les facteurs contribuant à l’insuffisance alimentaires, la baisse de la récolte est occasionnée  par le fait que les paysans exploitent des petites superficies qui ne sont plus fertile à cause de la surexploitation, l’utilisation des semences locales, la perturbation climatique, le manque d’un autre emploi à part l’agriculture, les dépenses alimentaire,  le non utilisation d’engrais, la pauvreté, la taille de ménage.Nous avions observé corrélation positive entre la taille de ménage et dépenses hebdomadaire, plus la taille de ménage est grande plus les dépenses hebdomadaire des ménage augmente. La deuxième corrélation entre la superficie et la quantité produite montreque la superficie influence significativement le rendement, plus la superficie est trop grande plus le rendement augmente le volume, la troisième corrélation le nombre de champs et l’âge de chefs de ménage et les résultats ont montré plus on a un âge avancé  plus on a un grand nombre de champs à cultivé.

Les résultats montrant la corrélation entre la taille de ménage et la superficie  montre influence positivement à petite proportion, plus on est nombreux dans un ménage plus on a une grande superficie à cultiver.

Selon les résultats obtenus, les principales cultures pratiquées par les agriculteurs de Mumosho sont le manioc, maïs, le bananier le sorgho, le haricot, la patate douce. On constate un déficit de la production alimentaire pour toutes les cultures qui constituent l’alimentation de base de la population (manioc, maïs, haricot, pomme de terre, etc.)

Ces différentes spéculations sont produites en petite quantité alors que la production est bien vitale mais elle n’est pas suffisante.

Existence des stratégies de survie contre l’insécurité alimentaire, d’après les résultats les paysans recourent à la diminution de la quantité de la nourriture, réduire la fréquence de repas, manger les aliments inhabituels, allouer le service pour  les biens de consommation.  

Le nombre de repas, les résultats nous montre que chaque ménage prend en moyenne deux repas par jours. Ces résultats prouvent que les ménages à petite exploitation agricole souffrent de l’insécurité alimentaire.

Malgré ces difficultés que prouvent les ménages à petites exploitation agricole dans le groupement de Mumosho les différentes stratégies de survie qu’ils utilisent les paysans les permettent de maintenir peu soit il leur ménage. Nous suggérons à notre gouvernement et des organisations paysannes actives dans d’autres quoi de la province d’y intervenir pour améliorer les conditions de travail des paysans en leur procurant des intrants sélectionnés, un encadrement adapté par des spécialistes locaux et en leur permettant d’accéder à des ressource financières sous forme de crédits agricole pour assurer  leur sécurité alimentaire.

Partager ce travail sur :