Arrow Table de matières
1259493

CHAPITRE 2 : MILIEU, MATERIEL ET METHODES

Source : Laboratoire GIS, UEA, 2014

1 GROUPEMENT DE MUMOSHO

Le groupement de Mumosho est l’un de quatorze groupements du territoire de Kabare et est situé sur le plateau de Cibemba à l’extrémité du Sud-Est du territoire  avec une superficie de 24km² .il est composé de 4 localités à s’avoir :Mumosho Centre (Cishugi), Mandwe, Igaza et Nyantende,avec une population d’environ 32367 habitats.

Il est limité:

  • A l’Est par la rivière Ruzizi
  • A l’Ouest par le territoire de Walungu groupement de(Lurhala et Kamisimbi)
  • Au Nord par le groupement de Mudusa–Cimpwiji
  • Au Sud par le territoire de Walungu groupement de. (Kanhongo)
  • Education

Le groupement de Mumosho compte au total 13 écoles primaires et 8 écoles secondaires, mais aussi on y trouve des centres d’alphabétisation.

Le tableau 2 : Rapport annuel des années 2010- 2011 les statistiques des enfants scolarisés et non scolarisés à Mumosho.

Tableau n° 4: les statistiques des enfants scolarisés et non scolarisés à Mumosho.

ENFANTS SCOLARISES

ENFANTS NON SCOLARISES

GARCONS

FILLES

TOTAL

%

GARCONS

FILLES

TOTAL

%

4849

5164

10013

49,6

4899

5287

10186

50,4

Source :(chefferie de Mumosho, 2012)

1 MATERIELS :

Pour la réalisation de notre travail, les matériels suivants seront utilisés : Un questionnaire d’enquête, un notebook, un stylons ; un ordinateur pour la saisie et analyse des données et un appareil numérique, Un GPS.

2 METHODOLOGIE

  1. Méthode historique:

Il nous a permis de constituer l’histoire du groupement de MUMOSHO sur tous ses aspects : Géographique, Politique, Agricole, Educatif, Economique, démographique etc.

  1. Méthode descriptive :

Elle nous a permis de découvrir  le groupement de MUMOSHO ; les paysans exploitant des petites superficies. Ensuite il nous a permis de décrire d’autres faits qui cadrent avec la problématique lié à la sécurité alimentaire.

  1. Méthode analytique
  • Elle a été appliquée à toutes les données par entretien ou des questions auxquelles on doit répondre. Elle nous a permis par un ensemble de technique d’analyse de communication visant par procédure systématique et objective de description du contenu du message à obtenir des indicateurs (quantitativement ou non) permettant des connaissances relatives aux conditions de production de ces ménages.
  • la réduction de dimensionnalité, qui consiste à créer, à partir d'un ensemble d'observations, un ensemble réduit d'observations  qui est réputé se comporter comme la population initiale.
  • la corrélation, qui permet d'associer plusieurs variables quantitatives quand elles ont un comportement commun. Le dépouillement a été fait à l’aide d’une base des données conçue avec le logiciel Excel sur Windows7. Les données après nettoyage et formalisation ont été analysées par Statics (Statistical Package for Social Science) et sur le logiciel Excel.

c.1. Observation libre et participative : Pour savoir l’importance et la place  des cultures dans la sécurité alimentaire dans ce groupement, nous nous sommes intégrés dans la communauté  des agriculteurs pour palper les doigts la réalité du terrain.

c.2. Analyse documentaire : C’est une des techniques  qui nous a permis de fouiller différents documents Ouvrages, Mémoires, Cites internet etc., pour enrichir notre travail par des réflexions et découvertes des autres chercheurs qui nous ont précédés.

c.3.  Echantillonnage :   Un plan d’échantillonnage aléatoire stratifié  a été appliqué dans cette étude ; la stratification s’est fait entre les agriculteurs et les agriculteur-leveurs. Quatre localités ont été choisies au hasard et au total 120 ménages  ont été enquêtés selon qu’ils sont concernés par la situation de la sécurité alimentaire.

c.4.  Interview :   Cette technique nous  a rendus capable de recueillir des témoignages  et expériences  auprès des paysans sur les questionnaires qui ont trait à la sécurité alimentaire, aux stratégies développées pour surmonter les défis de la sécurité alimentaire dans les différents ménages dans ces deux groupements.

 d.5. Une recherche bibliographique : qui nous a permis de fouiller plusieurs livres, œuvres, articles et site internet en rapport avec ce travail.

Les paramètres suivants ont été observés :

  • Les sexes des enquêtés : qui nous permettrons de savoir si ce sont les hommes ou les femmes qui s’intéressent de plus de l’agriculture ou se sont les hommes.
  • La superficie cultivée : elle représente l’étendue exploitée par les ménages à petites exploitation agricole.
  • D’autres activités génératrices des de revenus à part l’agriculteur : il est question d’analyser les autres activités qui contribuent à faire face à l’insécurité alimentaire.
  • Les facteurs contribuant à l’insuffisance alimentaire : il est question ici de déterminer les causes liées à ce fléau.
  • Les principales cultures pratiquées par les différents ménages : il s’agit de savoir les espèces végétales exploitées par nos enquêtés, estimer leurs rendements ainsi que celles destinées à la consommation et à procure le revenu.
  • Les causes attribuées à la baisse de rendement : il a été question de vérifier l’état de connaissance des paysans sur les différents paramètres liés à la sous production et leur influence sur la dépendance alimentaire des ménages.
  • L’existence au sein des ménages des stratégies de survie contre l’insécurité alimentaire : il s’agit de se renseigner sur la façon dont les ménages contournent la gravité de la situation étant déjà présentes dans les ménages, évaluer les différentes voix aux quelles font recours les ménages concernés.
  • Nombre de champs que dispose chaque ménage enquêté : il s’agit d’avoir une idée sur le nombre de champs que dispose chaque ménage pour faire se nourrir.

Partager ce travail sur :