Arrow Table de matières
9122418

CHOIX ET INTERET DU SUJET

En dépit de ses énormes potentialités agro écologiques et des efforts de travail consentis par ménages agricoles par an, le territoire de Kabare n'a pu réaliser qu'une production agricole moyenne de 402.890,56 tonne au cours de l’année 2006 toutes cultures confondues, avec une population estimée aujourd’hui à 605475 personnes. En moyenne ce qui fait une production agricole par ménage agricole par an de 0,66 tonnes de produits agricoles toutes cultures confondues (cultures vivrières, maraîchères et fruits). (Adeline NsimireBalika, 2009)

 En ce qui concerne  le territoire de Kabare et plus particulièrement les groupements de MUMOSHO on peut retenir que les  conditions de vie des ménages y sont très mauvaises avec la pauvreté qui touche plus de huit ménages sur dix et un taux de chômage plus élevé que la moyenne national . La majorité de la population travaille dans le secteur informel et  particulièrement  dans l’agriculture mais les revenus qu’elle en tire sont insignifiants (PNUD, 2009)

.Cette situation d’insuffisance de production agricole à Kabare est plus particulièrement dans le groupement qui a fait l’objet de notre étude   entraine  comme conséquences :

- La recrudescence de la faim et de l’insécurité alimentaire ;

- La paupérisation (appauvrissement d’une catégorie sociale) de la population rurale suite à une faible production agricole ;

- L'exode rural suite à entre autres causes : la famine et le chômage en milieu rural ;

- La dépendance alimentaire de l'extérieur. 

Ainsi donc,  pour parvenir à nourrir ses habitants,  le territoire de Kabare et particulièrement le groupement MUMOSHO doit recourir à l'extérieur ; ce qui dénote d’un paradoxe si on compare les potentialités dont regorge cette partie de la  province et le fait que sa population meurt de faim, faute de production insuffisante pour ne fut-ce que se nourrir. Sans une production agricole suffisante et l’absence du surplus à vendre au marché local ou extérieur pour subvenir à d’autres besoins vitaux, la population de Kabare croupit ainsi dans une misère qui ne fait que s’aggraver du jour au lendemain.

 Nous espérons que ce travail aidera les responsables étatiques tant nationaux que provinciaux, les organisations de la dynamique communautaire et les partenaires de développement dans la formulation de programmes utiles pour le développement de cette province et pour le suivi évaluation de la lutte contre l’insécurité alimentaire à Kabare et plus particulièrement dans le groupement qui a fait l’objet de notre étude.

Partager ce travail sur :