Arrow Table de matières
3238017

CHAPITRE III. PRESENTATION DES RESULTATS ET DISCUSSION

Ce chapitre comprend trois sections : la première présente les statistiques descriptives ; la deuxième présente le niveau du déclassement à l‟embauche en RDC, et la troisième expose les résultats des estimations du modèle.

III.1. les statistiques descriptives

L‟objet de cette section est de présenter le profil de personnes enquêtées. L‟échantillon utilisé  est constitué de 3639 salariés pour l‟année 2005 et 6469 salariés pour l‟année 2012 reparti sur l‟ensemble du territoire national comme suit : 

Tableau  3 : Répartition de l‟échantillon par province

2005 

  2012 

Province 

 Effectif 

Fréq en% 

Effectif 

Fréquenc en % 

Kinshasa 

854 

23.48 

1738 

26.86 

Bandudu 

340 

9.35 

609 

9.42 

Bas-congo 

250 

6.98 

423 

6.54 

Katanga 

679 

18.66 

876 

13.54 

Kassai orientale 

225 

6.17 

239 

3.70 

Kassai occidentale 

145 

3.39 

471 

7.28 

Equateur 

286 

7.86 

432 

6.68 

Nord-kivu 

309 

8.49 

493 

7.62 

Maniema 

69 

1.91 

423 

6.54 

Sud-Kivu 

177 

4.89 

157 

2.43 

Prov. Orientale 

304 

8.36 

608 

9.39 

Total 

3638 

100 

1000 

Source : résultats obtenus à partir de la base   

Du tableau ci-dessus on peut noter que  23% des salariés en 2005 et 27% en 2012 résidaient dans la ville province de Kinshasa, suivi du Katanga (18% en 2005 et 13% en 2012). Le Maniema en 2005 et la Sud-Kivu en 2012 sont les provinces qui ont les effectifs les plus faibles.

Tableau  4: analyses des variables quantitatives

2005

2012

Variables

Mean

Std dev

Min

Max

Mean

Std dev

Min

Max

Age

Ancienneté

40.374 10.688

12.267

10.51

15

0

98

56

40.81 9.975

13.36

10.041

15

0

99

52

Source : conception de l‟auteur à partir des données de l‟enquête 1-2-3

Pour les deux années (2005 et 2012) d‟étude, l‟âge moyen des travailleurs  est  de 40 ans avec des écarts type respectivement de 12.267 et de 13.36.  L‟âge minimum est de 15 ans et celui maximum est de 98 pour l‟année 2005 et 99 pour l‟année 2012. Cette moyenne autour de 40 s‟explique par une insertion difficile des jeunes sortant du système éducatif sur le marché du travail frappé par un taux élevé de chômage des jeunes (BCC, 2014). Cependant, les résultats indiquent que l‟ancienneté sur le marché du travail est en moyenne de 10 ans pour les deux années, avec des écarts types respectivement de 10.51 et 10.041 pour 2005 et 2012. Tableau 5: analyses descriptives des variables qualitatives

                    

2005 

                  2012 

Caractéristiques 

Effectifs 

Fréquences 

effectifs 

Fréquences 

Sexe 

Homme 

2963 

81.83 

4982 

77.01 

Femme 

675 

18.57 

1487 

22.99 

Situation  mat 

Célibataire 

599 

16.46 

1151 

17.80 

Marié Monog 

2497 

68.64 

4068 

62.88 

Marié Poly 

151 

4.15 

316 

4.89 

Union Libre 

165 

4.54 

445 

6.88 

Divorcé 

115 

3.17 

226 

3.95 

Veuf/veuve 

111 

3.04 

233 

3.60 

Niveau d’éducation 

Aucun 

410 

6.34 

Primaire 

456 

12.55 

634 

9.79 

Secondaire 

2467 

66.81 

3699 

57.17 

PrognonFormel 

71 

1.95 

35 

0.53 

Universitaire 

610 

16.78 

1551 

23.28 

Post universit 

34 

0.92 

60 

0.93 

Professionnel 

80 

1.24 

CSP 

Cadre de Direct 

245 

6.74 

366 

5.66 

Cadre  Collab 

530 

14.57 

867 

13.41 

Agent de Maitr 

404 

11.09 

845 

13.06 

 Ouvrie qualif 

1.308 

35.97 

2116 

32.71 

 Ouvrier S-Qual 

622 

17.10 

1159 

17.92 

Manœuvre 

529 

14.54 

1116 

17.24 

Type d’Entreprise 

Admin Pub 

1510 

41.51 

2265.0392 

35.01 

Ese Para Pub 

591 

16.23 

1013.799 

15.67 

Ese Privée 

1170 

32.16 

2510.493 

38.81 

ONG 

Ese Associative 

281 

7.71 

104.274 

282 

1.61  4.36 

Ménage 

87 

2.39 

293.451 

4.54 

Total 

3638 

100 

6469 

100 

Source : conception de l‟auteur à partir des données de l‟enquête 1-2-3

Les résultats issus du tableau ci-dessus renseignent que les hommes constituent la majorité des travailleurs salariés en RDC. En effet, en 2005 les hommes représentent 81% travailleurs salariés contre 19% des femmes. En 2012, les hommes représentaient 77.08% contre 22.89% des femmes. La faible participation femmes congolaises au marché du travail semble s‟expliquer par un partage au sein des ménages, entre activités génératrices de revenus, qui seraient plutôt du ressort des hommes, et activités domestiques, plutôt destinées aux femmes mais aussi et surtout par un niveau faible d‟éducation de la part des femmes.

Cependant, aussi bien en 2005 comme en 2012, la majorité des salariés est essentiellement constitué des mariés monogames soit 68% et 63% respectivement. Les célibataires représentent 16% en 2005 et 17% en 2012. Par ailleurs on remarque que le niveau d‟éducation  est faible en RDC. La majorité de salariés  sont détenteurs d‟un diplôme du niveau secondaire (69% en 2005 et 57% en 2012). Cependant, bien que posséder le diplôme du niveau supérieur est un atout pour accéder aux postes stratégiques, seulement  environs

20% des travailleurs congolais sont détenteurs du diplôme universitaire ceci pour l‟année 2005 et 2012.

Dans l‟ensemble de nos enquêtés, les cadres de direction représentent  6.74% en 2005 et 5.66% en 2012, les cadres de collaborations sont de 14.67% et 13.41% respectivement pour l‟année 2005 et l‟année 2012. Les ouvriers sont  largement majoritaires dans le pays, comptant au moins de 50% des emplois salariés pour l‟ensemble de deux bases. les travailleurs manœuvres ont vu leur nombre augmenté légèrement passant de 14% en 2005 à

18% en 2012. Cette grande proportion des travailleurs ouvriers peut s‟expliquer par un faible investissement des congolais en capital humain.

La répartition par secteur institutionnel des emplois est un indicateur synthétique de la structure du marché du travail en RDC. Nos résultats renseignent que le secteur public occupe la première place : 41.51% des travailleurs en 2005  y sont employés au niveau national et 35% en 2012. Les résultats indiquent également que 32 %  des salariés en 2005 et 36% en 2012  travaillaient dans le secteur privé formel et les autres secteurs entre autres les organisations internationales, les entreprises associatives et les ménages étant faiblement représenté. 

Connaissant le profil des nos enquêtés, il est donc important de mesurer la relation entre leurs niveau d‟étude et la catégorie d‟emploi qu‟ils occupent. La section suivante mesure le niveau dé déclassement à l‟embauche en RDC.

Partager ce travail sur :