Arrow Table de matières
2062765

CHAP I CADRE CONCEPTUEL

Ce chapitre s’articule autour de quatre points, à savoir : la définition des concepts clés du sujet, l’énonciation des objectifs que poursuit le travail, la formulation de la problématique ainsi que la présentation de l’objet de l’étude et la justification du choix du sujet.

1.1.    Objet et justification du sujet

1.1.1. Objet de l’étude

L’objet de cette étude consiste à analyser le niveau d’intégration ou d’utilisation des outils (supports ou documents) électroniques dans la recherche scientifique, et d’identifier la plus value que cette utilisation apporte sur les productions scientifiques des chercheurs au sein de l’université de Beni (représentée par l’ensemble des institutions réunies au sein de la Conférence des

établissements supérieurs et universitaires de Beni (CESU/Beni)) et de l’université de Butembo (représentée par l’ensemble des institutions réunies au sein de la Conférence des établissements supérieurs et universitaires de Butembo (CESU/Butembo). 

  1. Objectif général

Notre démarche se propose d’étudier les pratiques d’usage des documents électroniques et leur répercussion sur les recherches des enseignants au sein des universités de l’Est de la République Démocratique du Congo dans un contexte purement numérique. 

  1. Objectifs généraux
  • Le premier volet de ce travail vise à cerner le degré d’appropriation des TIC par les chercheurs dans la réalisation de leurs travaux scientifiques ;
  • Le second volet vise à présenter les éléments que la recherche électronique apporte comme avantage ou gain à la production scientifique de ces universités.

1.1.2. Justification du choix du sujet

Le choix de ce sujet est essentiellement motivé par plusieurs constats qui s’appuient sur la lecture d’une abondante littérature (surtout les mémoires, les articles, les thèses et différents rapports) existante au sein des bibliothèques universitaires dans ces deux villes de la République démocratique du Congo.

Tout d’abord, il faut savoir que les bibliothèques des différentes universités du pays en général et celles de l’est du pays en particulier ne bénéficient pas régulièrement des nouvelles acquisitions. La plupart d’universités ne disposent même pas d’une structure que l’on peut qualifier de bibliothèque faute des subsides de l’État dans ce domaine et il est difficile d’accéder à la documentation nécessaire pour faciliter l’évolution dans le domaine de la recherche en ce qui concerne les productions scientifiques. Malgré cette carence en documentation imprimée, les recherches s’effectuent et le nombre des publications scientifiques augmente.

La seconde motivation concerne l’usage de l’ordinateur et le recours à des sources électroniques à travers l’internet. La navigation sur internet constitue une nouvelle pratique pour ne pas dire un nouveau mode que la plupart des chercheurs utilisent pour accéder à des informations scientifiques disponibles en ligne et actualisées en vue de réaliser des recherches et publier des résultats dans divers domaines de la connaissance. 

1.2.    Problématique

La question des bibliothèques et d’accès à la documentation se pose avec acuité au sein des universités de la R.D.Congo et beaucoup plus à l’est du pays où il est possible de trouver des institutions d’enseignement supérieur et universitaire qui fonctionnent pratiquement sans bibliothèque. En plus, les rares universités qui disposent de bibliothèque possèdent de fonds documentaires qui sont constitués des documents anciens acquis comme dons des partenaires extérieurs et qui ne tiennent souvent pas compte des besoins ni des domaines de recherche ou filières organisées au sein des institutions bénéficiaires. 

Dans ce contexte, il est difficile pour ces universités de mettre à la disposition de leurs chercheurs toute la documentation nécessaire pour la réalisation de travaux scientifiques de qualité. 

Malgré toutes les difficultés liées à cette carence en documentation, les chercheurs effectuent des études et produisent des résultats scientifiques. 

L’intégration des TIC est entrain de provoquer d’importantes transformations au sein de la société savante de Beni et de Butembo. Grâce à l’internet, des flux d’informations de divers domaines de la connaissance sont disponibles et de plus en plus accessibles. Les possibilités de collecte, de traitement et de diffusion de l’information offertes par les TIC sous forme électronique créeraient une véritable révolution scientifique dans les milieux universitaires. On observe actuellement une émergence des productions scientifiques dans presque tous les domaines de connaissances organisés par ces universités.

Cela étant, notre problématique s’articule autour de la question suivante : « quel est l’apport de la recherche électronique au développement des

"

productions scientifiques au sein des universités de l’est de la République démocratique du Congo ? »

Ainsi, pour répondre à cette question, nous partons de deux hypothèses selon lesquelles : 

  1. La recherche électronique, à travers l’internet, développe et génère des nouveaux modes d’usage qui ne rompent pas avec les anciens (document imprimé), mais qui intègrent des nouvelles formes d’accès aux contenus, voire, de sociabilité importante autour des documents et du sujet.
  2. Plus des quantités d’informations (livres, mémoires, thèses, rapports, synthèses…) sont disponibles et facilement accessibles en ligne, plus les chercheurs disposent d’informations ou de données suffisantes pour la réalisation des travaux scientifiques et plus, ils sont tentés de tomber dans le plagiat.

Ainsi donc, à la fin de cette étude, nous espérons apporter notre contribution dans la promotion de la recherche scientifique et présenter les nouvelles possibilités ou applicabilités liées à l’utilisation de supports électroniques dans ce domaine.

1.3.    Définition des termes du sujet

  1. Recherche scientifique

La définition de la recherche scientifique dépend des auteurs auxquels le chercheur se réfère. Il existe plusieurs façons de définir la recherche scientifique. 

De façon sommaire, on entend en général par recherche scientifique, un mode particulier d’acquisition de connaissances utilisant des moyens structurés et systématiques pour recueillir des données, c’est-a-dire des méthodes en vue de mieux comprendre ou expliquer un phénomène.

Selon Legendre (1993), « la recherche scientifique est un ensemble d’activités méthodiques, objectives, rigoureuses et vérifiables dont le but est de découvrir la logique, la dynamique ou la cohérence dans un ensemble

apparemment aléatoire ou chaotique de données, en vue d’apporter une réponse inédite et explicite à un problème bien circonscrit ou de contribuer au développement d’un domaine de connaissances »1.

Pour le site Futura-Forum « la recherche scientifique consiste en une démarche rationnelle, organisée et rigoureuse, pour étudier et comprendre. Elle élève le niveau de la pensée, approfondit par la réflexion et la critique des chantiers déjà ouverts, explore par le raisonnement, l’intuition et l’expérience des domaines encore inconnus de notre univers. Une telle démarche comporte, par ailleurs, des moments de création d’où surgit la formulation d’hypothèses et d’approches inédites qui vont permettre de renouveler des perspectives, des méthodologies ou de procéder à des innovations. La recherche a pour fonction première, la formulation des questions nouvelles et la production de nouveaux savoirs ; elle contribue à créer ou à baliser le futur par le progrès de tous les domaines de la connaissance, de même que par la diffusion et le partage de ces avancées avec la société. Elle constitue à la fois un moyen de former les individus à la découverte du monde et sa compréhension mais aussi une source d’innovation technologique et sociale. La recherche nécessite donc la communication et la diffusion de ses résultats »2.

Par l’approche française, à travers le CNRS (Centre nationale de la recherche scientifique), « la recherche désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également le cadre social, économique, institutionnel et juridique de ces actions »3.

'())*+,-./)+0- -12-,12-3(/,'-.45-'(33-6-70

200388999,56&1(68.-6( 86(.8:'())*,;83,+70323<+.= >6(.-=.*0->2((?=>)(,0?-;=        >)(,0(,.-,=*)1>(@@)-0=

+0-A/0/,*BA(,/6 [email protected](,/6)@/0/,*C)1+-71-)1(68.-D*0)C)[email protected]+E/-)8" CE/-)0C ,-12-,12-C)[email protected]+E/-206'

0-A/0/,*B1+-71-)7-0  http://www.futura-sciences.com/fr/definition/t/internet-

2/d/internet_3983/, 11 Avril 2012.

#

  1. Internet

L’internet est « un réseau de communication international qui permet tant aux entreprises qu’aux particuliers de communiquer entre eux grâce a un ensemble de réseaux et d’ordinateurs. L’architecture du réseau est dite « client serveur » c’est-a-dire que les ordinateurs envoient leurs données (serveurs) vers d’autres ordinateurs équipés de logiciel client ou navigateurs (browsers). Les voies utilisées peuvent être diverses : lignes téléphoniques, liaisons satellites, câbles, fibres optiques, … »4 Internet est constitué d’un ensemble de réseaux nationaux, régionaux et privés qui sont reliés par le protocole de communication TCP/IP5 et qui coopèrent dans le but d’offrir une interface unique à leurs utilisateurs. 

A l’image du téléphone qui permet de converser avec toute personne dont on connait le numéro, Internet est un système mondial d’échange de documents électroniques : textes, fichiers, images, sons et séquences audiovisuelles. C’est l’alliance de l’informatique et des télécommunications qu’on qualifie de télématique au vrai sens du terme. Les utilisateurs d’internet sont désignés par le terme d’internautes, synonyme de cybernaute, de surfer ou de net surfer. L’accès aux informations du réseau internet se fait à partir de lieux (virtuels) qu’on appelle les sites internet.

  1. Production scientifique

Le terme « Production désigne l’action de produire quelque chose… il peut s’agir du pétrole, de la farine ou tout autre produit pour un marchandage. Le terme production s’emploie aussi pour les œuvres littéraires ou pour la réalisation artistique. En économie, la production est l’activité qui apporte de la valeur ajoutée par la réalisation de biens et de services. Elle consiste à transformer des facteurs de production (matières premières, produits intermédiaires, main d’œuvre, énergie…) en nouveaux produits »6 

200388999D'(:)*---.1(6888+70-,[email protected]+7+0+(7C2+)0(,+E/-C*33'+1*0+(7)C.-C'C+70-,7-08

[email protected],-)-7)[email protected],8F.*G83(';)8+70-,7-08H,(0(1('-)

"               (/3+10+(77*+,--+10+(77*+,-.-'*3('+0+E/-

2003889990(/3+-(,:8+10+(77*+,-8,(./10+(7206

&

Par contre est scientifique, une personne spécialisée dans une ou plusieurs sciences.  Ainsi donc, la production scientifique désigne l’action de produire une connaissance ou un ensemble de connaissances dans un domaine de la science. Il s’agit d’un ensemble de produits intellectuels réalisés par un chercheur, une institution, une université, un groupe de scientifiques en vue d’apporter de nouvelles connaissances dans un domaine donné.

  1. La valeur ajoutée

La valeur ajoutée est « un indicateur économique qui mesure la valeur ou la richesse créé par une entreprise, un secteur d’activité ou un agent économique au cours d’une période donnée»7.

En comptabilité, « la valeur ajoutée est une notion qui s’efforce de mesurer la production nouvelle réalisée dans une entreprise »8

Dans le cadre de notre étude, et partant des ces définitions, la valeur ajoutée est l’indicateur de la valeur ou la richesse créée par l’usage de la recherche électronique dans la production scientifique d’une université.

  1. Le plagiat

Selon le Petit Robert, «  le plagiat est l’action du plagiaire, vol littéraire. Il s’agit de l’imitation, le pillage, l’action qui consiste à copier un auteur en s’attribuant indument des passages de son œuvre. »9

« Le plagiat c’est l’utilisation des idées et du travail d’une autre personne (source) sans la citer. Il concerne les textes, mais aussi les données, photos, schémas, lignes de code … et il est considérablement facilité par les technologies de l’information (copier-coller). Le plagiat utilise des moyens tels que : internet, papier (livres, articles), documents gris (intranet d’une entreprise,

                (/3+10+(77*+,--+10+(77*+,-.-'*3('+0+E/-

2003889990(/3+-(,:8+10+(77*+,-8!*'-/,I*J(/0--2065,+' # http://brises.org/notion.php/Valeur-ajoutee/production/consommationsintermediaires/PIB/repartition/notId/39/notBranch/39/?bcsi-ac-

ED4481DDE3DE1057=1E40A5AB000005036Fwdj3kSH7RKew7efa/1YDI3M3KcAAAAAwUAAH

PDJQAIBwAAKAAAAFyUAQA= [archive]

&Paul ROBERT. Petit Robert 1 : Dictionnaire de la langue française. Société du nouveau Littré, Nouvelle édition, Paris (11e), 1979.

rapport de stagiaires des années passées, revues accessibles sur abonnement…), auto-plagiat (recyclage des morceaux de rapports rendus auparavant et copiéscollés dans un autre rapport) »10

Partager ce travail sur :