Arrow Table de matières
1482293

INTRODUCTION

0.1.  PROBLEMATIQUE

L’apprentissage du cours d’informatique aux élèves du territoire d’Uvira, spécifiquement à ceux des écoles du groupement d’Itara/Luvungi est une voie efficace pour conduire ces élèves  vers le développement intellectuel,  moral, social et économique.

          En effet, dans nos écoles de Luvungi, les principaux  facteurs qui empêchent les établissements scolaires d’utiliser les micro-ordinateurs comme outils et matière  d’enseignement et d’apprentissage sont l’insuffisance  des moyens financiers, le nombre insuffisant d’ordinateurs, le manque d’enseignants qualifiés en informatique, l’incapacité des enseignants à pouvoir intégrer l’ordinateur dans différents domaines de l’enseignement et l’absence de programmes appropriés pour l’enseignement de la micro-informatique.

En République Démocratique du Congo, l’informatique est une nouvelle discipline. Elle nécessite dans son enseignement une certaine rigueur, une analyse, une exploitation des manuels et d’autres références d’importance capitale en rapport avec le cours. L’enseignement de l’informatique doit être plus concret qu’abstrait. Ces recommandations de l’enseignement du cours d’informatique s’inscrivent parmi les orientations les plus remarquables qui se confirment dans la didactique de l’informatique. Plusieurs domaines interviennent dans le processus éducatif parmi lesquels l’informatique prend une ampleur dans toute société.

Etant au 20eme siècle, considéré comme celui de la société de l’informatique par la réunion des chefs  d’Etat et des gouvernements à Genève en décembre 2003 dans le cadre du sommet mondial sur la société de l’information , le fondement de ce sommet s’est articulé sur le plan d’action suivant :

  • Fortifier une société de l’information ;
  • Promouvoir la nouvelle technologie de l’information au service des développements ;
  • Promouvoir l’utilisation de l’informatique.

          Ayant pris en compte l’importance que le sommet de Genève offre à l’informatique ou aux nouvelles  technologies de l’information, la République Démocratique du Congo n’a pas hésité d’adopter  cette technologie qui  est devenue un domaine spécifique dans l’éducation nationale congolaise. En voulant promouvoir les objectifs du sommet de Genève, le ministre en charge de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel(EPSP) a reconnu et imposé l’informatique comme matière d’enseignement dans les sections et options organisées dans toutes les écoles de la République Démocratique du Congo.

 Cependant, l’apprentissage d’une telle matière et la maitrise de ces notions de base d’informatique dépendent de plusieurs facteurs notamment :

  • La qualification des enseignants,
  • L’organisation matérielle de l’école,
  • La complexité du programme dans la section suivie,
  • Les conditions socio-économiques des enseignants et des élèves,
  • La structure du contenu de la matière,
  • La motivation des élèves pendant la leçon,
  • Le développement technologique du milieu, etc.…

      Considérant tous ces facteurs évoqués ci-haut et tenant compte des conditions dans lesquelles le processus enseignement-apprentissage se déroule en République Démocratique du Congo, en général, et dans la province du Sud-Kivu, en particulier, nous avons constaté que plusieurs écoles secondaires organisent le cours d’informatique alors qu’elles n’ont pas un équipement informatique approprié. Vu l’implication de l’informatique sur le développement de l’éducation, il est opportun que cet enseignement soit examiné. L’enseignement de l’informatique se heurte à quelques difficultés dans les instituts secondaires d’enseignement de la République Démocratique du Congo, particulièrement  à l’institut Mulangaliro, à l’institut Itara,  à l’institut Kabwika, à l’institut Maniema, à l’institut Neema du groupement d’Itara/Luvungi dans le territoire d’Uvira. C’est pourquoi, nous voulons dans cette étude évaluer l’enseignement du cours d’informatique dans les écoles citées ci-haut.

          Pour toutes ces raisons soulevées ci-haut, nous nous posons les questions suivantes :

  1. Au sein de ces écoles secondaires, l’enseignement du cours d’informatique amène-t-il les élèves à la maitrise des notions prévues au programme national ?
  2. Les enseignants respectent-ils toutes les procédures méthodologiques telles que proposées par le Ministre de l’enseignement primaire, secondaire et professionnel à travers le programme officiel en vigueur ?
  • HYPOTHESES

        En tant qu’une proposition de réponse aux questions qu’on s’est posées dans la problématique généralement considérée comme la transposition directe d’une opposition théorique dans le monde empirique, nous signalons que notre étude porte sur l’évaluation de l’enseignement du cours d’informatique à l’école secondaire.  Les hypothèses suivantes ont été formulées :

  • Le cours d’informatique, serait moins maitrisé par les élèves, à la suite du niveau de qualification des enseignants ne lui accordant pas assez d’importance et ne respectant pas le programme national.
  • Les élèves n’y attacheraient pas d’intérêt par manque de laboratoires équipés et le non organisation des séances pratiques.
  • ETAT DE LA QUESTION

Pour poser le problème à examiner, il nous a semblé utile de nous situer par rapport aux travaux qui ont trait à notre sujet.

La didactique de l’enseignement du cours d’informatique demeure un domaine vaste. Quelques auteurs ont orienté leurs idées vers les stratégies, d’autres vers la problématique, d’autres encore vers les techniques d’évaluation, et ; nos réflexions s’ajouteront à celles d’autres déjà menées et connues.

  • FURAHA CIRIMWAMI: «  Evaluation du niveau de connaissance des élèves en informatique à l’école secondaire en 3ème CI et  en 4ème CI dans quelques écoles  organisant l’option d’informatique », TFC, inédit, département d’informatique de gestion, ISP-Bukavu, 2009-2010. L’auteur  a voulu savoir le niveau qu’ont les élèves de 3ème et 4ème CI de quelques écoles organisant l’option  informatique , et si la matière que les enseignants transmettent aux élèves leur permet de franchir cette option ou faculté à l’ISP.
  • BOTENDE YAKUSU César : « Analyse comparative de l’enseignement du cours d’informatique dans les écoles du groupement d’IKOMA et celui de la Commune de Kadutu », TFC, inédit ISP/Bukavu, 2012-2013. Dans son travail, il a analysé la manière dont le cours d’informatique est dispensé dans les écoles du groupement d’Ikoma et celles de la commune de Kadutu à Bukavu. Après analyse, il est arrivé à la conclusion que le cours d’informatique est mieux dispensé dans les écoles de la commune de Kadutu que dans celles du groupement d’Ikoma en territoire de Walungu, ceci car dans la commune de Kadutu, les élèves ont la possibilité de fréquenter les secrétariats publics, le cyber-cafés et même des laboratoires de leurs écoles.

De notre part, nous nous intéressons à l’évaluation de l’enseignement du cours d’Informatique dans les écoles du groupement d’Itara/Luvungi, en territoire d’Uvira, voilà notre originalité.

  • OBJECTIFS DU TRAVAIL

           Le présent travail, fruit de nos efforts consentis pour l’obtention du diplôme de licence en section  commerciale administrative et informatique en option informatique de gestion poursuit les  objectifs suivants:

  • Evaluer la manière dont le cours d’informatique se dispense dans les instituts : Mulangaliro, Itara, Kabwika ; Maniema, Neema
  • Vérifier si les titulaires de ce cours respectent le programme national en vigueur;
  • Proposer des pistes de solution pour la réussite de l’enseignement du cours d’informatique dans cette contrée ;
  • Vérifier si le titulaire de ce cours utilise les matériels didactiques lors de l’enseignement.
  • CHOIX ET INTERET DU SUJET

Il est déraisonnable d’agir sans intérêt; c’est pourquoi le lecteur peut se  poser la question de savoir pourquoi avons-nous choisi un tel thème de recherche : « L’évaluation de l’enseignement du cours d’informatique dans les écoles secondaires du territoire d’Uvira, cas spécifique du groupement d’Itara/Luvungi ».

Nous avons choisi ces écoles, car nous y étions enseignantes  durant une année et nous avons vécu certaines réalités handicapant l’apprentissage de ce cours. Ainsi, ce travail aidera les enseignants de ces écoles et plus particulièrement le Ministre chargé de l’EPSP à faire une évaluation objective de l’état d’enseignement du cours d’informatique, une sphère d’apport au développement de la République Démocratique du Congo.

En outre, ce travail constitue pour& nous notre contribution à l’application des résultats de la recherche scientifique dans le domaine de la didactique de l’informatique.

  • DELIMITATION DU SUJET
    • Délimitation spatiale

Notre recherche s’intéresse aux instituts Mulangaliro, Itara, Kabwika, Neema, Maniema, situés dans la province du Sud-Kivu, territoire d’UVIRA, groupement d’Itara/Luvungi en République Démocratique du Congo.

  • Délimitation temporelle

Cette étude couvre temporellement l’année 2016-2017, car l’informatique évolue du jour au jour.

0.7.         METHODES ET TECHNIQUES  DU TRAVAIL

  • La méthodologie utilisée

La méthodologie est l’étude réfléchie, par observation, de la pratique scientifique, des principes qui la fondent et des méthodes de recherche qu’elle utilise. Elle est aussi l’ensemble des méthodes et des techniques d’un domaine particulier. (Petit la rousse illustré, 2008, p.642).

 D’après R.PINTO et M.GRAWTZ, (1971, p.281) «une méthode est un ensemble d’opérations intellectuelles par lesquelles une discipline cherche à atteindre  la vérité qu’elle poursuit, la démontre, la vérifie ». Pour arriver à atteindre les objectifs que nous nous sommes assignés, nous avons utilisé les méthodes ci-après :

  1. a) La méthode statique: elle nous a permis de prélever un échantillon représentatif auprès duquel nous avons recueilli des informations nécessaires ;
  2. b) La méthode analytique: elle nous a aidé à analyser la manière dont le système d’enseignement d’informatique se dispense en comparant le contenu de ce cours au programme national.
  3. c) la méthode d’interview: cette méthode a consisté à contacter toute personne détenant une information intéressante à notre sujet afin de récolter les données par un  jeu des questions-réponses. Nous avons  interrogé les enseignants titulaires de ce cours  d’informatique ainsi que les élèves afin d’évaluer l’état de cet enseignement.

0.7.2. Les techniques utilisées

Une technique est définie comme l’ensemble des applications de la science dans le domaine de la production (le petit Larousse illustré, 2008, p.995). Les techniques suivantes nous ont été utiles ;

  • La technique documentaire : qui nous a suggéré de consulter les ouvrages et autres documents écrits (rapport, revues, TFC, mémoires, articles, etc.…) en rapport avec notre objet de recherche;
  • La technique d’enquête par questionnaire : elle nous a permis d’obtenir les informations concernant l’utilisation la manière dont les cours d’informatique sont dispensés dans les écoles ciblées.
  • DIFFICULTES RENCONTREES

Il n’existe pas de rose sans épine, dit-on ; dans la recherche des données de notre travail, nous nous sommes heurtés à certaines difficultés qui ne nous ont pas permises d’appréhender toute la réalité. Parmi les difficultés rencontrés, nous faisons allusion à :

  • L’indisponibilité de certaines autorités scolaires ;
  • L’accès difficile aux archives de certaines écoles ;
  • Les trajets très longs parcourus à longueur des journées pour répondre aux rendez-vous des préfets et ou proviseurs ;
  • Les difficultés du genre financier qui nous obligeaient parfois à parcourir des longues distances à pied ;
  • Le refus de certains enseignants à nous recevoir.
    • SUBDIVISION DU TRAVAIL

Hormis  l’introduction et la conclusion, ce travail est construit autour  de trois chapitres que voici :

  • Le premier chapitre porte sur la revue de la littérature sur l’enseignement de l’informatique et son organisation,
  • Le deuxième chapitre concerne la présentation de l’échantillon. Dans celui-ci nous décrivons l’échantillon d’étude.
  • Le troisième chapitre, quant à lui, est consacré à l’analyse et à l’interprétation des résultats de l’enquête menée.

Partager ce travail sur :