Arrow Table de matières
4861506
UNIVERSITE OFFICIELLE DE BUKAVU
Présenté par WENGA SIFA Pascaline
Pour l'obtention du diplôme de Docteur en Médecine.

ASPECTS CLINIQUE, EPIDEMIOLOGIQUE, ET THERAPEUTIQUE DE L’INFECTION A VIH/SIDA CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 5ANS « Cas spécifiques de l’HGR de PANZI du 1ère Janvier 2013 au 31 Décembre 2016 »

Publication : 05 Octobre 2017
L’infection  par le VIH/SIDA reste une des principales causes de mortalité et de morbidité chez les nourrissons et les enfants. Un bon suivi prénatal des gestantes permet de réduire sensiblement le taux de transmission de l’infection de la mère à l’enfant. Notre étude a pour objectif d’analyser les aspects épidémiologique et clinique ainsi que la conduite à tenir devant un enfant issu d’une mère séropositive au VH/SIDA                                                                                                       Il s’agit d’une étude rétrospective réalisée à l’HGRP sur une période de 4 ans qui nous a permis de recueillir différents paramètres.  Les données ont été représentées sous forme de tableaux et de figures de fréquence exprimée au  nombre absolu et en pourcentage.  Selon les résultats trouvés, de toutes les mères des enfants recrutés, 67,4% sont dans l’intervalle  d’âge de 24 à 29 ans ; 55,8% sont mariées et 58,1% sont ménagères.  41,8% sont multipares, 46,5% ont suivi une seule séance de CPN, et 88,3% n’ont pas bénéficiée de mesures de PTME, 79% avaient accouchés par voie basse.   Du total de tous les enfants recrutés, 51,1% étaient situés dans la tranche d’âge de 4 à 5ans ; 58,1% sont de sexe féminin et 64,9% ont un poids situé entre 15 et 20Kg. 32,5% de ces enfants se sont  présenté à l’HGRP de Panzi avec de signes digestifs sans fièvre, la diarrhée infectieuse était la pathologie fréquemment diagnostiquée à 44,1%.,  69,7% sont  retrouvés à la catégorie II de l’OMS, le taux de CD4 a été cherché chez la totalité des enfants recrutés et 69,7% étaient dans un état d’immunodépression modéré.  46,5% étaient sous un traitement palliatif aux ARV et 72% avaient évolué positivement après la prise en charge des IO.

Année académique 2016

Partager ce travail sur :