Arrow Table de matières
9328928

CONCLUSION GENERALE

La présente étude qui portait sur les facteurs étiologiques et les pronostics des parturientes évacuées/référées en obstétrique en milieux urbain et rural, avait pour objectifs de déterminer leur fréquence, leurs facteurs étiologiques ainsi que leurs pronostics au sein de deux  hôpitaux généraux de référence. Les résultats obtenus ont permis de tirer des conclusions suivantes :

  • La fréquence des évacuations/références obstétricales tout comme les taux de morbi-mortalité maternelle et néonatale ont été très élevés dans ce milieu d’étude. Cette fréquence était plus élevée en milieu rural qu’en milieu urbain avec une proportion de 1 sur plus de 2 cas. Le fait que les parturientes et leurs conjoints aient été en majorité des ménagères (87%) et des cultivateurs (61,4%) respectivement, ainsi que sans niveau d’éducation (82,5%) avait justifié cette hausse de fréquence.
  • Les dystocies (36,4%), le travail prolongé (18,3%) et les hémorragies pendant le travail d’accouchement (11,9%) ont été les facteurs étiologiques les plus incriminés.
  • Les facteurs socio-environnementaux qui ont beaucoup plus influencés les pronostics maternels ont été le niveau d’éducation, la durée d’évacuation ainsi que la distance parcourue par les parturientes. Par ailleurs, parmi les facteurs cliniques qui ont considérablement influencé ce pronostic maternel, l’hémorragie du post-patum et pendant le travail d’accouchement, les complications hypertensives ainsi que le travail d’accouchement prolongé ont été les plus incriminés. De même, la pratique des CPN avait aussi considérablement influencé ces pronostics maternels dans ce milieu d’étude. Concernant le pronostic fœtal, les mêmes facteurs socio-environnementaux que ceux examinés précédemment l’ont influencé alors que pour les facteurs cliniques, il faut ajouter à ceux qui ont influencé le pronostic maternel, les souffrances fœtales aigues ainsi que les autres anomalies fœtales et annexielles. Aussi, la parité et la pratique des CPN ont significativement influencé ce pronostic fœtal.

Afin de minimiser ce taux élevé d’évacuations et améliorer le pronostic fœto-maternel,  il est nécessaire que les gestantes soient informées des signes de danger au cours de la grossesse et pendant le travail d’accouchement et, que les prestataires puissent bien assurer la prévention primaire en conduisant correctement les consultations prénatales afin d’identifier les grossesses à haut risque pour les référer à temps.

Partager ce travail sur :