Arrow Table de matières
6799294

CHAPITRE PREMIER : REVUE DE LA LITTERATURE SUR LA PENURIE D’EAU POTABLE

I.1. DEFINITONS DES CONCEPTS – CLES

  • Eau : boisson désaltérante, transparente et incolore au gout très peu prononcé et dont la consommation est vitale pour l’ensemble des organismes vivants.[1]
  • Eau potable : est une eau que l’on peut boire sans risque pour la santé. C’est-à-dire une eau bonne pour la consommation, elle doit être limpide, incolore, fraiche, inodore, pouvoir cuire les légumes sans les durcir et donner avec le savon une mousse onctueuse sans grumeaux, surtout elle doit être pauvre en chlorure, ne renferme ni nitrates, ni nitrites, ni ammoniaque, ni aucun microbe pathogène.

Selon l’OMS, l’eau potable est celle dont la consommation est sans danger pour la santé, mais pour que l’eau soit qualifiée potable, elle doit satisfaire à des normes relatives aux paramètres organoleptiques (odeur, couleur, morbidité, saveur), physico-chimiques (température, potentiel d’hydrogène), microbiologiques (coliformes fécaux et totaux streptocoques fécaux)[2]

  • . Pénuries d’eau potable : est le manque régulier d’eau potable dans un milieu donné. C’est –à- dire c’est le fait que l’eau potable arrive rarement ou presque pas dans un milieu donné pendant une période assez longue.[3]
  • . Santé : étant complet de bien-être physique mental et social et qui ne consiste pas seulement à une absence des maladies ou d’infirmités.[4]
  • . Hygiène : ensemble des règles et des pratiques relatives à la conservation de la santé, à la propreté.[5]
  • . Problématique : c’est la description réelle du problème ou la position du problème.

I.2. GENERALITES SUR LES PROBLEMES D’EAU POTABLE DANS LE MONDE

                   Le manque d’eau potable et d’assainissement tue dans le monde plus d’enfants et d’adultes que les guerres ou le sida.

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé)  considère qu’environ 14000 personnes dont 6000 enfants meurent chaque jour de maladies liées à l’absence d’eau.[6] Ce sont des maladies causées par l’ingestion d’eau contaminée par les bactéries ou des virus : diarrhées, choléra, typhoïde, hépatites A et E, poliomyélite.  Cette  ressource est en voie de disparition dans certains pays du monde en faisant allusion au problème de gestion des ressources naturelles qui préoccupe le monde aujourd’hui. Et pourtant l’eau, c’est la vie comme le dit le commun de mortel, sans l’eau, l’homme ne pourra pas vivre sur la terre parce que tous les besoins essentiels de l’homme nécessitent l’utilisation de l’eau.

Dans les pays en voie de développement qui souffrent chroniquement de manque d’eau, les femmes et les enfants passent plusieurs heures par jour à aller chercher de l’eau. Ceci fait que chaque pays soit confronté à la mauvaise répartition de l’eau à l’intérieur de son territoire.

A titre d’exemple du bassin de la planta (partagé entre l’Argentine, la Bolivie, le Brésil, l’Uruguay, le Paraguay) soit le 5ème bassin hydrographique le plus grand du monde, ne préserve pas ces 10 millions d’habitants de manque d’accès à l’eau et d’être confrontés au problème des inégalités sociales et a une pauvreté grandissante.

 Le temps et le budget consacrés à l’approvisionnement en eau sont souvent très importants et empêchent les habitants de réaliser d’autre projet, comme de permettre aux enfants d’aller à l’école.

Tel qu’établi dans ENCARTA 2009, quand l’eau se raréfie, le contrôle des fleuves et des rivières devient un enjeu majeur pour les pays et donc une source importante de conflit. L’ONU récence aussi par moins 300 zones dans le monde ou le manque d’eau est à l’origine des frictions entre Pays.

                  Les cours d’eau qui font l’objet de conflits majeurs sont le Jourdain, le Tigre et L’Euphrate au Moyen-Orient, le Nil en Afrique, l’Indus, le Gange et le Brahmapoutre en Asie. Ceci suite au problème  de désertification qui envahit le continent Africain et l’Asie.

Ce même problème prend plusieurs tournures en Europe, au japon et en Chine qui sont affrontés au problème de pollution et de l’environnement causé par une industrialisation exagérée des ressourcés naturelles.

1.2  L’Afrique

Comme la population mondiale continue à croitre, les problèmes d’accès à l’eau potable dans le monde deviennent de plus en plus graves, car un nombre d’habitants dans les pays en voie de développement  n’ont pas accès à l’eau potable pour subvenir à la plupart de leurs besoins fondamentaux. La ressource en eau existe et seul environ 1% de l’eau du globe suffirait  pour toute l’humanité.

Cependant, cette eau n’est pas même disponible pour de nombreuses personnes qui ont dépensé de grosses sommes d’argent ou voyagé loin pour obtenir l’eau dont elles ont besoin. Les gouvernements, Les nations unies, la Banque Mondiale, l’organisation non gouvernementale (ONG) et les organisations locales, sponsorisent tous les projets d’accès

 a l’eau dans les pays en voie de développement. Mais l’organisation mondiale de la santé (OMS) estime que 1,1 milliard d’hommes n’ont pas accès à l’eau potable et qu’environ 2,6 milliards ne bénéficient pas de moyens appropriés pour éliminer les eaux  usées et les déchets fécaux. Ces personnes risquent d’attraper des maladies hydriques parce que les eaux utilisées ne sont pas appropriées à la consommation. Ceci dit, L’OMS estime que 80% des maladies humaines résultent du manque d’eau et de la mauvaise qualité de cette eau, car il n’y a pas de réseaux d’adduction d’eau potable et d’assainissement.

 Bien que de nombreux pays en voie de développement aient installé ou soient en train d’installer les réseaux d’adduction d’eau, la croissance démographique tend à écraser l’effort fournis pour améliorer cette alimentation en eau. En effet, l’eau peut être ma vie, mais elle peut aussi tuer. En Afrique les solutions et aménagement des eaux sont nombreux cependant on  néglige son traitement (trop cher pour un pays pauvre), aujourd’hui l’Afrique a fait des progrès sur l’eau potable  mais les transports et moyens de stockage permettent une éventuelle contamination de l’eau (souvent due à la chaleur excessive favorisant le développement des bactéries, virus et parasites).

L’eau étant une denrée rare, l’hygiène de vie diminues fortement, ce qui peut amener des maladies comme le choléra, la fièvre typhoïde, la diarrhée régulière, les amibes. Et donc dans le monde, on peut voir que l’Afrique subit déjà une inégalité en ressources d’eau et en précipitation tout comme l’Asie mineure.

1.3 La RDC, le Sud-Kivu et la politique de distribution et de la consommation d’eau. L’eau de distribution et de la consommation est mal coordonnée car il s’observe une irrégularité d’eau potable dans le centre urbain suite à la mauvaise politique d’investissement de l’Etat. Preuve que le développement est loin d’être une réalité au Congo Démocratique : en plein 21ème siècle, les habitants du Sud-Kivu en milieu urbain doivent encore se mettre à la queue pour avoir l’eau potable. De  fait, les habitants doivent se réveiller à 5 heures du matin chaque jour pour accéder en premier au puits d’eau.

Cependant, le problème que posent l’eau en République Démocratique du Congo sont multiple car la REGIDESO est incapable de couvrir les besoin en eau potable suite à l’insuffisance des infrastructures appropriées et à une croissance démographique si galopante qui pose des effets très énormes. La population développe elle-même les moyens pour subvenir à ses problèmes tout en se soulagent au coin de la rue, disant Dieu a tout purifié. Le problème d’approvisionnement en eau potable ne fait que s’empirer car les infrastructures hydrauliques restent insuffisantes et celles existantes sont mal protégées et démolies. Par conséquent, les maladies hydriques font de nombreuses victimes au sein de la population qui continue à consommer des eaux non potables.

I.3. CAPTAGE ET USAGES DE L’EAU

I.3.1. CAPTAGE D’EAU

Un captage d’eau est un dispositif de prélèvement (collecte passive ou pompage d’eau). Le captage d’eau peut se faire de trois différentes façons :

  • Soit à partir d’une source qui sort naturellement de terre (source naturelle au puits artésien)
  • Soit à partir d’une nappe d’eau souterraine ou aquifère, comme dans le cas précédant ou le captage est alors « Un ouvrage permettant de mobiliser l’eau gravitaire du sol et l’hydrogéologue peut utiliser « la loi de Darcy » pour ses calculs simple ou l’équation de Laplace pour les modélisations plus complexes
  • Soit à partir d’une cours d’eau, d’un lac naturel ou d’un réservoir d’un barrage c’est aussi par métonymie le point ou cette eau est captée, également dit « point de captage » et extension, c’est aussi le champ captant.

I.3.2. USAGE DE L’EAU

Les ressources en eau sont sollicitées pour divers usages :

  • L’approvisionnement en eau d’alimentation ;
  • Le tourisme ;
  • L’agriculture
  • L’hydroélectricité
  • L’industrie
  • L’utilisation diverse de l’eau des pluies.
  • La consommation d’eau est variable en fonction des iles et des communes : Elle va de 250 à 350L/J/hab. dans les communes faisant payer l’eau, elle peut atteindre 1500 à 2000L pour les communes rurales de Tahiti, soit 10 fois plus que la consommation moyenne en France (150 à 200L/J/hab.)

L’approvisionnement en eau constitue pour la population qui ne dispose pour certains que de quelques dizaines de litre d’eau par jour et par personne, un souci constant et les manques sont fréquents. Ils commenceront de 6 à 10 fois moins d’eau que dans les iles hautes. Pensez à eux lorsque vous laissez couler l’eau  inutilement. Apres utilisation de l’eau et avant de la rendre au milieu naturel, l’eau doit être traitée. Il s’agit de l’assainissement des eaux usées domestique (dans chaque foyer d’habitant, industrielles ou encore agricoles).Ce faisant, le traitement efficace des eaux usées permet de réduire les pollutions et de rendre au milieu récepteur une eau dont il peut assurer l’épuration.[7]

[1] Dictionnaire, encyclopédique 2009

[2]OMS, Revue périodique sur l’eau potable et l’assainissement, 2010

[3]Dictionnaire Larousse hachette,2009

[4]OMS, santé et maladie, tome II,2006

[5]Guide pratique de la santé publique, 2009

[6] OMS, Rapport sur le problématique de manque d’eau potable et d’assainissement dans les pays en voie de développement, Genève, 2011

[7]www.libre Afrique. Http/ l’inégalité de consommation d’eau dans le monde. Juillet  2008

Partager ce travail sur :