Arrow Table de matières
3778089

CHAPITRE III. MATERIEL ET METHODES

3.1. Type d’étude

Nous avions réalisé une étude cas-témoins concernant tous les cas de schizophrénie enregistrés au centre psychiatrique SOSAME de Bukavu durant la période de janvier à mai 2016.

3.2. Cadre d’étude

Le centre psychiatrique de soins de santé mentale, SOSAME en sigle est implanté dans le quartier Nkafu sur la colline de KARHALE, dans la commune de Kadutu dans la ville de Bukavu.

Créé en 1994, le centre psychiatrique SOSAME s’assigne les objectifs ci-après :

  • Assurer des soins spécialisés en psychiatrie pour les malades mentaux ;
  • Promouvoir et assurer une qualité des soins de santé mentale par une bonne gestion du Centre et des soins, un grand professionnalisme de son personnel , un équipement adapté et une accessibilité pour toute la population en matière de soins de santé mentale ;
  • Assister les familles des malades mentaux dans la prise en charge de leurs malades, afin que le malade reste intégré dans son milieu familial et professionnel ;
  • Participer activement à l’intégration des soins de santé mentale dans les soins de santé primaires préconisés par l’OMS.

3.3. Echantillonnage

  • Population d’étude: Notre population d’étude était constituée de tout cas de schizophrénie enregistré au centre psychiatrique SOSAME de Bukavu.
  • Sélection des cas et des témoins: Pour la sélection des cas, nous avions retenu comme critères d’inclusion tout sujet atteint de la schizophrénie et hospitalisé au sein du centre psychiatrique SOSAME pendant la période de janvier à mai 2016. Nous avions retenu comme témoin, tout membre de la famille vivant dans le ménage avec le schizophrène sélectionné comme cas. Le témoin peut être garde malade ou visiteur. A chaque cas est apparié un témoin.
  • Taille de l’échantillon : Pour calculer la taille de l’échantillon, nous avions utilisé la commande Statcalc du logiciel Epi Info version 6. Les données ci-après nous ont aidés à calculer la taille de l’échantillon :
  • Le degré de confiance était de 95% ;
  • La puissance recherchée (1-β) était de 80% ;
  • Le ratio ou rapport entre le nombre des cas et le nombre des témoins était d’un cas pour un témoin ;
  • La prévalence de l’exposition étant de 20,8% ;
  • Une des valeurs équivalentes de l’OR à déterminer par l’étude était de 5.

Le calcul nous a donné une taille de 53 malades. Comme nous avions retenu le rapport optimal de 1/1, la taille des témoins était aussi de 53 soit un total de 106 échantillons.

3.4. Collecte des données

Pour la collecte des données, nous avons fait recours aux méthodes et techniques suivantes :

  • l’analyse documentaire : elle nous a permis de constituer notre revue de la littérature en consultant les ouvrages, les articles scientifiques et le site internet.
  • l’enquête par questionnaire : cette technique nous a permis de colleter les données en rapport avec les facteurs de risque environnementaux.
  • Exploitation des dossiers des malades : l’exploitation des dossiers des malades nous a permis de collecter des données médicales des malades enquêtés.

3.5. Variables étudiées

Notre variable dépendante est le fait de souffrir de la schizophrénie. Les variables indépendantes sont les caractéristiques sociodémographiques, les facteurs biologiques précoces, les facteurs de risque tardifs et les facteurs psychosociaux.

3.6. Analyse statistique des données

Les données ont été saisies et analyses au moyen des logiciels Excel 2007 et Epi Info version 3.5.4. Les effectifs et les pourcentages ont été calculés pour les variables qualitatives.

Le test de chi-carré de Pearson et la régression logistique ont été utilisé pour la recherche d’une éventuelle association entre la variable dépendante et les variables indépendantes. Le seuil de signification était fixé à p < 0,05.

3.7. Considérations éthiques

Le projet de recherche avait été soumis pour approbation au Centre de Recherche pour la Promotion de la Santé (CRPS). Après avoir eu l’autorisation auprès des autorités du centre  psychiatrique SOSAME de réaliser cette étude, un consentement libre et éclaire était obtenu auprès des gardes malades et malades avant de répondre aux questions. Tous les enquêtés avaient la liberté de refuser ou d’accepter l’interview sans aucun préjudice. La collecte des donnes s’est déroulée dans le strict respect de l’ordre public et des droits humains.

3.8. Impact prévu

Cette étude va nous permettre à mettre en évidence les facteurs de risque environnementaux de la schizophrénie auprès des malades internés au centre psychiatrique SOSAME. Une fois les facteurs de risque environnementaux de la schizophrénie sont connus, il sera facile de mettre en place les mesures de prévention afin de réduire la prévalence de la schizophrénie dans la ville de Bukavu en particulier et dans la province du Sud-Kivu en général.

3.9. Difficultés rencontrées

Durant toute la période de notre étude, nous avons connu les difficultés suivantes :

  • Le refus de certains malades et garde-malades à répondre aux questions posées.
  • Manque parfois des garde-malades qui remplissaient les conditions d’être de vrais témoins.

Partager ce travail sur :