Arrow Table de matières
8510213

INTRODUCTION

0 .1.  PROBLEMATIQUE

Au  niveau  mondial  la culture du soja est produite chaque seconde en raison de sa très grande valeur nutritive. La production de soja a plus que doublé au cours des vingt dernières années, atteignant 280,3 millions de tonnes pour la campagne 2013-2014.[1]

Selon L’USDA la prévision de production mondiale de soja est de 264,3 millions  de tonnes récoltées en 2011-2012, on suppose que la plus grande expansion des champs de soja s’est accrue sous l’effet d’une augmentation conjointes des surfaces et des rendements qui ont doublé la production. Le soja a connu un développement très rapide, marginale au milieu des années 1960  avec 33 millions de tonnes cultivées. La production mondiale de soja s’approche du seuil des 300 millions de tonnes par an. Sur cette période (1960) le taux de croissance moyen annuel de la productivité du soja à été d’environ  5 ,7% et nettement plus élevé que pour les céréales (2% par an) le soja est un champignon de l’alimentation mondiale car il assure chaque année environ 90% des exploitations.

En Afrique la culture du soja est prometteuse sur le plan de la production c’est que les cultivateurs s’intéressent beaucoup à cultivé le soja pour le besoin d’argent qui se fait vivement sentir et pour donner une très  grande  valeur  au soja on le transforme en huile et en tourteau des animaux, mais rarement en lait suite aux caprices du marché.[2]

En RDC la culture du soja accuse une tendance à diminuer, à en croire les statistique de la FAO, cette tendance est attribuable pour une grande partie à la situation sociopolitique et sécuritaire, l’une des contraintes principales des sols de la RDC est la faible teneur en  matière organique.[3]

Dans la province du sud - Kivu  le soja est assez récente et gagne de plus en plus du terrain, au sud- Kivu le soja est cultivé pour satisfaire le besoin de la famine et augmenter  le revenu des cultivateurs, ce pendant le soja n’est pas exporter ou vendu à l’extérieure à cause des raisons suivantes : l’infrastructure routière étant en très mauvais état, les récoltes restent insuffisant par manque des produits phytosanitaires qui coûtent très  cher, manque des machines de transformation des produits agricoles. C’est ainsi que le soja cultivé dans la province du Sud-Kivu ne répond pas correctement  à l’augmentation de revenu.[4]

Dans  le village  de murhesa, la culture du soja constitue un domaine sûr  pour  aboutir à un développement économique durable, mais le rendement agricole n’est pas satisfaisants à la demande de la population, malgré l’utilisation des nouvelles méthodes culturales nous avons l’altération qui surgit à l’entreposage.

Ainsi donc, des problèmes d’alimentation ne peuvent pas être résolus totalement  par un accroissement de la  production agricole seulement ; il faudra étudier aussi des méthodes qui permettrons de limité les pertes des récoltes et subvenir au déséquilibre de l’offre et de la demande.

Le murhesa étant un milieu où il ya disponibilité de l’électricité, l’installation d’une usine de transformation du soja en lait sera mis en œuvre comme un moyen efficace  pour  attaquer le fléau. Par manque des moyens financiers pour installer cette usine de transformation la productivité est réduite ainsi que le rendement agricole ; la situation de murhesa tend à devenir catastrophique, le nombre de chômage est impressionnant et la population en générale souffre du  faible revenu ce qui ralentit encore le développement sur le plan économique et social.

Devant ces  problèmes  une question s’impose :

  1. Quelles sont les stratégies à mettre en place pour que cette activité soit durable ?

0 .2. HYPOTHESE DE TRAVAIL

A cette question posée précédemment  une réponse provisoire à vérifier dans cette étude s’avise :

  1. La mise en place  d’une usine de transformation du soja en lait serait à la base de la durabilité de cette activité.

0.3.     OBJECTIFS  DU TRAVAIL

0.3.1.  Objectif  global

Ce travail  se fixe comme objectifs global de contribuer à l’augmentation de revenu par la transformation du soja en lait  tout en focalisant l’attention  sur des bonnes méthodes appropriées utilisées pendant cette transformation.

0.3.2.   Objectifs  spécifiques

  • Inciter les ménages agricoles et les opérateurs économiques à réaliser une activité génératrice de revenu à travers les récoltes de leurs champs en particulier la culture soja.
  • Amener les ménages agricoles du village de murhesa capable d’appliquer les nouvelles méthodes de transformation du soja en lait   pour l’amélioration  de leurs conditions de vie économique et sociale.
  • DELIMITATION SPATIO – TEMPORELLE

Pour qu’une recherche scientifique soit mieux abordée, il exige qu’elle soit limitée dans  le temps et dans l’espace suivant les possibilités du chercheur.

Dans le temps : cette étude s’étend sur trois années soit de 2013 à 2015,  notre attention est fixé sur cette période puisque c’est pendant cette période que nous avons eu des occasions de faire de descente sur terrain et nous avons bien observé et analyser ce  fait.

Dans  l’espace : les données recueilles dans notre travail  se rapportent dans le  milieu  appelé localement murhesa, groupement de mudaka  situé dans le territoire de kabare, province  du Sud-Kivu en  République démocratique du Congo.

0.5.     CHOIX  ET INTERET DU SUJET

0.5.1.  Choix  du sujet

Le choix  de ce sujet  est  le fruit d’une observation faite pendant 3 années dans la localité de murhesa sur leur manière  de produire et de transformer le soja.

0.5.2.  L’intérêt du sujet

Ce sujet nous présente trois intérêts     

0.5.2.1.   Intérêt personnel

En qualité d’une technicienne en développement rural, nous sommes appelés à accompagner les producteurs paysans dans le développement de leur milieu.                            

0.5.2.2.   Intérêt  socio-économique

En encourageant l’accroissement de revenu des producteurs par la transformation du soja en lait tout en utilisant les matériels industriels appropriés, la population de murhesa ne sera plus exposée au chômage et aux crises financières causées par l’inaccessibilité à des machines de transformation.

0.5.2.3.     Intérêt  scientifique

Nous avons voulu mettre à la portée des autres scientifiques ce modeste travail comme un outil pouvant être consultés en cas de toute étude qui concerne  la transformation du soja en lait.

0.6.  SUBDIVISION  SOMMAIRE DU TRAVAIL

Hormis l’introduction et la conclusion ce travail  à été repartie de la manière  suivante :

  • Le chapitre premier porte sur les  généralités et revue de la littérature,
  • Le  deuxième chapitre parle de la méthodologie du travail,
  • Le troisième présente les résultats de l’enquête,
  • Le quatrième chapitre est consacré au projet.

[1] Le conseil international des céréales (CIC) le 30 Aout 2013

[2] Rapport USDA du 10 juin 2016

[3] Perspectives de l’alimentation (FAO/ SMIAR) 06 /1997

[4] WWW. Planetoscope .Com /céréales

-CT OLIVIER ABDOU. Et Atr BWIJA  PLACIDE    , 2014-2015, Cours de conditionnement, transformation et commercialisation des produits agro-alimentaire, ISDR, Inédit.

Partager ce travail sur :