Arrow Table de matières
7527625
UNIVERSITE OFFICIELLE DE BUKAVU
Présenté par BIRHASHWIRWA MUGOLI Aline
Pour l'obtention du diplôme de Graduat en sciences économique et de gestion

La politique de recouvrement et son impact sur la mobilisation des recettes dans une entreprise paraétatique: cas de la REGIDESO/Bukavu

Publication : 15 Décembre 2017
L'eau  est la chose la plus rependue et offerte au choix de l'individu. Aucune autre des décisions qui affectent les relations de l'homme avec son milieu naturel n'est aussi simple, répétée universelle et indépendante.Les océans sont le véritable réservoir du globe, mais seulement la plus petite partie, 0,3% des réserves globales en eau, sont utilisables comme eau potable, et c’est juste cette petite partie qui est aujourd'hui en danger. Les gens ont besoin de l'eau consciemment, pour vivre, se laver, pour l'industrie, mais elle représente aussi un mystère qui s'entrelace avec les hommes dans une osmose indestructible.Les besoins de la population en eau sont de plusieurs ordres: les usages artisanaux, industriels, domestiques, etc. Concernant les usages artisanaux et industriels, ils sont relatifs aux restaurants, hôtels, aux petites industries manufacturières, aux imprimeries, etc. Les usages domestiques sont ceux relatifs aux ménages. Ils correspondent donc aux quantités d'eau indispensables à l'ensemble de la population pour les différents usages à domicile. La consommation domestique d'eau potable est la seule utilisation pour laquelle l'on peut établir un seuil minimum pratique. «Pour rester en bonne santé, l'être humain a besoin d'environ 100 litres d'eau par jour pour boire, cuisiner et se laver». Le seuil tolérable pour la consommation d'eau par jour et par personne est estimé par la Banque Mondiale à 100 litres.Si l'eau est abondante, elle n'est pas répartie uniformément sur la Terre. Neuf pays se partagent ainsi 45 % du débit annuel mondial. L'eau est, en outre, irrégulièrement répartie d'une année sur l'autre ou d'une saison sur l'autre (plus de 60 % du débit annuel mondial étant généré lors d'inondations suivies de sécheresses, parfois pluriannuelles).  

Année académique 2016

Partager ce travail sur :