Arrow Table de matières
5329688
UNIVERSITE OFFICIELLE DE BUKAVU
Présenté par MUFARIJI BALIKUMWAMI Ruphin
Pour l'obtention du diplôme de Graduat en sciences économique et de gestion

FLUCTUATION DES PRIX DES PRODUITS AGRICOLES ET SON IMPACT SUR LE NIVEAU DE CONSOMMATION DES MENAGES DANS LA VILLE DE BUKAVU, CAS DE LA COMMUNE DE KADUTU (SPECIFIQUEMENT LE RIZ)

Publication : 15 Décembre 2017
      L’histoire de l’Humanité prouve suffisamment que la faim, l’analphabétisme et les maladies sont en permanente aggravation, et les écosystèmes dont dépend son bien-être ne cessent de se dégrader. Pour mener une vie décente, l’homme doit disposer de la nourriture saine, du logement adéquat et des soins médicaux lui procurant satisfaction. Néanmoins, pour disposer de ces biens et services, il faut en même temps disposer des moyens et surtout au prix rémunérateur ; c’est-à-dire un prix auquel les individus sont à même de se procurer les biens et services nécessaires à leur subsistance grâce à leur niveau de revenu. Les prix mondiaux du Blé, des céréales secondaires, du riz et des oléagineux ont tous pratiquement doublé entre les campagnes 2005 et 2008, hausse qui s’est poursuivie au cours des premiers mois de l’année 2008. En juin 2008, les prix des produits alimentaires de base sur les marchés internationaux ont atteint leurs plus hauts niveaux depuis 30 ans, menaçant la sécurité alimentaire des pauvres du monde entier. En 2007 et en 2008, principalement à cause de la flambée des prix des denrées alimentaires, 115 millions de personnes supplémentaires ont été plongées dans la faim chronique. Depuis, les prix ont reculé sous l’effet de la crise financière, de la récession mondiale naissante, de la chute des prix du pétrole et d’un dollar plus fort. Ils n’en restent pas moins historiquement élevés et les problèmes structurels qui sont à l’origine de la vulnérabilité des pays en développement aux augmentations de prix sur les marchés internationaux n’ont pas été résolus. De nombreux facteurs ont contribué à la hausse spectaculaire des prix alimentaires mondiaux, mais la demande de biocarburants et le prix record du pétrole ont été les deux facteurs principaux, ce qui a conduit certains analystes à se demander si de nouveaux liens entre l’alimentation et les marchés de l’énergie n’avaient pas inversé la tendance historique à la baisse des prix, en termes réels, des produits agricoles.  

Année académique 2015

Partager ce travail sur :