Arrow Table de matières
6462181

BIBLIOGRAPHIE

  1. CONCLUSION

Au terme de cette étude multicentrique rétrospective sur les indications de césarienne aux hopitaux urbano-ruraux de la ville de bukavu pour une periode de deux ans 2011 et 2012, nous avons abouti aux résultats suivants :

  • Le taux de la césarienne est de 11% soit 2994 césariennes sur 26103 accouchements au total dans les différents hôpitaux qui ont été inclus dans notre étude.
  • L’hôpital de Panzi représente un taux de césarienne les plus élevé dans les deux années d’étude.
  • la tranche d’âge compris entre 26 à 35 ans est la plus représentée.
  • Plus de la moitié des césarisées de notre étude proviennent de la commune d’ibanda à 55,0% suivi de celle de Kadutu avec 22,1% de cas. Mais selon chaque hôpital nous trouvons que chaque hôpital reçoit plus les malades de la commune où il se trouve.
  • les multipares sont en première place parmi les césarisées de notre série d’étude avec 35,1% puis viennent les primipares avec 27,2% de cas.
  • La plupart de césarisées de notre série ont l’état de membrane intact avant la césarienne dans 69,1% de cas.
  • Plus de la majorité de nouveau nés issues de la césarienne en céphalique avec 89,9% de cas avec un pourcentage de 0,9 de présentation céphalique mode face et la présentation siège avait 6,5% de cas.
  • Le sexe féminin est plus représenté que le masculin avec 48,5% de cas et un sex ration de 1.06 en défaveur.
  • Presque la totalité de nouveau-nés ont un score d’Apgar supérieur à 7 à la cinquième minute.
  • la grande majorité de césarienne sont faites en urgence dans 80,2%.
  • la souffrance fœtale aigue (SFA) est la plus indiquée chez la plupart de césarisées avec 25,42% suivi de césariennes itératives, disproportion foetopelvienne (DFP) et les présentations dystocique (face, front, transverse et siège) avec respectivement 21,74%, 14,20% et 8,02% de cas.
    • nous constatons que toutes les complications ont 4,2% de cas soit 129 cas sur 2994 césarisées, dont 81 soit 2,71% de cas des hémorragies et 1% des infections pariétales.

Partager ce travail sur :