Arrow Table de matières
4170550

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

        La présente étude a consisté à l’évaluation de la réponse de cinq variétés de soja à l’inoculum afin d’accroitre la productivité de celui-ci, via la symbiose avec les bactéries Rhizobiums.

   En vue d’atteindre l’objectif, un essai a été installé à Mulamba, un groupement du territoire de Walungu, selon un dispositif en split-plot en trois répétitions. Cinq variétés sélectionnées pour leur amplitude à fixer l’azote atmosphérique et la résistance aux stress biotiques et abiotiques ont été utilisées. Pour éviter la limitation du phosphore et du potassium, les engrains phosphorés  sous forme de TSP et les engrais potassiques sous forme de KCl au taux de 30Kg à l’hectare ont été épandus. L’engrais azoté, épandu sous forme d’urée au taux de 30 Kg à l’hectare l’a été seulement dans une des parcelles des blocs non inoculés pour servir de témoin.

       Les observations ont porté sur les paramètres végétatifs tels que le taux de levée 10 jours après le semis, la hauteur des plans, le diamètre au collet et le taux de recouvrement du sol ; les paramètres de rendement tels que le nombre des gousses par plant, le poids de 100 graines et le rendement en graines ainsi que les paramètres phytosanitaires.

Les résultats obtenus ont conduit aux conclusions ci-après :

-Toutes les variétés de soja n’ont pas répondu significativement à l’inoculum à Mulamba. En effet, les doses d’engrais phosphatés et potassiques épandus semblent être petites pour permettre au soja de répondre nettement à l’inoculum, sachant que le sol de Walungu connaît plusieurs facteurs militants notamment la carence en phosphore et en potassium ainsi que la présence d’un sol acide.

-De tous les facteurs étudiés, seules les variétés ont entrainé  des variabilités dans les paramètres.

-En ce qui concerne le rendement, aucune variété n’a atteint son rendement potentiel. Cependant, la variété SB 24 suivi par  la variété 449/16/6 se sont montrés plus performantes par rapport aux autres variétés avec respectivement 1335,2054 Kg/ha pour un rendement potentiel de 2500 Kg/ha et 1260,48095 Kg /ha pour un rendement potentiel de 2000 Kg/ha. Les autres variétés, avec un même rendement potentiel de 2000 Kg/ha avaient  eu 957,3579 Kg/ha pour la variété SB 19, 681,87635 Kg/ha pour la variété IMPERIAL et enfin 538,2569 Kg/ha pour la variété PEKA.

-10 jours après le semis, la variété PEKA avait   déjà eu un taux de levée de 77,865% ; 74,16% pour la variété SB 19 ; 62,955% pour la variété 449 /16/6 ; 60 ,27% pour la variété SB 19 et enfin la variété IMPERIAL avait eu un taux de levée très bas, de 28,7% suite à la mauvaise qualité des semences.

-En ce qui concerne la biomasse, la variété SB 17 s’était montre plus performante à cause de son taux de recouvrement et sa hauteur plus élevés que  celles des autres variétés.

-La variété IMPERIAL s’avère meilleure en ce qui concerne le poids de 100 graines  tandis que la variété SB 19 est plus performante en termes de nombres des gousses.

-Toutes les variétés sont résistantes aux stress biotiques et abiotiques, étant donné qu’aucune d’entre elles n’a présentée des signes de maladies.

         N’ayan pas trouver la réponse de ces variétés à l’inoculum à Mulamba en particulier et dans tout le territoire de Walungu en général, nous exhortons d’autres chercheurs à poursuivre cette étude en vue de déterminer les doses des engrais phosphatés et potassiques  auxquelles la réponse à l’inoculum serait effective.

        Néanmoins, il est économiquement rentable aux agriculteurs de choisir la variété SB 24 qui a présenté le rendement assez élevé afin d’éradiquer la malnutrition protéique dans le territoire de Walungu.

Partager ce travail sur :