Arrow Table de matières
3545697

CHAPITRE III : PRESENTATION DES RESULTATS

De Décembre 2015 à mai 2016, 457 enfants ont été admis aux urgences pédiatriques de l’HGR de Panzi. Leur âge médian était de 36 mois et plus de la moitié (64,4%) d’entre eux avaient moins de 5 ans. Deux cent cinquante-neuf (56,7%) étaient de sexe masculin avec un sex-ratio à 1,3. Cent soixante-dix-sept (38,7%) enfants étaient référés et 253 (55,3%) étaient arrivés aux urgences pédiatriques dans les 72 heures. Les autres caractéristiques sont résumées dans le tableau II.

Tableau II : Caractéristiques sociodémographiques des enfants

Variable

n

%

Médiane (min – max)

Age des enfants (mois)

457

36 (1-312)

≤ 24                       

210

46

25 – 59                   

84

18,4

60 - 144                      

136

29,8

≥ 145                             

27

5,9

Sexe

457

Masculin                                       

259

56,7

Féminin                                        

198

43,3

Modalité de recours aux soins

457

Non référés                                   

280

61,3

Référés                                        

177

38,7

Délai écoulé avant recours aux urgences (heures)

457

< 24                                 

41

8,9

24 – 72                            

212

46,4

≥ 72                               

204

44,7

Concernant les aspects cliniques, la fièvre (43,5%) suivie par la toux et /ou difficultés respiratoires (21,7%) étaient les principaux motifs de recours aux urgences comme l’illustre  la figure 2.

Figure 2 : Motif principal de consultation

Le paludisme (49,0%) et les IRA (13,6%) étaient les principaux diagnostics retenus, comme le montre  le tableau III.

Tableau III : Diagnostic retenus

Diagnostic retenu

n = 457

%

Paludisme

224

49,0

IRA

62

13,6

     

Complications de la malnutrition

30

6,6

Gastro-entérite aigue

28

6,1

Méningite

15

3,3

     

Anémie

22

4,8

Autres

76

16,6

     

En ce qui concerne les aspects thérapeutiques, les antipyrétiques (65,8%), antipaludéens (49%) et les antibiotiques (27,3%) étaient les traitements les plus souvent administrés aux enfants admis aux urgences.

Tableau IV : Les thérapeutiques utilisées

Thérapeutique

n

%

Antipyrétique

301

65,8

Antipaludéens

224

49

Antibiotiques

125

27,3

Oxygénation

57

12,4

Nébulisation             

44

9,6

Corticothérapie

30

6,6

Aspiration

6

1,3

Gavage à la sonde

9

1,9

Autres

26

5,6

En ce qui concerne les aspects évolutifs, la durée médiane de séjour était de 3 jours les extrêmes étant 1et 7 jours. Parmi  les 457 enfants admis aux urgences, 68 (14,5%) étaient décédés et le paludisme (35,3%) suivi d’IRA (20,6%) étaient les causes de décès les plus rencontrées comme le montre le tableau V.

Tableau V: Aspects évolutifs

Variable

n

%

Médiane

Durée de séjour (jours)

      3(1-7) jours

≤ 3

113

24,8

4 – 7

254

55,6

≥ 7

90

19,7

Issue

Guéris

382

83,6

Décédés

68

14,9

Sortie contre avis médical

7

1,5

Diagnostiques de décès

Paludisme

24

35,3

IRA

14

20,6

Complications de la  malnutrition

13

19,1

Méningite

5

7,3

Diarrhées /vomissement

4

5,9

Anémie

3

4,4

Autres

5

7,3


3.2 Les facteurs extrinsèques pouvant influencer la morbi-mortalité

L’âge médian de  mères était de 30 ans et plus de ¾ d’entre elles avaient l’âge compris entre 18 et 35 ans. Par ailleurs, 187 (40,7%) mères avaient un faible niveau d’instruction alors que 357 (78,1%) pères avaient un niveau élevé. Du point de vu professionnel les mères étaient principalement des ménagères (46,2) et les pères des fonctionnaires(33,9). Les autres caractéristiques sont résumées dans les tableaux VI et VII

Tableau VI : Caractéristiques sociodémographiques des mères

Variables

n

 %

Médiane (min-max)

Age des mères (ans)

 457

30 (16 - 54) ans

≤ 18

14 

3,1

18 – 35

347

75,9

≥ 35

96

21

Profession des mères

457

Commerçante

127

27,8

ménagère

211

46,2

Sans profession

56

12,2

Fonctionnaire

26

5,7

Etudiant/Elève

10

2,2

autres

27

5,9

Niveau d’instruction des mères

457

Secondaire 

241

52,7

Primaire

120

26, 3

Analphabètes

66

14,4

Supérieur

30

6,6

 


 

TableauVII : Caractéristiques sociodémographiques des pères

Variables

N=457

%

Profession des pères

Fonctionnaire       

155

33,9

Commerçants

81

17,7

Sans

77

16,8

Ouvriers

50

10,9

Paysans

29

6,3

Etudiant/Elève

13

2,8

Autres

52

11,4

Niveau d’instruction des pères

457

            Analphabètes

22

  4,8

            Primaire 

78

17,1

            Secondaire

267

58,4

            Supérieur

90

19,7

Près de ¾ d’enfants de notre échantillon provenaient de la commune d’Ibanda comme le montre la figure 3.

Figure 3: Répartition selon la commune de provenance


 

  1. ANALYSE

Parmi les 68 décès, 67,6% étaient âgés de moins de 5 ans contre 32,3% chez les plus de 5 ans. La différence de proportion de décès entre ces deux groupes d’âges est statistiquement significative (p=0,000). Le risque de décès est plus élevé chez les enfants de moins de 5 ans [OR=3,68, IC : 2,06-6,61)].

La proportion de décès parmi les enfants référés était de 61,7%. La différence de décès entre les enfants réfèrés et non référés était statistiquement significative  (p=0,000) Les enfants référés courent 3,04 fois le risque de décéder par rapport aux enfants non référés (OR =3,04, IC : 1,73-5,35).

Tableau VIII : analyse comparative de la mortalité par rapport aux caractéristiques sociodémographiques

Variables

décès n 68 (%)

guérison n 389 (%)

OR (IC à  95%)

p

Sexe

Féminin

 30 (41,1)

168 (43,2)

 1,04 (0,6-1,8)

0,99

Masculin

 38 (55,9)

221 (56,8)

Age (ans)

< 5

46 (67,6)

141 (36,2)

3,68 (2,06-6,61)

0,000

≥ 5

22 (32,8)

248 (63,7)

Délai avant recours aux urgences (heurs)

≤ 72

  17 (25)

96 (24,6)

    1,02(0,54-1,91) 

0,92

> 72

  51 (75)

293 (75,3)

Modalité de recours aux urgences

Référés                  

 42 (61,7)

135 (34,7)

3,04 (1,73-5,35)

0,000

Non référés

  26 (38,2)

254 (65,3)

Nous avions enregistré plus de  décès (64,7%) parmi les enfants des mères de faible niveau d’instruction. La différence de fréquences de  décès en fonction de niveau d’instruction était statistiquement significative (p=0,00). Les enfants dont les mères ont un niveau d’instruction faible courent 3,19 fois plus le risque de décéder (OR=3,19 ; IC : 1,8- 5,66).

Par contre, le niveau d’instruction des pères n’a pas d’influence sur le décès des enfants car l’IC de l’Odd ratio contient le chiffre 1 (OR=1,12 ; IC : 0,58 - 2,13).

Tableau IX : Analyse comparative de la mortalité par rapport aux caractéristiques sociodémographiques des parents

Variables

Décès

N 68 (%)

Guérison

 N 389 (%)

 OR (IC à  95%)

p

Niveau d’instruction des mères

Faible

44 (64,7)

142 (40,1)

3,19 (1,8- 5,66)

0,000

Elevé

24 (35,2)

247 (59,8)

Niveau d’instruction des Pères

Faible

16 (23,5)

84   (21,5)

1,12 (0,58- 2,13)

0,84

Elevé

52 (76,5)

305 (78,4)


Partager ce travail sur :