Arrow Table de matières
3162074

CHAPITRE III: ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS

III.1. Objectif de l’enquête

L’objectif de la présente enquête  est  de recueillir les informations propices et nécessaires sur les pratiques agricoles et la sécurité alimentaire  dans le territoire de Mwenga en général et en particulier la cité de Kamituga.

III.2. L’échantillonnage

La population de la cité de Kamituga étant une population trop mobile, et cette mobilité est justifier par la présence des cares miniers, il nous serait impossible d’enquêter sur la totalité de celle-ci. Dans ce contexte du présent travail, nous avons procédé par la technique d’échantillonnage et cette dernière a été choisie en fonction de la répartition selon le village, sexe, âge, profession, taille du ménage et le niveau d’étude.

III.3.Résultats attendus

A la fin de cette enquête, nous devons tenir compte des suggestions des avis et même des considérations, des uns et des autres a fin de comprendre le pourquoi de la baisse de production agricole qui est a la base de l’insécurité alimentaire dans le territoire de Mwenga en général et en particulier la cité de Kamituga et envisager quelques pistes de solutions pour éradiquer ce fléau qui ronge la paisible population de cette dernière.

 Sur le graphique nous constatons que sur un total de 106 personnes interrogées,  la majorité est celle dont l’âge est compris entre 15 à 30, celle dont l’âge est comprise entre31 à 46 Vien à la deuxième position  et celle dont l’âge est comprise entre 47 à 62 Vien à la dernière position.

Il ressort de ce graphique que les creuseurs, trafiquât  et les Twangeze constituent un gros des sujets enquêtés. Sur 106 personnes ces premiers sont au nombre de 60 soit 55 % et ceux qui viennent a la  dernier position sont les commerçants avec 5personnes  Soit 5%.

                  

Sur ce graphique nous constatons qu’un nombre important des ménages de ce milieu est de 6 à 11 personnes. Sur 106 ménages enquêtés 48 ménages ont un nombre de personne compris entre 6 et 11 personnes soit 45%

.

Sur ce présent graphique, la catégorie  de ceux qui se sont limites a l’école primaire est importante à raison de 48 personnes soit 45%,  et  ceux qui ont fait et qui font l’école secondaire viennent en deuxième position avec 37 personnes soit 35%,  pour ceux ont  et qui font les études supérieures et universitaires viennent en troisième position avec 12 personnes soit 12% ; en fin  nous avons d’autres personnes qui n’ont pas eu la chance  de faire les études  au nombre de 8 soit 8%.

 Pour ce présent graphique nous constatons que bon nombre de population son t dans les activités d’exploitations artisanales ; pour 106 sujets enquêtés nous avons 43 personnes, soit 41%.et d’autres activités viennent après.

Il ressort des résultants contenu dans ce graphique  que 13 répondants soit 46% des nos  enquêtés ont  1hectare, ce pendant 6 soit 21% des sujets enquêtés ont demi hectare, néanmoins 4repondants sur 28 soit 14% des sujets enquêtés ont deux hectares ; et 3personnes sur 28sujets enquêtés soit 11% ont ¼ hectare et deux personnes de nos enquêtés soit 7% ont aussi â…› hectare.

En observant ce présent graphique  nous nous rendons compte que la majorité d’agriculteurs cultive le manioc, sur 28 agriculteurs 14sujets soit 50% pratique cette dernière.

Il ressort de ce graphique que 45 personnes soit 42% répondants sur 106 ménages enquêtés disent  qu’ils mangent deux fois par jours, ce pendant 31repondant sur 106 sujets enquêtés soit 29% prennent 1repas par jours, 22 personnes sur 106 soit 21% prennent aussi 3par jours.

En  analysant ce présent graphique nous constatons que la  majorité de la population enquêtée préfère  au moins 3à 4 repas par jours soit 54% de sujet enquêtés préfères manger 3 fois par jour.

Ce graphique indique que sur 28 agriculteurs répondants 20 achètent les intrants soit 71 %,  6 répondants  sur 28 agriculteurs soit 21% reçoivent le dont des politiciens et 2 sur 28 répondants soit 7% accèdent par le dont des ONG les intrants agricoles.

Au regard de ce graphique, 26 agriculteurs répondants sur 28 sujets enquêtés soit 93% accèdent aux intrants agricoles difficilement et 2 autres soit 7% accèdent  a ces derniers facilement.

Les constants suivants sont observables dans ce graphique pour 28 sujets agriculteurs enquêtés : 15 sujets enquêtés soit 53% apprécient mal leurs productions agricoles, 8 sujets enquêtés soit 29% apprécient assez-bonne leurs productions agricoles, 2personnes soit 7%disent que leurs productions agricoles sont bonnes, 2autres personnes  soit 7%  ajoute en disant que leurs productions agricoles sont très mauvaise et 1personne soit 4%ajoute en disant que sa production agricole est très bonne.

Nos enquêtes dans la cité prouvant que bon nombre d’agriculteurs fertilisent les champs par les engrais organiques  mais qui ne leur donnent rien comme rendement souhaité. Pour ce la sur 28 agriculteurs enquêtés 12personnes soit 42% utilisent les engrais organiques, 10personnes soit 36% n’utilisent rien comme engrais et 6 autres personnes soit 21% fertilisent par  la rotation des cultures, l’engrais chimique  est inexistant pour les agriculteurs dans la cité.  

Il ressort des résultants contenus dans ce graphique, que la plupart des nos enquêtés confirmes que les plus part des difficultés majeurs auxquelles on se heurte au premier plan dans l’activité agricoles sont  celles d’insuffisance d’intrant agricole et les maladies culturales, et au deuxième plan est l’insuffisance de main d’œuvre et pillage des produit agricoles dans les champs et enfin Vien le problème d’écoulement des produits agricoles.   

Ce graphique fait observer que parmi nos enquêtés, la majorité entre eux  déclarent que la présence  d’appui technique peut surmonter les difficultés majeurs auxquelles on se heurte dans les activés agricoles.

De ce graphique, nous constatons les stratégies proposées par la population pour combattre l’insécurité alimentaire sont nombreuses, mais les plus touchées sont celle d’être appuyé techniquement, matériellement et financièrement et même de se donner a l’agriculture comme activité principale (activité quotidienne).

Les enquêtes que nous avons menées sur le terrain prouvant que  sur 106 sujets enquêtés sur l’estimation de l’agriculture et les mines, 49 personnes dont  34 hommes et 15 femmes soit 46% affirment que les mines ont une grande valeur que  l’agriculture et 57 autres dont 30 femmes et 27 hommes soit 54% affirment aussi que l’agriculture vaut plus que les mines.

CONCLUSION PARTIELLE

Tout au long de notre enquête, nous avons voulu étudier  et analyser les problèmes liés à l’insécurité alimentaire dans la cité de Kamituga et les stratégies menées par la population pour combattre ce fléau.

Des études menées dans le territoire de Mwenga en général  et en particulier la cité de Kamituga qui est composée par deux groupements, celui de Busse et Baligi ; montrent que les travaux d’exploitation artisanale  sont les activités principales de la population et l’agriculture vient a la seconde position, mais avec un rendement très minime qui n’arrive pas à satisfaire la population en besoin alimentaire et la majorité qui effectue cette activité est la population non active (population vieux) qui n’applique presque pas les techniques modernes pour une bonne production.

Au regard de ces résultats, la population agricultrice de la cité de Kamituga a le souci de voir leurs production améliorée afin de lutter contre l’insécurité alimentaire.

Au terme de notre enquête sur le terrain, nous constatons que les résultats de l’enquête viennent de vérifier nos hypothèses que nous avons énoncées au départ.

Pour ce faire, nous avons pensé qu’a la mise en place d’un projet de création d’un centre  d’encadrement et d’appui technique, matériel et financier aux agriculteurs dans le souci de croitre le rendement agricole et faire face à l’insécurité alimentaire dans la cité de Kamituga.

Partager ce travail sur :