Arrow Table de matières
6832597

CHAP.III : PRESENTATION, ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS D’ENQUETE

 

Figure 2: Repartition de l’echantillon selon l’Etat civil

De ce tableau, il ressort que les femmes mariées représentent 70% soit 56  femmes des ménages enquêtés sur 80, contre 10 veufs (ves) qui représentent 12,5% et 14 célibataires qui représentent 17,5%.

Nous constatons que les  mariés sont plus nombreux dans le groupement de Itara.

3.1. Caractéristiques socio-économiques des ménages
Tableau n° 6: Répartition de l’échantillon selon la taille du ménage.

4. Taille du ménage

Fréquence

%

De 0-4 enfants

15

18,7

De 4 à 7 enfants

26

32,5

De 7 à 10 enfants

25

31,2

De 10 et plus

14

17,5

Total

40

100

De ce tableau, il ressort que 15 de ménages enquêtés affirment avoir dans leur ménage de 0 à 4 enfants soit 18,7%, 26 ménages enquêtés soit 32,2% ont chacun 4 à 7 enfants, 25 ménages  enquêtés soit 31,2% affirment avoir chacun 7 à 10 enfants et 14 ménages enquêtés soit 17,5% ont chacun 10 enfants et plus dans leur ménage.

Tableau  7:   Répartition de l’échantillon selon la profession du chef de ménage 

Profession du chef de ménage

Fréquence

%

Agriculture

37

46,2

Enseignant

10

12,5

petit commerce

33

41,2

Total

80

100

Source: Nos enquêtes sur terrain Avril et Mai 2016

De ce tableau il ressort que 37 ménages enquêtés pratiquent l’agriculture soit 46,2% ; 10 ménages enquêtés   sont des enseignants soit 12,5% et 33 ménages enquêtés soit 41,2% font le petit commerce pour subvenir à leur besoins.

Figure 3 : Répartition de l’échantillon  selon le niveau d’étude.

Il ressort de cette figure, que dans le groupement de d’ITARA, 38 ménages enquêtés   sur 80 ont affirmé avoir fréquenté l’école primaire soit 47,5% et 32 ménages enquêtés nous ont  déclaré qu’ils avaient fréquenté l’école secondaire soit 40% et 10 ménages enquêtés ont affirmé  qu’ils ont un niveau d’étude supérieur soit 12,5%.

3.1 : Caractéristique socio-économique des ménages.

Tableau 8 : Répartition de l’échantillon  selon la source de revenu dans le ménage

Source de revenu dans le ménage

Fréquence

            %

Agriculture

23

28,7

Elevage

11

14

Commerce

21

26,2

Salarié

6

7,5

Pêche

5

6,2

Artisanat minier

4

5

Main d’œuvre louée

10

12,5

Total

80

100

Il  ressort de ce tableau que dans le groupement de d’Itara 11 femmes sur 40 ont fréquenté l’école primaire soit 27,5% et 7 ont fréquenté l’école secondaire soit 17% et 22 femmes sont sans niveau soit 55% qui n’avaient pas franchit le banc de l’école.

Figure 5 Etablissement du calendrier agricole

Il ressort de cette figure que 59 ménages enquêtés soit 73,7% montrent que l’établissement de calendrier est non effectif et 21 ménages enquêtés soit 25,3% affirment qu’ils établissent le calendrier  agricole pour leurs activités agricoles.

Tableau 8 : LE REVENU MESNSUEL EN MOYENNE EN U.$

LE REVENU MESNSUEL EN MOYENNE EN U.$

Fréquence

%

≤ à 10$

12

15

11$ à 20$

11

13,7

21$ à 30$

16

20

31$ à 40$

20

25

41$ à 50$

13

16,2

50$ et plus

8

10

Total

80

100

Il ressort de ce tableau que 12 ménages enquêtés soit 15% affirment que Leur revenu mensuel moyenne annuel est ≤ à 10$, 11 ménages enquêtés soit 13,7% affirment qu’ils ont un revenu mensuel en moyenne de 11$ à 20$ ; 16 ménages enquêtés soit 20% affirment que leur revenu mensuel est de 31$ à 30 $ ; 13 ménages enquêtés soit 16,2% affirment également que leur revenu mensuel se trouverait entre 41$ à 50$  et 8 ménages enquêtés soit 10% affirme que leur revenu mensuel se trouverait entre 50$ et plus.

C’est ainsi que nous constatons que  la majorité de population se trouve dans une misère totale malgré les différentes activités qu’ils exercent quotidiennement.     

Tableau 9 : LES DEPENSES PRINCIPALES DANS LE MENAGE

LES DEPENSES PRINCIPALES DANS LE MENAGE

Fréquence

%

La  scolarisation

28

35

Les soins médicaux

15

18,7

Alimentation

23

28,7

Logement

11

            13,7

Loisirs

3

3,7

Total

100

Il ressort de ce tableau que 28 ménages enquêtés soit 35% affirment que la scolarisation  des enfants est parmi les dépenses principales dans les ménages,15 ménages enquêtés soit 18,7% affirment que les soins médicaux dans les ménages, 23 ménages enquêtés soit 28,7% affirment que  l’alimentation de leurs ménages font parti des dépenses principales dans les ménages, dans le territoire d’Itara, 11 ménages enquêtés soit 13,7% nous ont affirmé qu’ils payent le logement et 3 ménages enquêtés soit 3,7 % nous ont affirmés que le loisir font parti de leurs dépenses principales dans les ménages.

Figure 6 PERTURBATIONS PLUVIOMETRIQUES ET CLIMATIQUES

 Il ressort de cette figure que 44 ménages enquêtés soit 55% affirment qu’ils observent les perturbations pluviométriques et climatiques par la saison sèche prolongée ; 36 ménages enquêtés nous ont affirmés qu’ils n’observent pas les perturbations pluviométriques et climatiques.

Figure 7 LE MOIS  DE MANIFESTATION DE PERTUBATION CLIMATIQUE

Il ressort de cette figure que dans le mois de mars on observe beaucoup plus de manifestation de perturbation climatique dont  23 ménages enquêtés soit 28,7%  et d’autres manifestations s’observent de temps et temps dans le mois de Novembre dont 18 ménages enquêtés soit 22,5% ; Le mois d’octobre suit en 3ème position par avec 17 ménages enquêtés soit  21,2% ; et on observe dans le mois de décembre quelques perturbations climatiques selon 12 ménages enquêtés soit 12% affirment et en fin le mois d’avril qui vient en dernière position confirmé par 10 ménages enquêtés soit 12,5% qui nous ont affirmé que dans ce mois il n’il n’y a pas beaucoup de manifestation de la perturbation climatique.  

Figure 7 : AFFECTATION DES ACTIVITES AGRICOLES PAR LES PERTURBATIONS PLUVIOMETRIQUES.

Il ressort de ce tableau que 43 ménages enquêtés soit 53,7%  affirment que les perturbations climatiques  et pluviométriques affectent beaucoup plus les activités agricoles  et 37 ménages enquêtés soit 42,3% nous ont affirmé que les perturbations climatiques et pluviométriques  n’affectent pas beaucoup plus les activités agricoles mais il y a d’autres causes perturbatrices des productions agricoles.

Tableau 10: LE RENDEMENT DES CHAMPS PARRAPORT AUX 5 DERNIERES ANNEES

LE RENDEMENT DES CHAMPS PARRAPORT AUX 5 DERNIERES ANNEES

Fréquence

%

Très bon

2

2,5

Bon

22

27,5

Le même

20

25

Moins bon

28

35

Médiocre

5

6,2

Très mauvais

3

3,7

Total

80

100

Il ressort de ce tableau que 2 ménages enquêtés soit 2,5% affirment que le rendement des champs par rapport aux cinq dernières années est très bon, 22 ménages enquêtés, soit 27,5% affirment que le rendement est bon ; 20 ménages enquêtés soit 25% affirment que le rendement agricole n’a pas changé ; 28 de nos enquêtés soit 35% ont affirmé  que le rendement est moins bon pendant les cinq dernières années ; 5 ménages enquêtés soit 6,2% affirment que le rendement des champs est médiocre par rapport aux cinq dernières années et 3  ménages enquêtés soit 3,7%  nous ont affirmé que le rendement agricole reste toujours très mauvais pendant les cinq dernières années.

Tableau 11 : Les cas de risque qui affectent les champs

 Les cas de risque qui affectent les champs

Fréquence

%

Cas de pluies tardives

16

20

Cas de sécheresse prolongée

30

37,5

Cas d’abondantes de pluies

23

28,7

Cas de la dégradation du sol

11

13,7

Total

80

100

Il ressort de ce tableau que 16 ménages enquêtés soit 20% affirment que le cas de pluies tardives affectent beaucoup plus le champ qui causent la faible production agricole dans le groupement d’Itara 30 ménages enquêtés soit 37,5% affirment que la sécheresse prolongée est le cas qui affecte négativement les champs dans la production ; 23 ménages enquêtés soit 28,7% affirment que l’abondance de pluie est parmi le cas qui cas qui affecte le champs dans la production agricole parce qu’il y a toujours des inondations qui se manifestent pendant la période de pluie et 11 ménages enquêtés soit 13,7% affirment que la dégradation du sol n’est pas épargné dans le cas qui affecte le champs dans la production agricole dans le groupement d’Itara. 

Tableau 12 : LES CONSEQUENCES DIRECTES ENGENDREES PAR  CES RISQUES

LES CONSEQUENCES DIRECTES ENGENDREES PAR  CES RISQUES

Fréquence

%

La malnutrition

12

15

Abandon des champs

6

7,5

Insécurité alimentaire

27

33,7

Baisse du niveau de production

35

43,7

Total

 

100

De  ce tableau il ressort que 12 ménages enquêtés soit 15% affirment que la malnutrition est parmi les conséquences qui sont engendrées par les risques et aléas climatiques, 6 ménages enquêtés soit 7,5% affirment que l’abandon de champs fait pari de ce risque, 27 ménages enquêtés soit 33,7%  affirment que l’insécurité alimentaire est causé par ces risques et 35 ménages enquêtés soit 43,7%  nous ont affirmés que la baisse de la production est la première conséquence  directe engendrée par les risques et aléas climatiques.  

Tableau 13 LES STRATEGIES DEVELOPPEES EN COMMUNAUTE OU INDIVIDUELLE POUR LUTTER CONTRE LES RISQUES ET ALEAS CLIMATIQUES

LES STRATEGIES DEVELOPPEES EN COMMUNAUTE OU INDIVIDUELLE POUR LUTTER CONTRE LES RISQUES ET ALEAS CLIMATIQUES

Fréquence

%

Plantage d’arbre

47

58,7

Canalisation

20

25

Rien

13

16,2

Total

80

100

De  ce tableau il ressort  que 47 ménages enquêtés soit 58,7% affirment que la plantation d’arbre dans le groupement d’itara est la meilleur stratégie pour lutter contre les risques et aléas climatiques pour augmenter la production agricole par la régulation de la saison culturale, 20 ménages enquêtés soit 25% affirment que la canalisation peut aussi lutter contre les risques et aléas climatiques et 13 ménages enquêtés soit 16,2% estiment qu’on peut rien faire parce que la situation est devenu plus fréquente et régulière.

CONCLUSION PARTIELLE

Dans cette partie, il a été question de donner l’introduction générale, la généralité sur les aléas climatiques, la méthodologie y compris la brève présentation  du groupement d’Itara et la présentation, analyse et interprétation des résultats d’enquête.

La méthode descriptive, Les techniques (d’enquête par questionnaire, d’observation,  d’entretien), nous  ont permis d’obtenir des résultats ci-après qui ont confirmé nos hypothèses.

 Il ressort de notre  enquête qu’il s’observe les perturbations pluviométriques et climatiques par la saison sèche prolongée,   le cas de pluies tardives qui causent la faible production agricole, la sécheresse prolongée, l’abondance de pluie, la dégradation du sol et sont là les risques Agricoles et aléas climatiques auxquels font face les petits agriculteurs d’Itara;

 20% des enquêtés affirment que le cas de pluies tardives affectent beaucoup plus le champ qui causent la faible production agricole dans le groupement d’Itara, suivi de  la sécheresse prolongée qui est le cas qui affecte négativement les champs dans la production ; d’autres montrent que l’abondance de pluie est parmi les cas qui affectent les champs dans la production agricole parce que il y a toujours des inondations qui se manifestent pendant la période de pluie et en fin d’autres enquêtés montrent  que la dégradation du sol n’est pas épargnée dans les cas qui affectent le champs dans la production agricole dans le groupement d’Itara.  Tout ceci est illustré dans la figure n°7 du présent travail.

La plupart des nos enquêtés réclament en terme de proposition à 58,7%  que la plantation d’arbre dans le groupement d’Itara serait  la meilleur stratégie pour lutter contre les risques et aléas climatiques et par conséquent augmenter la production agricole par la régulation de la saison culturale, ce qui nous amène à proposer un  projet de plantation des arbres  sur  le long de routes du groupement d’Itara.

Partager ce travail sur :