Arrow Table de matières
6869911

CONCLUSION GENERALE

Les pathologies cérébrales sont fréquentes et potentiellement graves à Bukavu.                                                Le scanner est l’examen d’imagerie médicale de première intension pour la plupart des anomalies du moins dans les zones comme les nôtres où l’Imagerie par résonnance magnétique n’a pas encore vu le jour.                                                                                                                                                                                     Cette étude rétrospective intitulée « Apport de la tomodensitométrie dans le diagnostic des pathologies cérébrales à l’HGR de Panzi » a porté sur 121patients qui ont tous bénéficié de cet examen. Elle avait comme objectif général d’évaluer la pratique tomodensitométrique        crânio-encéphalique à l’HGR Panzi. Les objectifs spécifiques étaient de : déterminer la fréquence globale des scanners cérébraux tout en la spécifiant selon les prescripteurs notamment  les structures médicales ainsi que selon  l’indication, de décrire le profil épidémiologique des patients selon  l’âge, le sexe, et leur provenance, d’identifier le délai de réalisation de l’examen et en fin, dégager les principales pathologies diagnostiquées au scanner.

Au terme de cette étude, nous pouvons retenir ce qui suit :                                                                   a)Sur les plans épidémiologique et clinique:                                                                                                                 - Le scanner cérébral représente 49% de l’ensemble des examens scannographiques réalisés dans le service d’imagerie médicale durant cette période d’étude.                                                                                    - La tranche de  61-70 sont les plus répertoriés avec 23,,9%.                                                                                   – Les hommes ont représenté 53,7% contre 46,3% pour les patients de sexe féminin.                         - La plupart des patients habitent  la ville de Bukavu.                                                                                                                              - A l’admission, l’accident vasculaire cérébral était la pathologie la plus diagnostiquée mais les céphalées constituaient le principal signe clinique évoqué (35%).                                               – la plupart des patients avaient consulté à l’hôpital de Panzi notamment au service de médecine interne et ses spécialités.                                                                                                 – l’examen s’était déroulé dans les 24h suivant l’indication dans 40,5% des cas et la majorité des patients s’était pris en charge (44,5%).                                                                                                                                   b) Au point des résultats tomodensitométriques :                                                                            - 53,7% d’examens étaient pathologiques contre 47,3% pour les examens normaux.                          – Les pathologies vasculaires (27,27%) étaient plus répertoriés  et dominées par les accidents vasculaires ischémiques (69 ; 69%) ; les autres pathologies notamment   infectieuses, traumatiques, dégénératives, tumorales et malformatives étaient également signalées. Il s’agit respectivement : la sinusite, les hématomes et les fractures simples de la voute, l’atrophie cortico-cous-corticale, le méningiome et l’hydrocéphalie.                                                                                                                                    Au delà de la radiographie standard, le scanner permet de répondre à des questions simples et orienter un geste chirurgical ou un traitement médical et intervient dans le suivi lésionnel.                                                                                                                                                En effet l’ examen TDM cérébral a permis de mieux appréhender les différents types de lésions crâniennes mais aussi les atteintes cérébrales. La complexité de ces  lésions et leur prise en charge traduisent la nécessité de pratiquer cet examen au cours d’une symptomatologie neurologique ou cérébrale inhabituel. D’où l’intérêt des équipes pluridisciplinaires et collaborant.Eu égard de ce qui précède, il s’avère nécessaire de formuler quelques recommandations :                                                                                                                         - Aux autorités politico-administratives et sanitaires :                                                                                         -D’élaborer et adopter une bonne politique de sécurité sociale pour une meilleure prise en charge des patients  afin de minimiser le coût du scanner.                                                      - Renforcer les mesures de prévention des risques cardiovasculaires, métaboliques, infectieuses ainsi que  contre les accidents de la voie publique.                                                 – promouvoir la former continue du personnel la santé sur la prise en charge des pathologies courantes.                                                                                                                         – A la faculté de médecine de l’UEA : de renforcer la formation des médecins stagiaires l’encadrement des étudiants en médecine pour leur pratique ultérieure.                                                                                                                   – A l’hôpital de Panzi : -de renforcer son service social pour le soutient des démunis et de faire un plaidoyer auprès de ses partenaires en vue de financement pouvant réduire sensiblement  le cout de l’examen scannographique du fait du faible pouvoir d’achat de la population.                                                                                                                             –A la population :                                                                                                                              Respecter de façon rigoureuse les prescrit en matière des soins santés primaires dans la survenue de certaines maladies.

Partager ce travail sur :