Arrow Table de matières
1490494

III.2 PARAMETRES DE RENDEMENT

1.1.1   Nombre des gousses par plant

Le nombre des gousses par plan ainsi que l’analyse de la variance lui associé quand aux paramètres qui ont influencé cette variable sont respectivement présentés dans les tableaux 14 et 15 qui suivent.

Tableau 14. Nombres des gousses par plant après récolte

                                       ENGRAIS

VARIETES

BLOCS

I

II

III

MOYENNES

MO

V2

6.1

6

5.2

5.76

V1

3.2

9.4

4

5.53

V3

6.4

7

6.1

6.5

MO+MX

V1

7.9

10.1

10.6

9.53

V3

9.1

7.1

9.6

8.6

V2

7.1

6.7

7

6.93

MX

V1

6.4

6.2

5

5.86

V2

4.1

4.8

7

5.3

V3

7.2

8

4.9

6.7

T

V2

3.5

3.1

4.1

3.56

V3

4.1

2.2

6.3

4.2

V1

5.4

3

3

3.8

Tableau 15. Analyse de la variance portant sur le nombre des gousses par plants

Source de variation

Df

Ss

Ms

Vr

Fpr

Signification

Amendement

3

91.552

30.517

25.69

<.001

**

Varietés

2

15.637

7819

6.58

0.005

*

Amendement.varietées

6

11.374    

1.896

1.60

0.192

NS

Residuel

24

28.507

1.188

Total

35

147.507

Cv: 18.5%

Les résultats de l’analyse de la variance présentés au tableau 15 ci-dessus, montrent qu’au seuil de 5%, l’interaction amendement et variété n’induise à aucune différence significative. L’engrais et les variétés  quant à eux ont hautement influencés ce parametre. Ainsi, un test de comparaison des moyennes au niveau de l’amendement et de la variété a été effectué en vue de déceler à quel niveau se situe ces différences (tableaux 16 et 17).

Tableau 16. Comparaison des moyennes au niveau de l’amendement

N

Amendement

Moyenne

Groupe homogène

1

MO+MX

8.30

A

2

MX

6.02

B

3

MO

5.43

B

4

T

3.86

C

PPDS. : 1.060

Il résulte du tableau 16 que les moyennes fournies par  la matière organique plus les minéraux (MO+MX) sont de loin supérieur  à celles des autres types d’engrais. Cet amendement a été suivi par les minéraux(MX). En effet, l’impact du P et de l’N en tant qu’éléments essentiels dans le développement de la plante mais aussi celui du P e tant qu’élément majeur dans la nouaison de la fructification sont important pour expliquer ces différences (FAO, 2003). La matière organique MO et le traitement de comparaison (temoin) ont affiché les plus faibles moyennes.

Tableau 17. Comparaison des moyennes liées à la variétéTableau 17 : Comparaison au niveau de la variété

N

Variété

Moyenne

Groupe homogène

1

V3

6.83

A

2

V1

5.48

B

3

V2

5.39

B

PDDs : 0.918

Il ressort du tableau 17 que la variété muke mwema se montre plus performante avec une moyenne élevée de nombre des gousses par plant. Cette dernière était suivie par la variété HM21-7 et, en dernière position, la variété RWR. Cette différence parait être due en grande partie au caractère variétal ainsi qu’à l’adaptation au milieu.                                                                           

1.1.2   Nombre des graines par gousse

Après décorticage des gousses, le nombre des graines était évalué afin de déterminer le lien avec les amendements apportés et/ou les types des variétés utilisés (tableaux 18 et 19)..

Tableau 18. Nombre des graines par gousses

ENGRAIS

VARIETES

BLOCS

I

II

III

MOYENNES

MO

V2

2.5

5.2

2.3

3.73

V1

3.2

3.8

3.5

3.5

V3

5.1

5.2

5.1

5.13

MO+MX

V1

4

6

6.3

5.43

V3

5.6

2.3

4.5

4.13

V2

3.9

4.2

3.1

3.73

MX

V1

2.3

4

3.6

3.3

V2

5

3.1

2.9

3.66

V3

5.4

5.1

4.3

4.93

T

V2

2.1

3.2

3.5

2.93

V3

4.1

6

4

4.7

V1

2

5

2.1

3.03

Tableau 19. Analyse de la variance (ANOVA) relative au nombre des graines par gousse

Source de variation

Ddl

Ss

Ms

Vr

Fpr

Signification

Amendement           

3

3.472

1.157

0.95

0.432

NS

Variétés

2

10.787

5.394

4.43

0.023

*

Amendement.varietées

6

10.204

1.701

1.40

0.256

NS

Résiduel

24

29.200

1.217

Total

35

53.663

Cv : 27.7%

Les résultats du tableau 19 font voir qu’il n’existe pas de différence significative du nombre des graines par gousse entre différentes variétés, moins encore entre les différents amendements, ou encore de différences dues à l’interaction entre variété - amendement. Seulement, il a été constaté que les variétés ont des très petites différences presqu’invisible à petite échelle.

 

Tableau 20. Comparaison des moyennes au niveau de la variété     

N

Variété

Moyenne

Groupe homogène

1

V3

4.73

A

2

V1

3.82

AB

3

V2

3.42

B

PPDS : 0.929                             

Du tableau 20, il ressort que la petite différence qui existe entre le nombre des graines par gousse est que c’est la variété locale Muke mweme qui a plus des graines. Celle-ci étant suivi par la variété HM21-7 et enfin viens en dernière position la variété RWR.

1.1.3   Rendement parcellaire

De façon générale, le rendement parcellaire a été évalué pour l’ensemble des variétés utilisées et des amendements effectués (tableaux 21 et 22).

Tableau 21. Poids (g) totale des haricots récoltés par parcelle

ENGRAIS

VARIETES

BLOCS

I

II

III

MOYENNES

MO

V2

590

601

490

560.333

V1

675

592

709

658.666

V3

491

400

500

463.66

MO+MX

V1

721

621

690

677.33

V3

526

804

619

694.6

V2

691

500

703

631.33

MX

V1

571

563

540

540

V2

431

581

600

516.3

V3

390

490

425

435

T

V2

310

392

360

354

V3

317

299

412

342.6

V1

400

401

362

387.6

Tableau 22. Analyse de la variance (ANOVA) liée au rendement parcellaire par variété

                                                                      Source de variation

Ddl

Ss

Ms

Vr

Fpr

Signification

Amendement           

3

398560

132853

25.24     

<.001

**

Variétés

2

57928.

28964.     

5.50

0.011

*

Amendement.varietées

6

32021.

5337.

1.01

0.440

NS

Residuel

24

126343.

5264.

Total

35

614853.

Cv% : 13.9

Du tableau 22,  il ressort de l’analyse de la variance du rendement parcellaire au seuil de 5%, qu’il existe des différences hautement significatives entre les amendements faits ainsi qu’au niveau de la variété. Ceci étant, il parait alors nécessaire de passer à la séparation des différentes moyennes (tableaux 23, 24 et 25).

Tableau 23. Comparaison des moyennes du rendement dues à l’amendement

N

Amendement

Moyenne

Groupe homogène

1

MO+MX

653

A

2

MO

561

B

3

MX

510

B

4

T

362

C

PPDS : 70.6

Du tableau 23, il se dégage que la plus grande production a été obtenue dans des parcelles qui ont été amendées par la matière organique combinée aux engrais minéraux (MO+MX) ; soit 2 fois plus grands que dans les parcelles considérées comme témoins. Ceci peut se justifié par les faite que les engrais minéraux sons bien rentabilisés par les plantes en présence de l’engrais organique. Ce rendement a été suivi de celui de la matière organique (MO) qui est venu en deuxième position. En effet, le faite qu’en plus de l’Azote N, du Potassium K et du phosphore P que contiennent le fumier, son application permet d’apporter des éléments comme P, Mo, Co, B, Cu et Zn qui sont indispensables pour assurer le potentiel d’assimilation symbiotique des légumineuses et accroitre le rendement (Vanderborght et Baudoin, 2001 cité par Malekera, 2014).

Tableau 24. Comparaison des moyennes du rendement dues aux variétés

N

Variété

Moyenne

Groupe homogène

1

V1

571

A

2

V2

521

AB

3

V3

473

B

PPDS : 61.1

Du tableau 24, il ressort que la variété HM21-7 était plus productive que toutes les autres variétés.

Tableau 25. Comparaison des moyennes dues à l’interaction amendement - variété

Interaction amendement .variété

Moyenne

Groupe homogène

MO+MX.V1

677

A

MO.V1

659

A

MO+MX.V3

650

A

MO.MX.V2

631

A

MO.V2

560

B

MX.V1

558

B

MX.V2

537

B

MO.V3

464

C

MX.V3

435

C

T.V1

390

C

T.V2       

354

C

T.V3

343

C

PPDS 122.3

Le tableau 25 montre qu’il existe des différences significatives entre les différentes options de fertilisation. Ainsi, 3 groupes homogènes peuvent être relevés :

  • le groupe A où les meilleurs rendements ont été obtenu d’un côté pour toutes les variétés dans les parcelles où le fumier a été combiné aux éléments minéraux ; d’un côté pour la variété HM21-7 dans les parcelles amendées à la matière organique. ;
  • le groupe B est celui du rendement obtenu pour la variété RWR dans les parcelles amendées avec la matière organique d’une part et la matière minérale d’autres ; et la variété HM21-7 produite dans les parcelles amendées à la matière minérale
  • le groupe C constitué des variétés dont les productions ont été obtenues dans le reste des parcelles.

Ainsi, peut-on observer d’une manière générale, que le meilleur rendement est obtenu dans les parcelles amendées avec la matière organique combinée aux engrais minéraux (MO+MX) et les rendements les plus faibles étaient obtenus dans les parcelles qui ont servi comme témoin d’une part et d’autres part dans les parcelles amendées à la matière organique ou à aux engrais minéraux pour la variété locale Muke mwema. Par contre un rendement séré ou moyen a été observé dans des parcelles amendées avec les minéraux MX (pour les variétés HM21-7 et RWR) ou avec la matière organique MO (uniquement pour la variété RWR).   

 

Partager ce travail sur :