Arrow Table de matières
4091774

II.5 CONCEPTION ET IMPLEMENTATION

 

II.5.1 Introduction

Avant de procéder à la conception et à l’implémentation du nouveau système d’information à l’usage de la DGDA Sud-Kivu, nous allons avant tout commencer  par le concevoir. Du Modèle Conceptuel des Données  au Modèle Physique des données en passant par le Modèle Logique des Données, nous pensons atteindre l’objectif d’offrir à la DGDA Sud-Kivu une application logicielle au service de dédouanement.

II.5.2 Le dictionnaire des données

Le dictionnaire des données est un document qui permet de recenser, de classer et de trier toutes les informations (les données) collectées lors des entretiens ou de l’étude des documents [KAS2012].

Tableau II.7 : Dictionnaire de données

Libelle explicatif

Champs

Longueur

Type

Règle de calcul

Documents

Adres  exploitat

Adresse_Exploitat

15

Texte

-

-

Adres  receveur

Adresse_Receveur

15

Texte

-

-

Adres déclarant

Adresse_Declarant

15

Texte

-

-

Adresse agence

Adresse_Agence

15

Texte

-

-

Assurance

Assurance

-

Monétaire

-

-

Autres charges

Autres_Charges

-

Monétaire

-

-

Banque

Banque

15

Texte

-

-

Code marchand

Code_March

6

Texte

-

-

Code tarifaire

Code_Tarifaire

6

Texte        

-

-

Compt importat

Compte_Importat

6

Texte

-

-

Date de l’ID

Date_ID

10

Date

-

-

Date de l’OD

Date_OD

10

Date

jj/mm/aaaa

-

Date du BD

Date_BD

10

Date

jj/mm/aaaa

-

Date paiement

Date_Paiement

10

Date

jj/mm/aaaa

-

Denomination

Denomination

15

Texte

-

-

Droit consom.

DC

-

Monétaire

-

-

Droit d’entrée

DE

-

Monétaire

-

-

Lieu

Lieu

15

Texte

-

-

Lieu chargement

Lieu_Chargement

15

Texte

-

-

Lieu d’entrée

Lieu_Entree

15

Texte

-

-

Mode paiement

Mode_Paiement

15

Texte

-

-

Mode transport

Mode_Transport

15

Texte

-

-

Montant à payer

Montant_A_Payer

-

Monétaire

-

-

Nom agence

Nom_Agence

15

Texte

-

-

Nom déclarant

Nom_Declarant

15

Texte

-

-

Nom importat

Nom_Importateur

15

Texte

-

-

Nom receveur

Nom_Receveur

15

Texte

-

-

Nombre de colis

Nombre_Colis

-

Numérique

-

-

Num déclarant

Num_Declarant

6

Texte

-

-

Num receveur

Num_Receveur

6

Texte

-

-

Numéro agence

Num_Agence

6

Texte

-

-

Numero de l’ID

Num_ID

6

Texte

A créer

ID

Numero de série

Num_Serie

6

Texte

A créer

NV

Numéro du BD

Num_BD

6

Texte

A créer

BD

Numero identité

NumID_National

6

Texte

-

-

Numéro l’OD

Num_OD

6

Texte

A créer

OD

Observation

Observation

15

Texte

-

-

Pays d’origine

Pays_Origine

15

Texte

-

-

Pays destination

Pays_Destination

15

Texte

-

-

Pays provenance

Pays_Provenance

15

Texte

-

-

Poids marchan

Poids

15

Texte

-

-

Positio statistiq.

Position_Statistique

-

Numérique

-

-

Prix d’achat

Prix_Achat

-

Monétaire

-

-

Raison sociale

Raison_Sociale

15

Texte

-

-

Regist commer

Registre_Commerce

6

Texte

-

-

Taux  DE

Taux_DE

-

Numérique

-

-

Taux  TVA

Taux_TVA

Numérique

-

-

Taux DC

Taux_DC

-

Numérique

-

-

TVA

TVA

-

Monétaire

-

-

Valeur douane

Valeur_CIF

-

Monétaire

-

-

II.5.3 Modèle conceptuel de données (MCD)

Le modèle conceptuel de données (MCD) est un schéma représentant la structure du système d’information du point de vue de données, c’est-à-dire les objectifs d’une part et la dépendance ou relation entre les différentes données ou objets d’autre part au niveau du système d’information à concevoir. Il s’agit donc d’une représentation de données permettant de décrire de façon statique le système d’information à l’aide des concepts entité-association. Cette étape consiste donc à répondre à la question quoi ? C’est-à-dire qu’est-ce qu’il faut faire avec quelle donnée ? A ce niveau, on ne se préoccupe ni de l’organisation des données ni du matériel qui va traiter les données mais des modèles des données et de modèle de traitement que vont subir ces données [KAS2012].

Sur base du modèle conceptuel des flux et en nous appuyant sur la matrice des flux, les acteurs suivants ont été retenus comme entités : Importateur, Marchandise, Déclarant, Paiement, Tarification, Receveur, Agence, Ordre, Bordereau, Définitive.

En prenant en compte ces entités et en fonction des associations qui les lient, nous obtenons le schéma suivant :

Figure II.2 : Le schéma du modèle conceptuel de données (MCD)

Les règles de gestion 

R1 : un importateur peut importer un ou plusieurs marchandises,

R2 : une agence en douane peut avoir un ou plusieurs déclarants,

R3 : une marchandise est constituée par un ou plusieurs produits,

R4 : un déclarant peut déclarer un ou plusieurs marchandises,

R5 : un importateur peut choisir un et un seul déclarant,

R6 : un ou plusieurs marchandises possèdent une seule tarification,

R7 : un importateur peut donner plusieurs ordres,

R8 : un ou plusieurs déclarants peuvent effectuer un ou plusieurs paiements,

R9 : un seul paiement peut concerner une ou plusieurs marchandises,

R10 : sur un bordereau peut figurer plusieurs marchandises,

R11 : une déclaration peut contenir une ou plusieurs marchandises,

R12 : un receveur peut livrer un ou plusieurs bordereaux.

II.5.4 Modèle logique de données (MLD)

La conception d’un modèle logique consiste à produire un schéma qui soit conforme au modèle d’une famille de SGBD et équivalent à un schéma conceptuel source. On réalise ce processus par  une  séquence  de  transformations appliquées au schéma conceptuel, jusqu’à ce que le résultat soit conforme au modèle cible. Ce point est consacré à la production d’un schéma relationnel à partir d’un schéma conceptuel entité-association [HAI2009].

Ainsi, le modèle logique de données (MLD) du MCD précèdent va se présenter schématiquement comme suit :

a)Schéma du modèle logique de données (MLD)

Figure II.3 : Le schéma du modèle logique de données

  1. b) modèle logique des données relationnel (MLDR)

EFFECTUE (#Num_Declarant, #Num_Serie)

TARIFICATION (#Code_Tarifaire, Position_Statistique, DE, DC, TVA, Taux_DE, Taux_DC, Taux_TVA)

DECLARANT (#Num_Declarant, Nom_Declarant, Adresse_Declarant, Num_Agence)

IMPORTATEUR (#NumID_National, Raison_Sociale, Nom_Importateur, Adresse_Exploitation, Registre_Commerce, Compte_Importateur, Num_Declarant)

PAIEMENT (#Num_Serie, Mode_Paiement, Date_Paiement, Banque, Lieu, Montant_A_Payer)

MARCHANDISE (#Code_March, Nbre_Colis, Pays_Origine, Pays_Destination, Pays_Provenance, Denomination_March, Prix_Achat, Mode_Transport, Assurance, Lieu_Chargement, Valeur_CIF, Lieu_Entree, Autres_Charges, Code_Tarifaire, Num_Serie, Num_Declarant, Num_ID, Num_BD, Num_OD, NumID_National)

BORDEREAU (#Num_BD, Date_BD, Observation, Num_Receveur)

DEFINITIVE (#Num_ID, Date_ID)

AGENCE (#Num_Agence, Nom_Agence, Adresse_Agence)

RECEVEUR (#Num_Receveur, Nom_Receveur, Postnom_Receveur)

II.5.5 Modèle physique de données (MPD)

Le modèle physique de données décrit comment les données sont stockées sur la mémoire de la machine. Il est directement conditionné par les caractéristiques du système de gestion de base de données et du matériel utilisé. Les relations deviennent des fichiers des données, les attributs des champs deviennent des clés primaires, clés secondaires, clés étrangères. Le domaine de chacun ayant été déterminé dans le MLD, les tailles des champs devront être déterminées. Cette opération se fait en principe pendant l’élaboration du MLD [NTU2012].

Le schéma physique d’une base des données est une spécialisation du schéma logique pour un SGBD particulier appartenant à la famille du modèle logique. On parlera de la traduction d’un schéma logique relationnel en un schéma physique [HAI2009].

Nous avons levé l’option de travailler avec le système de gestion de base des données relationnelles (SGBDR) MS Access de la suite Office Microsoft 2007. Notre choix est justifié par le fait que ce système est d’utilisation facile. Au stade actuel de nos apprentissages, c’est le système que nous pensons avoir le mieux maitrisé. En plus, il offre l’avantage d’intégrer le langage Visual Basic for Applications, c’est une version de Visual basic conçue pour automatiser les tâches dans des applications bureautiques comme  par exemple Word et Excel.

Microsoft Access est composé des différents objets dont nous pouvons citer : les tables, les requêtes, les formulaires, les états, les modules, les macros, la page.

II.5.5.1 Tables

Objet Access contenant les données à gérer, une table est composée des champs (colonnes) et d’enregistrements (lignes) [KAS2012]. Dans  notre travail, nous avons 10 tables et une table supplémentaire qui nous permettra de faire la liaison.

Nous présentons ci-dessous une table en mode création et en mode feuille de données.

Figure II.4 : Exemple d’une table en mode création

Figure II.5 : Exemple d’une table en mode feuille de données

II.5.5.2 Requêtes

Une requête sert à poser des questions sur les données des tables à réaliser des actions sur ces données. Les requêtes servent aussi à combiner (ou joindre) des données issues de tables séparées. Elles sont également utiles pour modifier, supprimer ou ajouter rapidement de gros volume de données. Elles servent également  à  la construction des formulaires et des états. Dans notre travail, nous avons fait usage des requêtes sélections.

A titre illustratif, voici la requête « Requête3NV » en mode création et  en mode feuille de données :

Figure II.6 : Exemple d’une requête en mode création

Voici l’exemple d’une requête en mode feuille de données :

Figure II.7 : Exemple d’une requête en mode feuille de données

II.5.5.3 Les formulaires

Le formulaire est en la représentation à l’écran du formulaire imprimé classique. Il permet l’ajout de données dans la base de données tout en les présentant sous une forme utile et agréable : il peut être de facture simple ou très élaboré, avec des graphiques et des filets. Il existe des possibilités de remplissage automatique de zones en fonction des données entrées dans d’autres zones. Par ailleurs, un formulaire peut en contenir un autre, ce qui autorise l’entrée de données dans plusieurs tables. Un formulaire permet d’effectuer la saisie, la modification, la suppression d’un enregistrement [RIG2000].

Notre base de données contient des formulaires d’ajout, de modification et de suppression des données. Il convient de noter que l’intégrité de notre base de données dépend fortement des programmes VBA associés aux difficultés boutons de commande.

En prenant l’exemple du formulaire d’ajout d’une agence, nous obtenons :

Figure II.8 : Exemple d’un formulaire d’enregistrement

Le bouton Enregistrer permet d’ajouter les données sur les agences grâce aux codes suivants :

Private Sub Enregistrer_Click ()

Dim db As Database, rs As Recordset

Set db = CurrentDb ()

Set rs = db.OpenRecordset ("Agence", dbOpenDynaset)

    rs.FindFirst "Num_Agence='" & Me! FrmNum_Agence & "'"

    If rs.NoMatch Then

    rs.AddNew

    rs!Num_Agence = Me!FrmNum_Agence

    rs!Nom_Agence = Me!FrmNom_Agence

    rs!Adresse_Agence = Me!FrmAdresse_Agence

    rs.Update

    DoCmd.OpenForm ("Confirmation 1")

    Else

    Me!FrmNom_Agence = rs!Nom_Agence

    Me!FrmAdresse_Agence = rs!Adresse_Agence

    DoCmd.OpenForm ("Confirmation 2")

    End If

    rs.Close

    Me.Refresh

End Sub

Le bouton « Retour »  permet de retourner au sous menu agence et les codes y associés se présentent comme suit :

Private Sub Retour_Click ()

DoCmd.Close

DoCmd.OpenForm ("Agence")

End Sub

Il est également possible de modifier et de supprimer les données d’une agence. D’où le formulaire :

Figure II.9 : Exemple d’un formulaire de modification

Les codes permettant de modifier les données de l’agence en douane sont les suivants :


Private Sub Modifier_Click ()

Dim db As Database, rs As Recordset

Set db = CurrentDb ()

Set rs = db.OpenRecordset ("Agence", dbOpenDynaset)

    rs.FindFirst "Num_Agence='" & Me! FrmNum_Agence & "'"

    If rs.NoMatch Then

    MsgBox "Le numero entré est invalide"

    Else

    rs.AddNew

    rs!Num_Agence = Me!FrmNum_Agence

    rs!Nom_Agence = Me!FrmNom_Agence

    rs!Adresse_Agence = Me!FrmAdresse_Agence

    rs.Update

    DoCmd.OpenForm ("Confirmation 4")

    End If

    rs.Close

    Me.Refresh

End Sub

Quant aux codes pour supprimer une agence en douane, on aura :


Private Sub Supprimer_Click ()

Dim db As Database, rs As Recordset

Dim vreponse As Integer

    Set db = CurrentDb ()

    Set rs = db.OpenRecordset ("Agence", dbOpenDynaset)

    rs.FindFirst "Num_Agence= '" & Me! FrmNum_Agence & "'"

    If rs.NoMatch Then

         MsgBox "Le numero entré est invalide"

    Else

         vreponse = MsgBox ("Voulez-vous supprimer?", vbYesNo, "supprimer l'Agence")

         If vreponse = vbYes Then

                rs.Delete

         DoCmd.OpenForm ("Confirmation 3")

         End If

         End If

    rs.Close

End Sub

II.5.5.4 Les états

L’état sert à afficher et  à imprimer les données sous une forme adéquate. C’est un objet Access permettant la mise en forme des données en provenance d’une table ou  requêtes en vue de leur impression [RIG2000]. Dans notre travail, nous avons 5 états à savoir: La déclaration pour l’importation définitive, l’ordre de déclaration, la note de versement, le bordereau en douane et la statistique des importations.

Parmi ces états, nous allons vous présenter seulement : l’ordre de déclaration, la déclaration pour l’importation définitive et la statistique des importations.

 

IFigure II.10 : L’état de l’ordre de déclaration

Figure II.11 : L’etat de statistique des importations

Figure II.12 : L’état de la déclaration pour l’importation définitive

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

II.6 UTILISATION DU LOGICIEL

II.6.1 La page d’accueil

Pour lancer la page d’accueil, on double clic sur l’icône de notre logiciel « GESTDOUANE ».

Figure II.13 : Page d’accueil

Après quelques secondes la page d’accueil disparait automatiquement pour céder la place au « Menu principal ». Le menu principal représente toutes les applications de notre logiciel. Il se présente de la manière suivante :

Figure II.14 : Menu principal

En cliquant sur chaque bouton on ouvre un sous menu permettant d’énumérer les  actions à exécuter sauf pour le bouton  « Quitter l’application » qui permet de quitter le logiciel GESTDOUANE. Les sous menus présentent une liste des boutons chacun ayant un rôle bien déterminé. Nous allons vous montrer l’image du sous menu création et du sous menu modification.

Figure II.15 : Sous menu création

Ce sous menu vous permet de créer tous les acteurs de la base de données.

Figure II.16 : Sous menu modification

Ce sous menu vous permet de modifier tous les acteurs de la base de données.

Partager ce travail sur :