Arrow Table de matières
9259689

CHAP I CADRE THEORIQUE

Tableau n°4. Statistique scolaire 2013-2014

Désignation

Réseaux

Nbre de classes

Enseignants

Garçons

Filles

Total

1

EP BOLOLOKE

ECP

6

7

100

62

162

2

EP REVEIL KALEKE

ECP

6

7

82

61

143

3

EP MUSHENYI

ECCATH

10

11

198

178

376

4

EP WEZA

ECCATH

17

19

392

379

771

5

EP MUSHENYI

ECP

6

7

71

93

164

6

EP BWENDA

ECP

6

7

88

86

174

7

EP LUKUGA

ECCATH

8

9

204

130

334

8

EP NGALI

ECP

6

7

100

85

185

9

EP BUZONGA

ECCATH

7

9

179

155

334

10

EP KAMINA

ECP

8

9

173

166

339

11

EP ISHUNDA

ECP

6

7

103

90

193

12

EP KARHONGO

ECCATH

8

9

205

231

436

13

EP UMOJA

ECP

5

6

200

117

317

14

EP KAHERRE

ECP

9

10

208

161

369

15

EP BUSHUKE

ECP

8

9

151

211

462

16

EP NGALI/KAKONO

ECCATH

6

7

120

81

201

17

EP KABANGU

ECP

6

7

108

108

216

18

EP NAZARETH

ECP

6

7

115

115

230

19

EP YERIKO

ECP

6

7

83

92

175

20

EP KANDEKERE

ECCATH

6

7

150

115

263

21

EP BUKUBAGE

CAC

6

7

112

138

250

22

EP CIHANDA

ECCATH

15

19

303

597

901

23

EP IZUBA

ECP

6

7

85

83

168

24

EP MUNYA

ECP

14

16

400

349

749

25

EP NABIRIGA

ECP

6

7

169

118

227

26

EP RUSHEBEYI

ECCATH

6

7

150

100

250

27

EP MURHI

ECCATH

6

6

119

100

219

28

EP MUNYUMA

ECP

6

7

97

69

166

29

EP KAHINGA

ECP

10

11

142

145

287

30

EP NGOMO

ECOLE OFFICIELLE

6

7

162

163

325

31

EP SINAI

ECP

5

6

45

28

73

32

EP KASHIRHABOBO

ECP

6

7

130

142

272

33

EP KASHABIRO

ECP

5

6

35

58

93

34

EP MUBUBANO

PRIVEE

2

2

18

10

28

35

EP SINYA

ECP

6

7

100

78

178

36

EP CISIRU

5

6

50

43

93

37

EP J.J.KAPAPA

ECP

5

6

71

70

141

38

EP TUJENGE

ECP

6

7

42

40

82

39

EP IRAGA

ECP

6

7

200

112

312

40

EP GAMALIEL

ECP

6

7

78

55

133

1.2.4.5 Les  églises

La grande partie  des  habitants de Nyangezi est d une croyance chrétienne. soit 73 ,3% catholique ,20% protestants ,5% des témoins  de Jéhovah et  1,7%des athées dans la culture de

1.3 ASPECT  THEORIQUE SUR LE MARIGE

TYPE DE MARIAGE

1.3.1. MARIAGE COUTUMIER

Ce mariage est reconnu par les deux familles des conjoints après avoir rempli des conditions ainsi que les obligations coutumiers .Dans ce type de mariage les conditions pour contacter le mariage sont les suivantes :

-l’accord des parents conditionne le consentement des jeunes garçons.

-la différence des deux sexes les consentements communautaire social et enfin le versement  de la dot signalons qu’après l’Etat et l’Eglise qui ont pour rôle l’enregistrement et  la bénédiction du mariage, on laisse d’autres célébrations aux familles selon leur s rites coutumiers.

ETAPES  DE MARIAGE  COUTIMIER

  1. Le consentement  personnel des fiancés
  • On rencontre entre le jeune garçon et la jeune fille ce sont les pré fiançailles dans cette période ils échangent mutuellement pour exprimer leur consentement ;
  • La capacité de contracter le mariage ici le jeune garçon et la jeune fille se décident et annoncent leur désir aux parents. Ce sont les fiançailles.

Et enfin cette  période est conclue par le mariage coutumier.

  1. Versement ou remise de dot

La remise de la dot est une convention entre la famille de jeune homme et celle de la jeune fille sur la fixation des biens à remettre par futur époux à la famille de jeune fille appelée fiancées.

  1. Célébration du mariage coutumier

La calibration du mariage coutumier dépend d’un tribu à une autre, les rites du mariage débutent par la tradition du jeune et celle de jeune fille.

1.3.2 MARIAGE CIVIL

          Ce mariage est enregistré au bureau de l’Etat civil, il se fait devant l’officier de l’Etat civil. Ce empressent mariage est célébré publiquement et solennellement au bureau de l’Etat du domicile. Les conditions exigées pour contracter un mariage sont les suivants :

  • Avoir au moins l’âge de 18 ans, c’est-à-dire être majeure, adulte, responsable ;
  • Etre accompagné chacun d’un témoin.

Apres la célébration l’officier de l’Etat civil dresse un acte de mariage signé par toutes les personnes des différentes parties. Nul ne peut contracter un nouveau mariage avant l’annulation ou la dissolution du précédent, ici on interdit la polygamie.

1.3.2.1 LES ETAPES DU MARIAGE CIVIL

  1. a) Versement de la dot

          La dot est une conversation sur la fixation des biens ou de l’argent à remettre par le futur époux à la famille ou aux parents de la future épouse.

Cette dot est obligatoire et fixée par les règles de la coutume. Le versement de dot est non acceptation constituent la preuve nécessaire et suffisante du mariage de la part des membres.

  1. b) Enregistrement de mariage à l’Etat civil

          Ce mariage doit être enregistré obligatoirement ainsi la déclaration se fait dans le premier mois au bureau de l’Etat ou de ma population où l’on fixe la dote ou le jour à partir du quel l’événement a eu ou se passera.

  1. c) Publication du mariage civil

          Après la cérémonie, l’officier de l’Etat civil dresse l’acte de mariage signé par toutes les parties, depuis ce temps le contact du mariage est public.

  1. d) Célébration du mariage civil

          La famille doit se conformer à l’ordre public avant la célébration du mariage, la déclaration devant l’officier doit se faire par les époux eux-mêmes accompagnes des deux témoins.

1.3.3 MARIAGE RELIGIEUX

          Ce mariage est reconnu et béni à l’église par le prêtre ou les pasteurs selon le cas.

Après avoir été enregistré à la célébration du mari il est publié trois fois dans un mois avant la célébration en vue d’annoncer et avertir la population ou les chrétiens de l’existence future de ce mariage ; soulignons que les deux époux doivent être bénis par le prêtre ou le pasteur considéré comme responsable de la paroisse.

1.3.4 DISSOLUTION DU MARIAGE

1.3.4.1 Par le mort de l’un des époux

          Le contact du mariage se dissout de plein doit par le décès de l’un des époux.

1.3.4.2 Dissolution par divorce

          Par divorce on entend au sein du foyer l’existence d’une mésentente entre l’homme et la femme caractérisée par le conflit difficile à gérer, les époux cessent d’être mari et femme chacun reprend sa liberté. S’agissant des biens, il entraine la liquidation des droits patrimoniaux des époux, ces droits seront repartis suivant le régime du mariage à l’Etat civil. Il y aura alors la production des effets légaux.     

 1.3.5 EXAMEN DES FACTEURS A LA BASE DU MARIAGE PRECOCE DES FILLES

          Sous cette rubrique, nous tâcherons d’examiner quelques facteurs susceptibles de favoriser le mariage précoce des filles du groupement de Karhongo/Nyangezi en territoire de Walungu, à savoir le facteur affectifs, les conditions défavorables de vie socio-économique des parents et enfin des échecs scolaires.

1.3.5.1 Le facteur affectif

          En effet, il sied de signaler que certaines filles non à l’âge adulte prouvent le besoin de nouer des relations intimes avec des garçons de leur milieu de vie.

          Certes, ces filles subissent au cours de leur âge pubertaire des changements physiologiques les poussant à adopter un comportement particulier à l’égard des garçons.

          D’aucuns savent que de tels changements souvent aux jeunes filles dans  la phase de maturation des organes les amènent à connaître une personne de sexe opposé ave laquelle elles jugent utile parfois de vivre ensemble incroyablement avant d’atteindre l’âge requis de mariage.

1.3.5.2. Conditions défavorables de vie socio-économique des parents

          L’opinion demeure inanimée que les conditions défavorables de vie menée par les parents de la jeune fille exercent un impact non négligeable sur son comportement vis-à-vis des garçons que, eux, ont le moyen financier servant d’appât.

          A ce propos, certaines filles dont les parents ne parviennent pas souvent à satisfaire leurs besoins citaux auront tendance à trouver un jeune homme prêt à les supporter si non à les prendre à charge dans la vie.

1.3.5.3. Les échecs scolaires

          Certaines filles ne parvenant pas  réussir aux examens organisés au sein de leurs établissements secondaires optent al plus part des fois pour le mariage, elles ont des échecs pour les raisons telles que la fréquentation irrégulière des cours, l’exclusion répétée de suite au non-paiement des frais scolaires prévus par l’école, enfin la négligence et manque de concentration des écoles et consorts.

1.3.6 FORMES DE MARIAGE  

          Dans les sociétés africaines, il existe plusieurs formes. Lees principales sont :

1.3.6.1. Le mariage par échange

          On parle de mariage par échange, lorsque deux groupes de parenté s’engagent mutuellement à se fournir des femmes. Cet engagement peut se tendre sur plusieurs générations soulignons que ce mariage n’implique pas le versement de la dot, il est pratiqué par les pygmées.

1.3.6.2 La monogamie ou mariage monogamique

          Lorsqu’un seul homme épouse une et une seime femme. C’est la forme la plus pratique dans le monde actuel surtout chez les chrétiens.

1.3.6.3. La polygamie ou mariage polygénique

          Elle consiste à l’union d’un individu à plusieurs partenaires. Elle est de deux formes :

  1. La polyandrie

Lorsqu’une femme est mariée simultanément à plusieurs hommes considérés maris et qui ont payé la dot en commun. Les preuves de ce type de mariage existent chez les Bashilele au Kasaï en RDC.

  1. La polygynie

Elle est pratiquée partout au Congo. Il s’agit du mariage où un homme épouse plus d’une femme.

1.3.7 AUTRES FORMES DE MARIAGE

  1. Le sororat

Lorsque le veuf épouse la sœur cadette de la défunte.

  1. Le lévirat

Lorsque le cadet du défunt épouse la veuve (laissée par son frère)

Partager ce travail sur :