Arrow Table de matières
8401229

INTRODUCTION

            L’homme se trouve au centre du développement et entant que tel, il doit jouir d’une santé convenable. Il ne peut y avoir un développement sociopolitique, économique et culturel pour une population qui ne jouit pas d’une bonne santé et qui ne dispose pas de possibilité de la protéger ou de la rétablir (BAPOLISI, 1987).

            Les problèmes sanitaires bien que vieux sont devenus aujourd’hui une préoccupation des différents pays du monde et surtout ceux des pays en voie de développement. En effet, les pays du monde entier mènent une lutte sans cesse pour leur progrès économique et sanitaire car il est certain que le progrès en général dépend étroitement du niveau de vie de la population.

            Cependant, dans les zones à forte promiscuité, les problèmes d’assainissement sont compliqués depuis toujours. Ces problèmes méritent une attention particulière[1]

            Pour mettre en exergue ce fait, nous constatons que l’évacuation sans précaution et sans hygiène des matières fécales, la décharge des déchets, la non canalisation des eaux usées, la non appropriation des dépotoirs publics entrainent la contamination du sol, des aliments et des sources d’eaux. Les mouches et les moustiques trouvent leurs points de reproduction dans ces endroits et attirent également les rongeurs, les cafards et les risques des maladies accroissent simultanément.

            Innocent BAYUBASIRE (2000) stipule que : « assainir un lieu, c’est améliorer son environnement »[2].

            L’amélioration de l’assainissement constitue un investissement qui mérite une attention prioritaire pour les pays en développement car il se situe au premier plan du progrès à réaliser en hygiène dans les milieux ruraux et urbains.

Nous remarquons cependant que c’est dans les pays où le produit national brut est le plus faible que les problèmes d’assainissement est à la base de la prolifération de plusieurs vecteurs des microbes provoquant des épidémies notamment on note : la peste, la malaria, le cholera, le paludisme, la typhoïde,...

            Pour ce qui est le cas de notre pays la République Démocratique du Congo, on remarque qu’aucune action concrète n’a été menée dans le domaine de l’assainissement ce qui est proportionnel au fait qu’on remarque que plusieurs régions ont moins des services de santé par rapport au nombre de la population.

            On constate qu’aucun service étatique n’a orienté efficacement ses actions dans le domaine d’hygiène et d’assainissement soit par manque de volonté et détermination de la part des agents soit du gouvernement.

            Cette situation est encore beaucoup plus alarment dans la ville de Bukavu en général et en particulier dans le quartier NKAFU où on note qu’aucun effort n’est consenti en vue d’assainir ce milieu de la situation d’insalubrité qui domine la plupart de ce milieu.

            Nous remarquons avec amertume et émotion qu’il y a un approvisionnement irrégulier en eau potable, la stagnation par-ci par là, une insuffisance et mauvaise utilisation des latrines ; bref, nous assistons à forte manque de planification des services impliqués pour l’assainissement et une forte ignorance de la part de la population sur la situation de vie dont elle mène.

            De part ce qui précède, on trouve que la situation de vie de la population de cette contrée se dégrade davantage et laissant dans la mesure les multiples sources nuisibles.

            La population environnant le Beach MUHANZI ainsi que ses fréquentant sont les cibles d’être victimes des effets secondaires de cette situation calamiteuse s’insalubrité qui vie avec elle. Ils sont donc amenés à participer avec les autorités et les organes compétents en vue d’analyser les pistes de solutions et concourir à la résolution de ce problème qui est au départ d’intérêt général.

            En abordant ce thème tout en connaissant que la contribution à la recherche  de solution est primordiale pour tout chercheur habitant de la ville de BUKAVU ; une question retient notre attention et constitue le cheval de batail qui nous guidera tout au long de nos recherches : connaissant les causes d’assainissement.

Quelles stratégies peut-on envisager en vue de renforcer le processus d’assainissement en cours mais d’application timide sur ce marché du Beach MUHANZI ?

            C’est dans cette optique que notre conscience est interpellée entant que technicien nous pousse à chercher des pistes de solutions en termes de voies solvables à ce problème d’intérêt général.

Comme tous chercheurs, les éléments de réponse à cette question  se résument en hypothèse constituant la base de réflexion à ce problème.

  • HYPOTHESE DU TRAVAIL.

Pour CEBERHARD, l’hypothèse est une solution ou une réponse à un problème[3]

Par hypothèse, on entent encore une proposition de réponse à une question que l’on se pose à propos de la recherche formulée en des termes tels que l’observation et l’analyse puissent fournir une réponse. Celle-ci doit se vérifier pendant la recherche, MULIMBATI (2004)[4] 

Comme la mise en pratique des règles basiques d’hygiène est une affaire de tous, il est donc à signaler que :

  • La forte participation de tous, hommes et femmes aux activités d’assainissement dans le marché Beach MUHANZI serait un atout pour une intégration du changement dans ce marché ;
  • La construction des latrines publiques et la sensibilisation de la population pour son assainissement seraient une des solutions palliatives aux problèmes des latrines publiques au marché du Beach MUHANZI.


0.4. CHOIX ET INTERET DU SUJET

0.4.1. Choix du sujet.

       L’assainissement de l’environnement passant par la qualité des latrines publiques a un grand impact sur le niveau de vie de la population est à l’origine de plusieurs formes des maladies comme les marasmes, le kwashiorkor, ...Cette situation inquiétante vécu et constatée sur terrain et beaucoup plus les répercutions qui peuvent découler de cette situation sur la population œuvrant sur ce marché où sur la population environnant ce lieu et affecte aussi la situation bien sanitaire, économique, sociale et psychologique de toute la population.

Cela justifie la rétention de notre attention sur ce point d’où notre choix de ce sujet.

0.4.2. Intérêt du sujet.

       Sachant que l’animation  au développement reste un processus qu’une fois appliqué dans un milieu quelconque, l’originalité de notre travail réside dans le fait qu’il va proposer une transformation mentale en matière d’assainissement, élément nécessaire pour tout développement.

       Nous sommes persuadés qu’une fois les acteurs de développement impliqués dans cette préoccupation peuvent mettre en place des politiques adéquates en vue d’un assainissement de l’environnement. Nous allons interpeller aussi les acteurs politiques afin de mettre en place des actions concrètes et pratiques en vue de permettre à tout congolais d’accéder aux bonnes installations sanitaires partout où il se trouve qu’il soit au marché, à l’école, dans les lieux publics.

0.5. DELIMITATION DU SUJET.

Aucun travail scientifique ne peut prétendre embrasser toute la planète et s’étendre sur tout l’espace temporaire. C’est pourquoi une délimitation spatiale demeure cruciale pour un travail scientifique.

0.5.1. Délimitation.

       Ce travail portera sur un espace allant des années 2000 à 2011 ; depuis la construction des bâtiments sur ledit et jusqu’à nos jours.

0.5.2. Délimitation spatiale.

       Ce travail concerne l’assainissement du marché  Beach MUHANZI qui se trouve dans la ville de Bukavu, précisément dans la commune de KADUTU et plus spécialement dans le quartier NKAFU. Ce quartier est limité au Nord par la cote du lac Kivu, au Sud par le tronçon routier de la route HERI KWETU et ISTM/Bukavu, à l’Est par la rivière KAHUWA et l’Ouest par la rivière WESHA. C’est cette contré qui constitue notre champ d’activité.

0.6. DIFFICULTES RENCONTREES.

       C’est tout à fait normal qu’un travail scientifique puisse se heurte à des difficultés lors de son élaboration. On a voté surtout lors de la récolte des données une méfiance de la part des enquêtés, les conditions climatiques ne nous étaient pas opportuns surtout que la plupart des enquêtés se situent sur les collines du quartier où le soleil et la pluie ne sont pas toujours les biens venus ; l’accès à la documentation ne nous a pas aussi permis de bien parfaire nos recherches suite à l’absence de certains ouvrages qui sont importante dans l’élaboration d’un bon travail scientifique. Toutefois, étant formée en technicien, nous avons pu faire l’essentiel avec les moyens à notre disposition.

0.7. PRESENTATION SOMMAIRE DU TRAVAIL.

            Hormis l’introduction et la conclusion, ce travail se subdivise en deux parties.

La première partie comprend trois chapitres dont : la monographie, les considérations théoriques sur l’assainissement et enfin l’analyse et l’interprétation des résultats d’enquête sur les stratégies d’assainissement du marché Beach MUHANZI. La seconde partie porte sur le projet de construction de latrine publique sur le marché Beach MUHANZI.

[1] Manuel d’équipe de santé, Ed. Saint Paul, 1979, chap. II, p. 41.

[2] Innocent BAYUBASIRE, L’évacuation des ordures, une stratégie dans l’assainissement de Bukavu, Mémoire ISDR/Bukavu, 2000, inédit

[3] Bonnot CEBERCHARD, Institut de formation coopération dans les pays d’Afrique, FAO, Rome, 1971.

[4] MULIMBATI NGASHI, Manuel de la sociologie, Harmattan, Paris, 2004.

Partager ce travail sur :