Arrow Table de matières
3505528

CONCLUSION GENERALE

Ce travail avait pour objectif de mesurer l’effet du pouvoir de négociation de la mère sur la santé de l’enfant dans le cas de la RDC.

Hormis l’introduction et la conclusion, il présente trois chapitres, dont le premier s’articule autour de la revue de la littérature, le second, porte sur l’approche méthodologique et enfin le troisième porte sur les résultats.

Le premier chapitre, comporte deux points essentiels à savoir la revue théorique et la revue empirique. La revue théorique considère le pouvoir de négociation de la mère comme étant à la base de l’amélioration de la santé de l’enfant et soutient l’argument selon lequel plus une mère a un pouvoir de négociation élevé, plus elle a des enfants en bon état de santé.

Le deuxième chapitre quant à lui a abordé trois points essentiels à savoir la description des données, la spécification du modèle et l’explication des variables. Les données utilisées dans la présente étude sont issues de l’Enquête Démographique et de Santé (EDS) menée sur toute l’étendue de la RDC au courant des années 2007 et 2013. Elles donnent des informations sur les indicateurs du pouvoir de négociation de la mère tels que l’effectivité de la prise de décision au sein du ménage, l’estime de la femme ainsi que les indicateurs de la santé de l’enfant tels que la taille-pour-âge, le poids-pour-âge et le poids-pour-taille. 

La méthode du DMC a permis d’estimer l’effet du pouvoir de négociation de la mère sur la santé de l’enfant.

Les résultats obtenus montrent que le pouvoir de négociation de la mère réduit le risque d’avoir un enfant en retard de croissance ou souffrant de la maigreur. Pour un accroissement infinitésimal du pouvoir de négociation de la mère, le risque que son enfant soit en retard de croissance est réduit dans une proportion de 0.02%  et le risque d’émaciation est réduit dans de 0.04%.

En 2007, les femmes dont le pouvoir de négociation était élevé représentaient 50% du total des femmes enquêtées, alors qu’en 2013, la proportion des femmes dont le pouvoir de négociation était élevé était de 54%. Vue ces résultats, il est évident que le pouvoir de négociation de la mère n’a cessé d’évoluer depuis 2007, et cette évolution a toujours un effet positif sur la santé des enfants.

L’indice de richesse de la mère est à la base de la réduction du risque d’émaciation et de retard de croissance.

Bien que ce travail ait abouti à ces résultats, il souffre de certaines insuffisances comme le manque des données sur tous les indicateurs du pouvoir de négociation de la mère et l’utilisation des données avec des valeurs manquantes.

Comme la société continue d’évoluer au jour le jour à travers la technologie,  ceci  demande qu’il y ait une amélioration continue d’enquêtes.

Il est aussi nécessaire pour les enquêtes futures de prendre en compte les données sur d’autres indicateurs du pouvoir de négociation de la mère, qui, jusque-là, n’ont pas été considérés dans les enquêtes passées.

Des études futures pourraient comblaient ce gap en faisant par exemple recours à d’autres indicateurs du pouvoir de négociation de la mère.

 

 

 

 

 

 

 

Partager ce travail sur :