Arrow Table de matières
1779604

III.3.4. MODELE OPTIMAL DU POUVOIR DE NEGOCIATION

Le tableau ci-dessous dans lequel la variable dépendante capturé à partir des indicateurs de la santé à savoir la natalité, la mortalité et la morbidité, a une nature qualitative et a deux modalités. Il est important de préciser que ces indicateurs sont dichotomiques.

Le modèle se présente de la manière suivante:

Etasant=β01Pvrnegfem+β2Educ+β3Indirich+β4Statmatr+β5Emploi+β6Milres+β7Media+β8Agemère+ β9Agemariage+εi

Tableau  9 : Régression logistique entre l’état de santé de l’enfant les variables indépendantes

Le tableau ci-dessous reprend les résultats issus de la régression logistique ayant comme variable dépendante la santé de l’enfant et la variable d’intérêt le pouvoir de négociation de la mère ainsi que d’autres variables de contrôle.

Régression logistique entre l’état de santé et les variables indépendantes 

 
 

Etat de santé 2007

Etat de santé 2013

 

Zscoretaille

Zscorepoids

Zscoretaille

Zscorepoids

 

Variables

 

Pvr négociation

0.054    

0.096

0.139    

0.129   

 

(0.47)   

(0.84)   

(1.53)   

(2.21)*  

 

Education

-0.069

-0.145

0.116    

0.064   

 

(0.79)   

(1.69)   

(1.71)   

(1.48)   

 

Ind richesse

-0.107

0.007

-0.048   

-0.053   

 

(1.96)   

(0.13)   

(1.14)   

(1.97)*  

 

Stat matrim

0.000    

0.014

0.110    

0.016   

 

(0.00)   

(0.26)   

(2.22)*   

(0.56)   

 

Emploi

0.114    

-0.048

-0.231   

-0.094   

 

(0.84)   

(0.35)   

(1.99)*   

(1.31)   

 

Milieu résidence

0.140    

-0.160

0.008    

0.051   

 

(0.85)   

(1.03)   

(0.06)   

(0.63)   

 

Médias

0.219    

0.157

-0.172   

0.067   

 

(1.59)   

(1.17)   

(1.96)   

(1.12)   

 

Age de la mère

-0.054

-0.088

-0.091   

0.013   

 

(0.71)   

(1.17)   

(1.47)   

(0.31)   

 

Age du mariage

-0.120

-0.020

0.088    

0.073   

 

(1.38)   

(0.24)   

(0.97)   

(1.25)   

 

Cons

3.577    

3.818

3.661    

2.418   

 

(10.86)**  

(11.78)** 

(14.11)**  

(14.72)** 

 

N

8,288

18,211

 

Source : Résultats générés à partir des données DHS (2007,2013)

Le tableau ci-dessus reprend les résultats de l’effet du pouvoir de négociation de la mère sur la santé de l’enfant ainsi que l’effet d’autres variables sur la santé de l’enfant. Au regard de ces résultats on constate que pour l’année 2007, une femme dont le pouvoir de négociation est élevé, elle a 0.05% de chance d’avoir des enfants qui ne souffrent pas de retard de croissance et 0.09% de chance d’avoir des enfants qui ne sont pas maigres. De même en 2013, l’amélioration du pouvoir négociation de la mère réduit le risque encouru par l’enfant de souffrir de retard de croissance ou de maigreur. On peut donc, grâce à ces résultats, confirmer que le pouvoir de négociation de la mère a un effet positif sur les indicateurs de la santé de l’enfant. Par ces résultats on peut également déduire qu’une femme dont le pouvoir de négociation est faible, a une faible probabilité d’avoir des enfants en bon état de santé. Les femmes dont le pouvoir de négociation est élevé ont  une certaine marge de prise de décision et un certain contrôle sur les ressources du ménage. Ces résultats confirment ceux de Handa (1994) qui montrent que la bonne santé de l’enfant est corrélée au pouvoir de négociation élevé de sa mère qui soit capable de peser sur les décisions du ménage.

L’impact de l’éducation de la mère sur la santé de l’enfant est tout aussi important que son pouvoir de négociation. Un niveau d’éducation élevé de la mère augmente ses connaissances médicales qui améliorent sa capacité de promouvoir la santé de ses enfants (BM, 1993). Il améliore également sa capacité de prise de décision.

Plus une femme a un niveau d’éducation élevé, plus elle a un grand pouvoir de négociation élevé.  L’explication plausible à ceci est qu’une femme ayant un niveau d’éducation supérieur est plus habilitée à prendre des décisions au sein du ménage que celles qui ont un  niveau d’éducation primaire. Une autre explication à ceci est qu’une femme avec un niveau d’éducation supérieur est équipée d’informations et des moyens qui lui permettent de s’adapter aux changements d’un monde moderne et ainsi améliorer son pouvoir de négociation. Or une femme dont le pouvoir de négociation est élevé a également les enfants en bon état de santé. On peut donc déduire qu’une femme dont le niveau d’éducation est élevé, a plus de chance d’avoir des enfants en bon état de santé.  Ces résultats confirment ceux trouvés par Mahmud et al. (2012) et El-Halawany (2009).

L’indice de richesse de la femme a un impact positif sur les indicateurs de la santé de l’enfant. Plus une femme a une source de revenu, plus elle améliore la santé de son enfant.

Comme on peut le constater, en 2007 et en 2013, les femmes qui avaient un emploi rémunéré avaient une grande probabilité d’avoir des enfants dont l’état de santé est bon contrairement à celles qui ne travaillaient pas. Ceci vient confirmer la théorie de l’UNICEF (2007)  qui a abouti au fait que, au fur et à mesure que les femmes investissent dans la sphère économique, leur influence s’accroit dans d’autres domaines. Dans ce cas, elles sont en mesure de prendre des décisions non seulement pour elles-mêmes mais également pour leurs enfants. Le salaire qu’elles gagnent leur permet de contribuer aux revenus du ménage. Ceci leur confère un pouvoir décisionnel et veillent à ce que leurs enfants bénéficient des soins adéquats. Les femmes qui occupent un travail rémunéré contribuent à l’amélioration du niveau de vie de leur famille et à l’amélioration de la santé de leurs enfants.

Quant au milieu de résidence, nous constatons que les femmes qui vivent dans les milieux urbains de la RDC ont plus de chance d’avoir des enfants en bon état de santé que celles qui vivent dans les milieux ruraux de la RDC, pour les années 2007 et 2013. Ceci est imputable au fait que les femmes qui vivent dans les milieux urbains accèdent facilement à l’éducation par rapport à celles qui sont dans les milieux ruraux, car elles sont plus contraintes par des normes traditionnelles (Bicego et Boerma, 1993).

Les femmes vivant dans les milieux urbains sont plus enclines à s’exposer aux médias et ainsi avoir des nouvelles idées. Ces femmes sont en mesure de s’opposer à tout abus de l’homme ce qui augmente leur estime et elles sont capables d’accéder au marché de l’emploi au travers duquel elles gagnent un salaire et ainsi contribuent à la prise de décision dans le foyer. Ces résultats confirment ceux trouvés par Abdou (2016).

Contrairement aux femmes qui n’ont pas accès aux médias, celles qui y ont accès ont une grande probabilité d’avoir des enfants en bon état de santé du fait qu’à travers les médias, elles acquièrent des informations et des idées en rapport avec la santé de l’enfant. Ces résultats confirment ceux trouvés par Kishor et Subaiya (2008) pour qui les médias constituent  un moyen qui permet à la femme d’avoir des nouvelles  attitudes face genre.

III. 4.Test d’endogénéité

L’approche utilisée dans cette étude pour lever le problème d’endogénéité est celui de Nakamura Nakamura qui consiste à générer les résidus de la variable dépendante pour ensuite faire une régression entre ces résidus et la variable supposée endogène.

Tableau 10: Résultats du test d’endogénéité

Après avoir fait un test d’endogénéité de Nakamura Nakamura, voici comment se présentent les résultats :

Etat de santé 2007

Etat de santé 2013

Zscore taille

Zscore poids

Zscore taille

Zscore Poids

Prob>F

0.0000

0.0000

0.0000

0.0000

R2

0.0103

0.0719

0.0012

0.3368

N

8.288

18.211

Source : Résultats générés à partir des données DHS (2007,2013)

Etant donné qu’il existe un problème d’endogénéité de la variable pouvoir de négociation et la santé de l’enfant, il est important de lever ce biais. Ainsi les résultats obtenus après le test d’endogénéité sont repris dans le tableau ci-dessous

Tableau 11: Régression par méthode DMC après le test d’endogénéité

Les résultats repris dans le tableau ci-après sont ceux issus de la régression par méthode de DMC après le test d’endogénéité de Nakamura Nakamura.

Régression logistique après test d'endogénéité

 
 

Etat de santé 2007

Etat de santé 2013

 

Zscore taille

Zscore poids

Zcore taille

Zscore poids

 

Variables

 

pvrdenég

0.000

0.000

  0.000

0.000

 

(0.00)  

(0.01)

(0.02)  

(0.04)  

 

Education

-0.002

-0.005

 0.003

0.004

 

(0.79)  

(1.69)  

(1.70)  

(1.48)  

 

Ind rich

-0.004

0.000

 -0.001

 -0.003

 

(1.94)  

(0.17)  

(1.15)  

(1.99)* 

 

Stat matr

-0.000

0.001

 0.003

 0.001

 

(0.01)  

(0.26)  

(2.21)*  

(0.56)  

 

Emploi

0.004

-0.002

 -0.006

-0.006

 

(0.82)  

(0.38)  

(1.98)*  

(1.31)  

 

Milieu rés

0.005

-0.006

  0.000 

0.003

 

(0.85)  

(1.03)  

(0.09)  

(0.66)  

 

Médias

0.008

0.006

 -0.005

 0.005

 

(1.63)  

(1.21)  

(1.87)  

(1.24)  

 

Age mère

-0.002

-0.003

  -0.002 

0.001  

 

(0.68)  

(1.13)  

(1.45)  

(0.33)  

 

Age du mar

-0.004

-0.001

0.002   

0.005

 

(1.38)  

(0.24)  

(1.02)  

(1.27)  

 

Cons

 0.975

0.986

0.976

 0.923

 

(82.84)**

(82.24)**

(144.95)**

(87.93)**

 

Education

-0.002

-0.005

0.003

0.004

 

(0.79)  

(1.69)  

(1.70)  

(1.48)  

 

Ind rich

-0.004

0.000

 -0.001

 -0.003  

 

(1.94)  

(0.17)  

(1.15)  

(1.99)* 

 

Stat matr

-0.000

0.001

 0.003

0.001

 

(0.01)  

(0.26)  

(2.21)*  

(0.56)  

 

Emploi

0.004

-0.002

 -0.006

-0.006

 

(0.82)  

(0.38)  

(1.98)*  

(1.31)  

 

Milieu rés

0.005

-0.006

  0.000  

 0.003

 

(0.85)  

(1.03)  

(0.09)  

(0.66)  

 

Médias

0.008

0.006  

 -0.005

 0.005 

 

(1.63)  

(1.21)  

(1.87)  

(1.24)  

 

Age mère

-0.002

-0.003

 -0.002

 0.001

 

(0.68)  

(1.13)  

(1.45)  

(0.33)  

 

Age du mar

-0.004

-0.001

 0.002 

0.005

 

(1.38)  

(0.24)  

(1.02)  

(1.27)  

 

Cons

0.975

0.986

 0.976

 

(82.84)**

(82.24)**

(144.94)**

(87.92)**

 

N

8.288

18.211

 

Source : Résultats générés à partir des données DHS (2007,2013)

A la lecture des résultats obtenus et présentés dans le tableau ci-dessus, le pouvoir de négociation de la mère améliore l’état de santé de l’enfant quand on considère les indicateurs de mortalité et morbidité. Une amélioration infinitésimale du pouvoir de négociation de la mère réduit la mortalité de l’enfant dans une proportion de 0.1% et les chances qu’il ne tombe malade de 0.6% en 2007. Ces résultats sont semblables à ceux trouvés par Smith et al. (2003) et Fafchamps et al. (2009).

De même, le niveau d’éducation de la mère et la variable média améliorent significativement la santé de l’enfant. Au fur et à mesure que la mère passe d’un niveau d’éducation à un autre, elle acquiert des nouvelles connaissances et pratiques pouvant l’aider à améliorer la santé de son enfant. Ces résultats confirment ceux trouvés par Strauss et Thomas (1995), Currie et Moretti (2003), etc.

Une femme qui a accès aux médias, a une faible probabilité d’accepter d’être battue par son conjoint. 

Quant à la richesse de la mère, plus elle gagne de l’argent, moins ses enfants accusent retard de croissance et souffrent de la maigreur. Ces résultats soutiennent ceux  trouvés par Hoddinott et Haddad (1995), ainsi que ceux de Duflo et Udry (2004) qui ont trouvé que le revenu de la femme est consacré aux biens nécessaires pour les enfants ainsi qu’aux soins de qualité.

L’âge auquel une femme se marie, parait avoir un impact significatif sur la santé de son enfant plus tard. Si une femme se marie à un jeune âge, elle a une probabilité plus élevée d’avoir des enfants en mauvais état de santé qu’une femme qui se marie à un âge avancé, car dans le premier cas, elle est limitée dans la prise décision et il est difficile de concilier le poids des tâches domestiques aux  soins des enfants; ce qui  limite considérablement leurs choix de vie. (UNICEF, 2007).

Partager ce travail sur :