Arrow Table de matières
5924273

INTRODUCTION

Le contrôle budgétaire intervient pour rapprocher les prévisions et les réalisations afin d’en dégager les écarts, d’être en mesure de les expliquer et de proposer de mesure correctives soit au niveau de ressources, soit au niveau des objectifs et ceci dans l’objectif d’améliorer la gestion future.

  • Problématique

La gestion budgétaire vise sur base de prévisions relatives à l’activité de l’entreprise à établir des programmes d’actions exprimés sous forme de budget pour une période donnée, en vue de les contrôler par la confrontation avec les réalisations [CHR1988].

Dans la gestion d’une entreprise, nous avons constaté qu’elle a des difficultés de prendre de décisions suite au montant alloué à son budget et en tenant compte de ses objectifs, ainsi que des multiples tâches qui se font à son sein. Par ailleurs, il arrive de fois où l’entreprise se trouve dans une situation où le budget prévu pour une activité ne parvient plus à couvrir les dépenses qui se présentent pour cette activité et/ou le budget affecté à un service ne pas utilisé entièrement.

Suite à ces multiples problèmes il est impérieux de mettre en place un système permettant d’établir un budget et de l’exécuter de manière rationnelle.

Eu égard aux problèmes soulevés ci-haut nous essayerons de répondre aux questions ci-après :

  • Le budget proposé parvient-il à couvrir toutes les dépenses de l’année ?
  • Que se passe-t-il en cas d’un budget déficitaire ou d’un budget excédentaire ?
    • Hypothèse du travail

Pour Madeleine GRAWITZ, une hypothèse est une proposition des réponses aux questions posées portant des considérations, émises dans la problématique. [GRA1976].

En tenant compte aux questions ci-haut posées, nous émettons les hypothèses suivantes :

  • le budget proposé parviendrait à couvrir toutes les dépenses de la période dans la mesure où, avant d’effectuer les dépenses relatives à l’activité, on doit tenir compte du montant maximum à ne pas dépasser par jour, par semaine, par mois… on devrait allouer par jour, par semaine, un montant permettant une meilleure exécution des différentes activités.
  • En cas d’un budget déficitaire, on regarde là ou proviendrait les failles afin de prendre des mesures correctives pour l’exercice futur. Dans le cas d’un budget excédentaire, la différence serait conservée afin de constituer des réserves

0.3 Etat de la question    

La recherche scientifique étant un domaine où la complémentarité, la critique prend de l’ampleur, la question du budget a été abordée dans plusieurs travaux scientifiques parmi lesquels nous pouvons citer : le TFC de NABINTU Murhega SOLANGE intitulé « Gestion automatisée du budget cas de la commune de Kadutu » en 2007-2008 de l’Université Catholique de Bukavu

La différence entre ce travail et celui cité ci-haut se focalise sur le point où, dans ce travail nous allons d’abord établir le budget de chaque service enfin de mettre en place le budget général.

0.4 Choix et intérêt du sujet

En choisissant de faire nos recherches sur la «  Gestion automatisée du budget cas de la BCC/Bukavu » nous pensons apporter notre contribution à l’édifice scientifique de la science dans ce domaine de l’informatique.

Notre ambition est de mettre en application les connaissances acquises surtout en ce qui concerne les bases de données avec comme objectif principal de produire une application de gestion budgétaire à même d’être utilisée par les organisations qui en ont besoin.

0.5 Délimitation et subdivision du travail

  1. a) Délimitation

Aux fins d’éviter toute dispersion  nous avons voulu focaliser notre réflexion sur le service de budget de la BCC/Bukavu, en ayant comme repère l’année 2011.

  1. b) Subdivision

A part l’introduction générale et la conclusion générale, nous avons à développer deux chapitres  dont le premier porte sur la présentation de l’institution cible de notre travail avec comme point d’origine la généralité sur le budget.

Dans le deuxième  chapitre, nous mettrons un accent particulier sur l’analyse de l’existant, la démarche conceptuelle, laquelle démarche nous amènera à l’implantation  logicielle.

0.6. Méthodologie utilisée

Pour nous permettre d’atteindre nos objectifs, nous nous sommes servis de certaines méthodes et techniques de recherche dont :

  • la méthode MERISA, une méthode informatique de conception, de développement et de réalisation de projets informatiques [KAS2012].
  • La technique documentaire par laquelle nous avons consulté certains ouvrages ainsi que divers documents.
  • La technique d’interviews : c’est une opération d’entretien au cours de laquelle l’enquêteur interroge ses enquêtés [KAS2012].

Vu qu’il ne pas toujours aisé d’obtenir des documents nécessaires dans une banque, il nous a paru impérieux de poser quelques questions aux gestionnaires afin de compléter les données reçues.

0.7 Difficultés rencontrées

Nous nous sommes heurtés à plusieurs difficultés lors de la récolte des données dont :

  • L’accès difficile aux données concernant le budget de la Banque Centrale du Congo direction provinciale de Bukavu.

Partager ce travail sur :