Arrow Table de matières
6997666

INTRODUCTION

0.1 INTRODUCTION

          Le contrôle ayant un impact positif dans le déroulement de processus commerciaux ; toujours pertinent et au profit de tous.

Aussi ; connaitre la qualité, la quantité et la conformité du prix pour toutes marchandises et biens importés et/ou exportés. Ces trois aspects énumérés pour un produit donné, ne concerne pas seulement (les hommes d’affaires) les « commerçants », mais plutôt tout le monde de l’importation commerçant au consommateur final (consommation ménagère).

                             En effet l’intervention de l’Etat congolais par son office de contrôle « office congolais de contrôle » s’avère d’une importance obligatoire, car sa mission est celle du contrôle des produits et biens importés et ceux exportés sur trois aspects considérables :

  • La qualité du produit marchandise ou bien ; date fabrication, date d’expiration, pays d’origine ou de destination, ingrédients constitutifs.
  • La quantité : poids brut, poids net, la tare.
  • Conformité du prix sur le marché.

C’est ces trois éléments primordiaux que découle la mission principale de l’office congolais de contrôle « OCC » communément appelé œil de l’état à tout le niveau et garant de la conformité du prix et de la qualité des produits importés.

                             Mais, il reste à se demander combien de fois l’Office Congolais rend son service dans toute son indépendance, sans aucune influence ou aucune excitation.

0.2 Problématique

                   En RD Congo, l’indépendance de l’office congolais de contrôle est devenue une question préoccupante, car l’on se demande si les différents textes en vigueur concernant l’indépendance  ou l’autonomie de l’Office Congolais de Contrôle dans ses attributions  et sa mission offre seulement, une certaine manque de liberté à cet office ou pas par rapport aux autres entreprises privées de l’Etat. Car l’on a souvent fait à cet de l’état, la reproche de non  conformité de prix sur le marché dans sa mission.

                   En pratique ; cela aura beaucoup de chances à se matérialiser tantôt en ce qui concerne certaines missions louées à cet office, car il est question de voir dans l’expose des missions louées à l’office congolais de Contrôle/EST.

                   A cet effet, il reste à signaler que l’office congolais de contrôle « OCC » œil de l’Etat congolais étant une entreprise publique jouit d’une certaine autonomie des matériels du personnel, et autres avantages à la différence d’autres entreprises publiques.

                   Néanmoins, l’OCC étant un instrument qui ont besoin et qu’usent les ministères.

Il reste à signaler que l’Office Congolais de Contrôle dépendait jadis du ministère de commerce et de porte feuille au près du quel il émettait des rapports contrairement à aujourd’hui où  l’Office congolais de contrôle se réfère au ministère de commerce et celui de l’extérieur.

C’est par ici qu’il faut voir comment l’Office Congolais de Contrôle travaille et à qui il donne rapport ou à qui il se réfère pour la fixation des ses différents prix pour son rendement de services.

          Eu égard  à notre problématique nous nous posons quelques questions ci-après :

  • L’OCC veille-il au contrôle qualitatif et quantitatif ?
  • L’OCC remplie-t-il sur le contrôle de la conformité des produits alimentaires, pharmaceutiques et Alcooliques ?
  • L’OCC respecte correctement les procédures su le déroulement des trafics frontaliers ?

0.3 HYPOTHESES

                   « Les recherches scientifiques comportent une certaine anticipation de résultat escomptés ; c’est l’hypothèse qui par, là en est une réponse provisoire aux problèmes posés et contenus dans la problématique ».

                   En plus selon PIRON P «l’hypothèse du travail scientifique est une réponse présumée à une question que l’on pose mais cette réponse n’est pas définitive, elle doit être vérifiée sur le terrain en fin d’être confirmée ou infirmée  ».

                   Dans le cadre d’essayer à répondre à toutes les questions posées dans la problématique, nous avons fixé notre recherche sur l’hypothèse suivant :

« L’intervention de l’office congolais de contrôle dans le contrôle des exportations et des importations des biens et en plus dans le contrôle quotidien  de trafiques frontaliers garantirait la confiance de toute la masse congolaise des hommes d’affaires ou consommateur final (consommation ménagère).

Ceci s’expliquerait par le contrôle qualitatif, quantitatif et par la conformité des normes des produits et leurs prix sur le marché local a fin de protéger la population contre les méfaits et dangers des produits non-conforme à la consommation ou à l’usage.

0.4 APPROCHE METHODOLOGIQUE

                   Pour atteindre des objectifs d’un travail scientifique il ya une certaine exigence nécessaire pour faire recours à certaines méthodes et techniques. Pour ce faire, de ce qui concerne notre présent travail citons quelques unes :

  1. méthodes

  la méthode permet d’aboutir à des conclusions scientifiques grâce à une démarche intellectuelle rigoureuse. C’est ainsi que pour bien mener notre travail de ce rapport nous avons opté les méthodes suivantes :

  1. La méthode structurelle fonctionnelle

                   C’est une méthode grâce à la quelle nous allons tenter de décrire le fonctionnement et la structure de l’OCC, d’expliquer les difficultés aux quelles il se heurte dans l’exécution des ses tâches et dans l’accomplissement de sa mission.

  1. Méthode historique

Est celle qui nous a aidé à étudier l’historique le l’OCC, surtout la DIPRO/EST dès sa création jusqu’à nos jours.

B. TECHNIQUES

          En principe, les méthodes ne suifferaient en elles-mêmes pour nous permettre de mener nos recherches, c’est ainsi qu’il nous a été utilise d’y joindre ces techniques, dont entre autres :

  • Technique d’observation participative

Est celle qui nous a aidés à participer aux différentes activités professionnelles dans différents services et divisions de l’OCC. 

  • Technique d’observation

Est celle qui nous a aidés à observer aux différentes activités professionnelles dans différents services et Divisions de l’OCC.

  • Technique documentaire

Dans le cadre de notre travail, nous avons eu l’opportunité d’user de cette technique, autrement dit technique vivante, car elle met en présence le chercheur d’une part et de l’autre les documents contenant les informations recherchées.

  • L’interview

L’interview, c’est un entretien de face à face, consistant qui consiste à recueillir les opinions ou les impressions d’un individu. Elles nous permis de poser de questions à certains travailleurs de l’OCC a fin d’approfondir notre recherche.

0.5 CHOIX ET INTERET DE L’INSTITUTION

En optant pour ce sujet, notre souci fut d’abord de chercher comment comprendre le rôle et les missions de l’OCC. Mais aussi en suite mener une étude plus ou moins approfondie sur la gestion de personnels.

D’où il fallait la limitation du choix pour une meilleure compréhension de ce fonctionnement.

0.6 DELIMITATION DE L’INSTITUTION

          Pour tout travail scientifique sans exception aucune, il est utile de circonscrire le champ d’analyse a fin d’être concis et précis.

          En fait ; c’est dans le souci de ne pas être superficiel et de bien cerner les faits, qui seront étudiés qu’il ne nous sera pas facile de tout étudier à la fois au risque de se perdre dans la démarche. D’où la délimitation se fera autour  de deux aspects à savoir :

L’aspect spatial et temporel.

Sur le plan spatial

          Nous avons effectué notre stage à l’OCC direction provinciale/EST située à Bukavu, commune d’Ibanda   industrielle n°23 et le deuxième bureau est en diagonale de la DGI vers l’entrée du centre hospitalier malikia wa Amani.

Sur le plan temporel

          Notre étude porte sur une période allant du 13juin 2012 au 13 juillet 2012.

0.7 SUBDIVISION DU TRAVAIL

  Notre travail tel qu’il est constitué s’articulera autour de deux grands points hormis l’introduction et la conclusion. Le premier chapitre sera consacré à la présentation de l’institution du stage, le deuxième chapitre porte  sur  la conception et de l’implantation du logiciel.

Légende :

CDP : Chef de Direction Provinciale

CDPA : Chef de Direction Provinciale Adjoint

B COM &RP: Bureau Commercial et

SCE INFORM & TELEMAT : Service informatique et télématique

DICOORD : Division de Coordination

DILABO : Division de Laboratoire

DIMCT : Division Métrologique et contrôle Technique

DAF : Division d’Administration et Finance

DEX : Division Exportation

SEC : Secrétariat

SCE Prot. Du Tr : Service

SCE. Métr : Service de Métrologie

SCE Suiv Expl : Service de Suivie et Exploitation

Sce .Suiv adm&finance : Service de Suivie d’Administration et Finance

B.Suiv adm&finance : Bureau de Suivie d’Administration et Finance

Sce.Contr à l’arrivée : Service de Contrôle à l’Arrivée

Sce.contr av EMB : Service de Contrôle avant Embarquement

Sce.PL&C.E : Service de planification et Commerce Extérieur

Sce.Com Av : Service Commercial Avarie

Sce EMIDOC.STAT & ARCH : Service Emission des Documents Statistique et Archives

Sce.HYDR : Service Hydrocarbure

B.Stat &Gest Dos : Bureau Statistique et Gestion des Dossiers

B.Or contr&contr au Déb : Bureau d’Ordre et Contrôle au Début

B.Export : Bureau des Exportations

B.PL : Bureau de Planification

B.Arch. : Bureau des Archives

B.Stat : Bureau des Statistiques

Sce.Coord.Tech&Gest des Echant : Service de Coordination Technique et Gestion des Echantillons

Sce.P.ch et Génie chimique &Textile : Service des Produits Chimiques et Génie Chimique et Textile

S.PAG.&A: Service Produits Agricoles et Alimentaire

S.P.pharm& cosmétique : Service Provincial Pharmaceutique et Cosmétique

Sce.MICROB : Service de Microbiologie

Sce.Pr.Min : Service Produits Miniers

  1. Fact av EMB: Bureau de Facturation avant Embarquement
  2. Fact ContrB. Méd.-Soc.: Bureau Médical et Social
  3. S. G& Econ : Bureau des Soins Généraux et Economiques
  4. : Bureau

B.C. Recettes : Bureau Central des Recettes

Après o

Partager ce travail sur :