Arrow Table de matières
4905937

INTRODUCTION GENERALE

0.1.          Problématique

Depuis quelques années le monde subit un changement suite à une évolution à grande vitesse dans l’utilisation et la perfection des nouvelles technologies de l’information et de la communication qui sont actuellement visible presque dans tous les domaines de la vie. L’informatique est actuellement utilisée dans les entreprises et fait partie d’un système d’information, de production.

Comme le définît le dictionnaire Larousse, l’informatique est une science de traitement rationnel et automatique de l’information ; l’informatique est considérée comme un support de connaissance dans différents domaines de la science. Elle met à la disposition de l’homme des grandes capacités de stockage de l’information. Face à ses dispositifs de distribution, l’homme est appelé à organiser sa vie en mettant au point différentes sortes applications ou logiciel de gestion.

L’outil informatique est actuellement utilisé pour le contrôle, la surveillance, la communication et pour plusieurs autres applications que nous ne serons jamais capables de donner la totalité, pour montrer que son domaine d’application est large.

L’informatique ne constitue pas un remède miracle à tous les maux de l’entreprise; cependant, utilisée rationnellement dans le cadre d’une organisation préétablie avec les partenaires concernés, elle peut apparaître comme un outil de développement.
Pour cela, il est nécessaire au préalable de procéder à un diagnostic complet de l’entreprise ainsi qu’à une évaluation des compétences respectives qui conduiront au choix final qui ne sera pas obligatoirement celui d’une information tous azimuts. (ROGER, 1971)

« Les fondements technico-économiques de l’informatisation qui guident implicitement tous les concepteurs informatiques méritent d’être énoncés. Le premier concerne l’ampleur des coûts manuels et de saisie par rapport aux coûts des opérations informatiques. Le deuxième concerne les économies d’échelle dans le coût des applications. Le troisième porte sur l’innovation permanente de l’industrie informatique. Le quatrième concerne l’impact ou l’apprentissage social » (PEAUCELLE, 1990).

Bien que les NTIC soient beaucoup plus utilisé dans les entreprises, les écoles et autres institutions éducatives affichent un besoin dans l’usage de cet outil et plus particulièrement une école technique.

Un atelier étant un lieu où les élèves apprennent les métiers, l’atelier mécanique prépare les élèves qui auront à œuvrer dans une vie professionnelle au sein des entreprises. « L’entreprise est un ensemble de moyens techniques, financiers et humains dont l’activité, organisée et dirigée par un centre de décision, a pour résultat la production de biens et de services » (MONCHAL, COLLE, & SOUES, 1993)

Le magasin est un lieu de réception, de stockage et de préparation des produits avant leur livraison aux clients[1], partant de la définition le magasin fait directement allusion à une gestion de stock, pour notre cas les élèves sont le client et il est ici question de la gestion des outils utilisé dans un atelier scolaire.

Signalons que le Magasin de l’atelier mécanique de l’Institut Technique Fundi Maendeleo n’est pas épargné des problèmes liés à la gestion des outils et des équipements utilisés dans l’atelier. L’utilisation de l’informatique étant présente au sein de cet établissement scolaire pour le calcul des points et l’établissement des bulletins, notons qu’il n’est pas encore utilisé dans les ateliers qui font partie de cette institution.

Tenant compte de ce qui précède, nous pouvons soulever deux questions qui feront l’objet de notre étude :

  • Comment l’informatique peut-il servir comme outil de gestion d’un magasin dans un atelier mécanique d’une école technique ?
  • Utilisation d’un outil informatique peut-elle améliorer la sécurité des outils et la gestion des équipements utilisés dans un atelier ?

0.2.          HYPOTHESE

Une hypothèse de recherche étant une proposition de réponse à la question posée dans la problématique en rapport avec la recherche et formulée de sorte que l’observation et l’analyse fournissent une réponse.  C’est aussi une réponse provisoire à un problème posé, qui peut être affirmé ou infirmé selon le résultat de la recherche. (ROGER, 1971)

La mise en place d’un système de gestion automatisé du magasin de l’Atelier mécanique de cet institut permettra un bon fonctionnement de l’atelier, garantissant la sécurité des outils et une bonne gestion des équipements. Nous montrerons tout au long de notre travail comment cet objectif sera atteint.

0.3.          ETAT DE LA QUESTION

Nous ne serons ni le premier, ni le dernier à parler d’un sujet de la gestion ou encore de l’automatisation d’un magasin. Cependant nous avons eu à visiter quelques travaux traitant de ce sujet de gestion.

Le travail de MUTIJIMA BISIMWA Pascal nous a permis de voir comment un logiciel peut aider la gestion d’un magasin d’une entreprise minière, cas de la BANRO MINING.

0.4.          CHOIX ET INTERET DU SUJET

Notre sujet tient au fait que l’Institut Technique Fundi Maendeleo est une école qui peut nous fournir les informations dont nous avons besoin, et est facilement accessible.

  • Intérêt Personnel

Ayant fait nos études secondaires dans cette école et plus précisément dans la section Mécanique, option machines-outils, et actuellement étudiant en Informatique de Gestion nous avons trouvé nécessaire et intéressant de réaliser un travail qui aiderai à la simplification des taches, la gestion et l’automatisation du magasin de l’atelier mécanique de cette école. Ainsi garantir la sécurité des outils et faciliter le contrôle sur ces derniers.

  • Intérêt scientifique

L’intérêt de ce sujet réside sur le fait que dans l’atelier mécanique, l’enregistrement des outils, et élèves se fait encore manuellement. Faisant l’informatique et voyant que le monde évolue chaque jour qui passe aimerions que cette école se place aussi dans cet ordre.

L’Institut Technique Fundi Maendeleo étant une école technique et formant des techniciens qualifiés n’utilise pas encore jusqu’ici l’ordinateur pour les fins de gestion et pensons que notre travail apportera une nouvelle façon d’utiliser cet outil.

0.5.          METHODOLOGIES ET TECHNIQUES

0.5.1.     Méthodes

« Pour effectuer une recherche scientifique, il faut se fixer une méthodologie. Celle-ci est l’ensemble des méthodes et des techniques. Par définition, nous pouvons encore dire qu’une méthodologie est une voie à suivre pour atteindre un objectif donné » (NYORHA, 2007-2008)

Une méthode est une démarche organisée et rationnelle de l’esprit pour arriver à un certain résultat. (KASORO, 2009)

La science procédant toujours par une méthode, nous nous sommes servis des méthodes suivantes :

  • Méthode analytique

L’apprentissage de la lecture est un sujet qui a intéressé les nombreux pédagogues. Il est un des apprentissages essentiels de l’école primaire avec l’écriture et les mathématiques, et le premier but de la scolarité obligatoire.

  • Méthode Merise

Est une méthode de modélisation dans la réalisation des applications informatique ; la méthode MERISE se définit comme Méthode d’Etude de Réalisation Informatique par Sous Ensemble. Elle nous permet de conceptualiser une base de données, d’où il s’agit de mettre en évidence trois niveaux de réflexion à savoir :                        

  • Le niveau conceptuel
  • Le niveau organisationnel
  • Le niveau opérationnel

Le niveau conceptuel correspond à la définition des finalités de l'institution en expliquant sa raison d'être. Ce niveau traduit les objectifs et les contraintes qui pèsent sur l'institution, L'informatique doit les intégrer sans remise en cause. Ces finalités constituent généralement le niveau le plus stable. Ce niveau nous permet de répondre à la question « quoi ».

Le niveau organisationnel ou logique permet de définir l'organisation qu'il est souhaitable de mettre en place dans l’institution pour atteindre les objectifs visés. On parle alors de choix d'organisation, pour lesquels la marge de manœuvre est plus importante. Ce niveau précise les postes de travail, la chronologie des opérations, les choix d'automatisation, tout en intégrant les contraintes éventuelles. A ce niveau on répond aux questions « qui ? », « quand ? », « où ? »

Le niveau technique intègre les moyens techniques nécessaires au projet. Ils s'expriment en termes de matériels ou de logiciels et sont (par suite des progrès technologiques) les plus sujets à changement. Ici la question « comment ? » a une réponse. (KASORO, 2009)

0.5.2.     TECHNIQUES

Une technique est un procédé ou ensemble des procédés mis en œuvre pour obtenir un résultat déterminé (KASORO, 2009).

Nous avons eu un recourt aux techniques suivantes pour notre recherche :

  • Technique documentaire

Le chercheur procède l’analyse un phénomène à l’aide d’une certaine documentation. Cette méthode nous a permis de consulter différents documents utilisés par le magasin pour y prendre les éléments d’informations nécessaire pour notre travail. Mais aussi la consultation des ouvrages, des travaux de fin de cycle, site web, articles, mémoire et cours.

  • Technique d’entretien et/ou d’interview

Procédant par des questions orales, celle-ci nous a permis de comprendre le fonctionnement du magasin et de l’atelier.

  • Technique d’Observation directe

Cette technique de premier ordre dans les recherches méthodologiques, nous a permis d’entrer en contact avec le milieu d’étude afin d’y recueillir les données nécessaires à l’enquête.

0.6.          DELIMITATION DU SUJET

Pour mieux comprendre notre sujet, il est nécessaire de faire une délimitation spatio-temporelle c’est-à-dire dans le temps et dans l’espace.

  • Délimitation spatiale

Notre étude concerne l’ITFM qui est situé dans la commune de Kadutu, Ville de Bukavu en province du Sud-Kivu au Quartier NYAKALIBA.

Et dans cette institution on ne s’intéressera qu’au Magasin de l’Atelier Mécanique.

  • Délimitation temporelle

Ce travail porte sur une période allant de 2015 à 2016 et prendra toute l’année académique qui constitue l’année d’étude sur la matière traitée.

0.7.          DIFFICULTES RENCONTREES

Dans l’exécution du présent travail nous avons connu un problème d’accès à quelques données du magasin et de l’école ;

0.8.          SUBDIVISION DU TRAVAIL

Notre travail intitulé « gestion automatisée du magasin d’un atelier mécanique d’une école technique, cas de l’Institut Technique Fundi Maendeleo » est subdivisé en trois grands chapitres hormis l’introduction et la conclusion générale :

  • Le premier chapitre est la présentation de l’école technique qui parlera des généralités sur notre milieu d’étude
  • Le deuxième chapitre est la modélisation du système d’information qui est une représentation simplifiée d’une réalité.
  • Le troisième chapitre est la présentation du logiciel qui servira des modèles des documents utilisés dans l’atelier pour l’enregistrement des informations sur la gestion et l’utilisation des outils.

[1] http://fr.wikictionnary.org

Partager ce travail sur :