Arrow Table de matières
5197226

CONCLUSION GENERALE

L’informatique s’intègre actuellement dans la vie et dans la gestion des entreprises, c’est ainsi que nous avons travaillé sur un sujet portant sur « la gestion automatisée du magasin d’un atelier mécanique d’une école technique, cas de l’Institut Technique Fundi Maendeleo.

Notre travail est subdivisé en trois chapitres mis à part l’introduction générale et la conclusion générale.

Le premier chapitre a porté sur la présentation générale de notre milieu d’étude qui est l’ITFM, dans cette partie nous avons présenté la dénomination, l’historique, les objectifs, les sections organisées et le fonctionnement de l’atelier mécanique.

Le second chapitre s’est occupé de la modélisation du système d’information au sein du magasin de l’atelier mécanique et il nous a permis de dégager le modèle conceptuel de données, le modèle logique de données et le modèle physique de données qui nous a permis d’avoir les tables que nous avons utilisé pour la réalisation de notre logiciel.

Le troisième chapitre a porté sur la réalisation et la présentation du logiciel réalisé. C’est dans ce dernier chapitre que nous avons présenté les outils logiciels qui nous ont servi pour l’implémentation ce logiciel de gestion.

Le magasin de l’atelier mécanique  enregistre souvent de perte d’outils, c’est ainsi que notre logiciel permettra de garantir la sécurité des outils car le logiciel est multi-utilisateur et permettra la sortie des billets pour les élèves en ordre. Et permettra au gestionnaire d’avoir une vue globale sur l’ensemble des matériels disponibles, les matériels et équipements en bon et en mauvais état.

En fin tout œuvre humaine et surtout scientifique ne peut être prétendu parfait ou dénué d’imperfections, c’est pour cette raison que nous invitons tout d’abord ceux qui se sentent intéressés par le parcours ou ceux qui peuvent l’orienter dans telle ou telle perspective, d’en faire d’avantage ; ensuite nous demandons à nos lecteurs de nous apporter toujours des correctifs en cas de besoin, étant donné que « Chaque homme de science aime la correction dit-on ».

Partager ce travail sur :