Arrow Table de matières
5985480

CONCLUSION GENERALE

Il a été constaté que lors de travaux de construction en génie civil, on utilise les matériaux disponibles du site. La qualité de ces derniers joue un rôle important dans ces travaux. Il est donc fondamental de bien connaître les propriétés des sols dans les quels les projets se développent ainsi que les ressources en matériaux qui sont utilisés.

          Les propriétés et les caractéristiques des cendres volcaniques ont été déterminées par des matériels et méthodes appropriées en passant par des essais au laboratoire. Ceux-ci  nous ont permis de faire l’identification et la classification, la caractérisation et l’utilisation de cendres volcaniques en génie civil.

          Les essais d’identification et classification nous ont montré que celles-ci appartiennent selon la classification du laboratoire national des travaux publics de la RDC  à la classe G1 qui représente les sols graveleux d’origine éruptive. Suivant le diagramme de Casagrande qui utilise les limites d’Atterberg, les cendres se retrouvent dans la catégorie de sols organiques et peu plastiques.

          Les essais de caractérisation mécanique nous poussent à dire que les cendres ont une énergie maximale de compactage à une teneur en eau optimale de 17,6% obtenu par l’essai Proctor et que sa capacité portante de 10,4 obtenu à l’aide d’un  CBR à 95% de l’optimum Proctor demande une amélioration de celles-ci par ajouts des granulats pour qu’elles soient utilisées comme matériaux de couches en construction routière.

Nous avons trouvé la cohésion et l’angle de frottement interne par cisaillement direct représentent les caractéristiques intrinsèques des matériaux et sont d’importance capitale dans le dimensionnement des ouvrages en terre. Quant aux essais œdométriques, les valeurs caractéristiques de ceux-ci comme l’indice de vides, le coefficient de compression et la pression de consolidation permettent d’estimer le tassement que peut subir un ouvrage posé sur les cendres volcaniques de Mont Goma dans le cas où celles-ci sont utilisées comme sols de support.

          Dans le cas des essais à pénétromètre dynamique, nous avons donné sous forme de tableau les différentes contraintes admissibles qui par profondeur de couche nous ont permis d’estimer les différentes capacités portantes de cendres volcaniques du Mont Goma.

          Enfin l’essai au pérméamètre à charge constante nous a permis de déterminer la capacité à laisser couler l’eau qui par celle-ci les cendres peuvent être utilisées dans les zones perméables en génie civil.

Partager ce travail sur :