Arrow Table de matières
7109647

DEROULEMENT DU STAGE

  1. l’INERA MULUNGU

En date du 6/octobre 2016 observation et explication sur le champ expérimental de Mulungu déjà installer par harvest /plus.

Parmi lesquels on cite :

Champ à d’essai pour le haricot : G x E (génotype fois environnement) dont deux variété, la variété nain et volubile :

  • G x E nain : cette variété est semé aux écartements de 40 x 20cm avec comme dispositif le BAC (bloc aléatoirement complet) un seul facteur en étude qui est la variété. Sur cette essaie trois répétition sont faite et qui sont bien randomisé.
  • Essaie G x E volubile : écartement de 20 x 50cm avec comme dispositif le BAC
  • La parcelle de démonstration : ériger pour que les paysans puissent apprécie leurs choix par rapport à la variété qui répond à leurs besoins et à leurs yeux parmi ces variété nous avons : la variété NAMULENGA, NYIRAMUHONDA, CUARANTINO, POID- BLACK RIOLA.

En date du octobre 2016

Le tuteurage : opération qui consiste à soutenir des vrille pour les haricots volubile ces derniers sont installer dans les champs entre deux pieds par lignes, on  installe des tiges de bois le tuteur traditionnel qui sont fixé dans les sol pour raison de résistance et des tuteurs métallique ce dernier sont soutenue par quatre pilier (branche d’arbres) pour les tuteurage moderne sur lesquels sont suspendue des fils disposé au pied de la plante destinées à soutenir les vrilles (des jeunes plants) parmi les techniques appliqué nous pouvons citez :

  • La technique traditionnelle : qui consiste a utilisé des bois morte pour soutenir les haricots
  • La technique moderne : consiste à l’utilisation des fils ligaturé, soutenue sur des chevrons et cloué en suit nous avons installé des fils qui vont servir comme soutient au vrille.
  • L’association des cultures : nous avons semé des maïs qui doivent pousse jusqu’à un stade et servir de tuteur pour les haricots.
 

Essaie de date de semi

Essaie de date de semis du haricot : on a deux facteurs en étude,  la variété et la date de semi, pour la variété on à quatre variété nain et quatre date de semi, pour les semis on décalé chaque fois d’une semaine entre les différentes date de semis, sur trois bloc, dispositif utilisé est le split plot (qui consiste à mettre des sous bloc dans un grand bloc et permet de suivre deux variable comme ce le cas ici ou nous suivons la variété et la date de semis) le facteur principale a étudié est la variété et le facteur secondaire sont les date de semi. Les quatre variétés sont PVA1438, HM21, RWR2154, RWR215

En date du 07 octobre 2016 : après avoir quitté le site de murhesa on avait semé la troisième date dans le dispositif split plot des haricots dans l’essai de date de semi, sur trois sous parcelle dans le dispositif, chaque sous parcelle avec quatre ligne et quatre variété pour chaque sous parcelle, semi en ligne dans des poquets aux écartements de 40 x 20

Variété : PVA1438, HM21, le semi ont met deux graines par poquet et on recouvre de la terre sans engrais.

Champs de multiplication du maïs

A l’INERA sur la route qui mène vers KASHUSHA plus précisément chez l’ingénieur BIGI, nous avons installé un champ de multiplication des maïs, pour permettre la disponibilité des semences a distribué et à vendre au paysans et autres exploitants agricole, les variétés utilisé sont : la variété SAM4VITA A, SAM4VITA B, ECAVEL. Ces variétés sont semé aux écartement de 80x50cm, notre passage sur ce lieu consisté à regarnir les espaces vide ou les graine n’avait pas germé.

A l’INERA sur l’autre bout de la route on avait supervisé les activités du labour par les paysans, piquetage et poquettage.  

En date du 12 octobre : nous avons fait la technique de tuteurage

La technique de tuteurage : installation de tiges de bois ou de métal destinées à soutenir les tiges ou les branches (d'une plante ou d'un jeune arbre) comme expliqué ci-haut.

 

Sur le champ d’essai des haricots volubiles, nous avons placé les tuteurs suivant trois techniques :

  • La technique traditionnel : ou nous utilisons des branches d’arbre coupé et taillé qu’ont enfoncé dans le sol a une densité de quatre poquet ce qui fait que pour chaque poquet il y a deux plantule ce fait une moyenne de huit plant par tuteur.
  • La technique moderne : ou nous avons construit une forme de triangle avec des arbres et ou on cloue cinq clou pour aide l’attache de fil ligaturé et sur ces fil ligaturé nous avons attaché le fil pour soutenir la monté de la plante.
  • La technique d’association : on a semé du mais comme tuteur des haricots qui sera semé après que les mais soit à un stade de développement pour supporter les haricots qui monte.

Le 13octobre 2016 : poursuit avec la technique de tuteurage avec la méthode moderne, Labour aux champs de multiplication de maïs.

En date du 14 octobre  champ de multiplication de maïs. Labour (supervisé les travaux de préparation du terrain (labour, poquettage, sarclage)) pour le semi

En date du 20 octobre : champs de multiplication pour les semences venu du kenya et auquel nous avons fait l’analyse de la teneur en fer et en zinc au laboratoire a kalambo ces semences sont mis en champ pour leurs multiplication ainsi avoir du semence pour installer un essai et en suit le vulgarisé, ses semences ont été semé au bordure d’un champ de multiplication de maïs, aux écartement de 50x20 et semi en ligne dans des poquets et a une densité de deux graines par poquet on a semé quatorze variété dont :

KKIS, PUNDA1, PUNDA2, VASINGUSHU MARAKWET, NUA 45, KKRKOS/REDIG, MBERESHI, SATOTI1MARAKWAT1, SATOTI2MARAKWAT1, GLP92MWITEMANIA, ROSECOCO, GLP2.

Apres avoir installé ces espèces nous avons passé sur le champ d’essai génotype fois environnement pour voir comment évolue les activités des fixations des tuteurs sur le haricot volubile et le sarclage.

En date du 26 octobre : état de lieu sur les pluies accablantes qui avait détruit les cultures et fixation des tuteur tomber sur terre.

 suit à la situation des pluies abondante et de grêle qui ces sont abattue sur terrain à l’INERA  nous étions obligé de se rendre pour évalue les pertes et dégâts sur le lieu d’où suit à ces catastrophe les plants observer présenté des problèmes de déchirure suit aux grêle et les plants de maïs qui avais l’heur d’être peigné suit au catastrophe nous avons observé que les tuteur traditionnel fixé été tombé sur terre à 80% , les feuilles de haricot déchiré été évalué à 75% de déchirure d’où nous nous sommes mis a fixé les tuteur tombé et réorienté les vrilles sur les tuteurs par contre les tuteurs moderne fait par des ficelle et des cordes n’avais pas été toucher.

Etiquetage : on a procédé par mettre des étiquette (papiers bristol on imprime le nom de chaque variété que l’on va plastifier avec un scotch en suit coupé par un ciseau.) ces morceau de papier plastifié serons mis sur chaque parcelle sur chaque champs d’essai et de multiplication sur des pancartes.

En date du 27 octobre : activité d’étiquetage des essais et champs de multiplication maïs aussi suivis sur les activités du sarclage et tuteurage. On a ensuite fait le mesurage des champs de multiplication ou nous avons trouvé des résultats comme suit :

  • La multiplication de la variété namulenga : 0.17ha soit 17ares
  • La variété naine de kyondo : 0.11ha soit 11ares
  • La variété cuarantino : 0.12ha soit 12ares
  • La variété M211 : 0.10ha soit 10ares
  • La variété nyiramuhondo : 0.04ha soit 4ares
  1. KALAMBO

Teste de germination pour le maïs : on a quatre type d’espèces le SAM4VITA A, SAM4VITA ASUP, SB maïs B, SAM4VITA B trois échantillon pour chaque espèce pour évalue la pureté de ces semences (ont compté 100 graines et ont trille les espèces au hasard sans distinction. Un milieu de culture est préparé pour l’ensemencement de ces culture pour évaluer le pouvoir de germination de ces graines. Le milieu de culture est fait dans  des boite a pétri, quatorze boite de pétri ou ont place du coton et arrose par l’eau ionisante, pour chaque variété ont préparé un milieu approprié pour son ensemencement et avec deux répétions pour comparer les résultats.

En date du 17 octobre : laboratoire et nous avons comme activité de déterminer la teneur en zinc et en fer dans les haricots nous avons dix variété dont : KRIKIS, PUNDA1, PUNDA2, VASINGUSHU MARAKWET, NUA 45, KKRKOS/REDIG, MBERESHI, SATOTI1MARAKWAT1, SATOTI2MARAKWAT1, GLP92MWITEMANIA, ROSECOCO, GLP2.

Cette opération pour déterminé la teneur en fer et en zinc dans les haricot commence au champs par la sélection de l’échantillon qui est choisi sur le plant ce trouvant au milieu de la ligne et au milieu de la parcelle d’expérimentation on selectionne la gousse et on la met dans un première  enveloppe, deuxièmement on va sélectionné les graines du milieu pour l’étude on laisse les graines du dessus et d’en dessous on le met dans un deuxième enveloppe, on amène au laboratoire au on va commencer par le lavage de l’échantillon avec de linge blancs si on a pas des papier spécial et de l’eau distillé avant tous, il faut des infecte tous les matériel a utilisé pour éviter la contamination de l’échantillon on frotte pour la première foi et lorsqu’on estime que ce déjà propre on reprend pour la deuxième fois le même opération, puis on met dans un troisième enveloppe ou on indique le type d’échantillon qu’on a ensuit il faut placé les échantillon dans l’étuve pour séché a une température de 60° pendant 24heure avant de procédé au broyage.

EN date du 25 octobre : séminaire avec le coordonnateur, nous avons aussi fait la préparation des étiquettes pour l’étiquetage des essais et le trillage de semences.

Séminaire avec le coordinateur

Il nous à expliquer sur les activités de Harvest plus/CIAT, le séminaire à consister sur trois point :

  • La présentation des activités effectué par Harvest plus
  • Importance de la biofortication
  • Attente au stagiaire

La présentation des activités effectué par Harvest plus : Harvest plus est un programme du développement mais qui s’intéresse plus à la mal nutrition (s’intéresse plus aux carence des oligoéléments dans l’alimentation des humain en vitamine A, fer et en zinc).

Concept

Malnutrition : fait partie de l’insécurité alimentaire, c’est la disponibilité, accessibilité et l’utilisation des aliments pour satisfaire les besoins alimentaire.

Nutrition : on est aux niveaux de l’utilisation des aliments, Harvest parle de la malnutrition en disponibilisant les aliments à la population. Parlant de la nutrition nous voyons les trois groupe d’aliment selon les besoin de l’organisme, les lipides, les glucides et les protéines mais aussi notre corps a besoin des oligoéléments que nous consommons, mais dont le corps a besoin en petite quantité, il existe vingt-six vitamines mais six sont plus connue, Harvest s’intéresse plus à la carence en vitamine A ou le beta carotène qui donne la coloration jaune ou orange par perception, mais cela ne veut pas dire que toute les plante a cette coloration sont riche en vitamine A. il faut quantifié la teneur en ces oligoéléments d’où l’importance de faire les analyse au laboratoire pour le maintenir a un seuil. La quantité ou le seuil pour le maïs est de 15ppm (partie par million) et le seuil minimale est 0ppm pour les maïs et le manioc pour les cultures bio fortifié

La corrélation très forte en ce qui concerne la teneur en fer et en zinc. Pour le fer le seuil recommandé est de 75ppm pour les cultures bio fortifié et est faible autour de 50ppm.

Rôle de micronutriment vitamine A, fer et zinc dans l’organisme humain

  • Vitamine A: joue un rôle important dans la croissance de l’organisme, dans la vue
  • Le fer: hémoglobine dans le sang, au niveau de l’écocyte il donne la consistance du fer.
  • Le zinc: élément capital dans la construction de la matière grise au niveau du cerveau.

Harvest plus s’intéresse aussi au rendement qui est l’élément intéressant les paysans, en plus de toutes ces facteur nutritionnels, il cherche à accroitre les rendement en quantité et en qualité, pour l’appréciation ces deux facteurs sont primordiale

Rendement : est la quantité de produit produite par unité de surface, le besoin est d’accroitre le rendement pour que le produit soit accepté par la population. Le rendement est une résultante de plusieurs facteur dont :

  • La variété qui est le patrimoine génétique (qui est le potentiel génétique)
  • L’environnement qui convient à l’espèce
  • Les techniques culturales de production

L’objectif des essais est de savoir si une variété est stable, faire l’adaptation des certaines variété dans des milieux qui leurs serons favorable, Mais l’objectif principale serais d’avoir une variété riche en micro nutriment et qui a un rendement élevée.

La bio fortification :

La mal nutrition peut-être attaqué de plusieurs manières notamment :

  • Par la supplémentation
  • Diversité alimentaire
  • La fortification
  • Et la bio fortification

La supplémentation : commence par l’accompagnements, par des vaccinations

Ex : la supplémentation en vitamine A

La Diversité alimentaire : manger la nourriture équilibrée d’origine animale et végétale

La fortification : c’est l’ajout par procédé de transformation chimique pendant la transformation.

La bio fortification : est une approche ou procédé d’ajout en utilisant des procédé agronomiques, la sélection et la variation, Harvest s’intéresse à l’amélioration (par amélioration nous voyons les croisements) et par l’hybridation (consiste à prendre deux individu de sexe différents) et la sélection. En amélioration il faut savoir choisir le géniteur dont le géniteur mâle et femelle dans nos croisement, il faut choisir un géniteur qui a une teneur élevé en zinc ou en fer pour le fécondé avec un autre géniteur qui a soit une teneur moyen ou bas cela dépend de l’espèce qu’on veut avoir.

Pour Harvest tous les nutriments utilisé ne sont pas influencé par des fertilisants mis à part le zinc.

Pour quoi les stagiaire ? Harvest plus prend des stagiaire pour des objectifs précis entre autre pour aider à vulgarisé des nouvelle technique de pratique culturale et de faire l’expansion des œuvre appliquer par cette institution.

Le trillage de semences : on avait comme mission de séparé les bonne semences aux mauvaises semences pour les semences restant sur ceux que nous avons semé au champ (essai et multiplication) en fin on avait procédé par la préparation des étiquette pour l’étiquetage des essais de semences sur des papiers bristol on imprime le nom de chaque variété que l’on va plastifier avec un scotch en suit coupé par un ciseau.

En date  du 28 octobre : trillage des semences, semence destiné à la conservation pour les semi de la saison prochaine à kalambo et au dépôt à Bukavu.

  1. MURHESA

On a deux sites, un site est situé avant le couvant de prêtre de murhesa et derrière l’étang piscicole de Murhesa et tout près de l’installation de la maison ikya (IITA), sur une pente moyenne, et constitue un champ de multiplication des maïs, ce champs peut mesurer un hectare six-cent de superficie. Et l’autre est situe en dessous de la route de l’autre côté du terrain de Murhesa. Constitue  un Essaie pour les dates de semis de maïs

En date du 07 octobre 2016 : semis de maïs dans le dispositif expérimental (dispositif split plot) semé aux écartements de 80 x 50cm, en utilisant de l’engrais DAP pour fertilisé, bien que les observations montre que les maïs est trop exigent en élément nutritif, le semis ce fait dans des poquets, ou nous avons commencé  par une delimitaion du terrain par des piquets et des cordes suivis d’une trouaison des poquets (poquettage) sur des lignes, aligné par des cordes et  guidé par un décamètre pour mesuré les écartements.

Variété : SAM4VITA A, ECAVEL, SAM4VITA B, BAMBOU, GV644 et ont semé les graine dans des poquets a une densité de deux graines par poquet.

En date de 10 octobre : sur un deuxième site, situe en dessous de la route de l’autre côté du terrain de Murhesa. Essaie pour les dates de semis de maïs. Sur ces champs nous avons fait de trouaison des poquets sur de ligne par des cordes, qui nous aide à faire l’alignement avec des écartements des 80 x 50 avec des paysans comme sur les autres sites. Apres la trouaison ou poquettage nous avons procédé par l’épandage de l’engrais, l’engrais utilisé étant le DAP qui  est utilisé comme engrais retard. Ensuit ce le semi qui a suivi est pour cette dernière nous avons semé a une densité de quatre graine par poquet pour raison de l’état de conservation des graine face aux attaque des insectes (comme des charançons), cela pour équilibre la densité de ces graine a la germination (le taux de levé). Le travail à commence à huit heure quarante  et a pris fin a quatorze heure trente.

En date du 11 octobre : site un, sur le même terrain nous avons fait les mêmes activités mais signalons qu’en ce jour nous avons semé les maïs en famille d’où 24familles ont été mis dans le sol,  aussi nous avons semé sur les bordures pour limité les ravageurs d’atteindre les champs d’expérimentation.

En date du 12 octobre : semi du maïs pour l’essaie de date de semi, la dernière date aux écartements de 80 x 50 comme pour les autres type de semi du maïs en utilisant le DAP comme engrais de fond a une dose estimé,. Ou nous avons fait la semi pour les essaie de maïs sur les dates de semi.

En date du 13 octobre : la même activité que le jour précédent. Sur le terrain de murhesa.

En date du 14 octobre :

 Nous avons  installé un nouveau essaie du maïs sur le site deux, pour les variétés : ECAVEL, GV644, SAM4VITA A

Aux écartements de 80 x 50 semi en ligne et dans des poquets, signalons que cet essai et installé à côté d’une autre essaie de maïs de date de semi, ici nous avons installé quatre variété avec deux répétition bien randomisé, nous avons ensuit passe par Kashusha pour observation des semences mis en terre.

  1. WALUNGU

En date du  18 octobre : installation d’un essai d’adaptation à WALUNGU (kakono) pour voir l’adaptation des variétés, nous avons installé deux type d’essai avec comme dispositif le BAC (bloc aléatoirement complet) les espèces installé, nous avons les maïs et le haricot.

Nous avons commencé par délimité le terrain avec un décamètre pour mesuré le terrain et des corde pour rapporter les mesure sur terrain, on a en suit acheminé  par le piquetage en utilisant des piquets pour repérer les mesure sur le champ, site situe sur une pente moyenne,

Pour le maïs nous avons installé sept variété dont : SAM4VITAA, BAMBOU, ECAVEL, SAM4VITA A, SAM4VITA B, GV644 et

Aux écartements de 80 x 50cm, nous avons fait le semi en ligne  et dans des poquets nous avons utilisé du DAP comme fertilisant après épandage de l’engrais ont recouvré avec peut du sol puis on met deux graines de semence et on recouvre du sol signalons ensuit que cette essai est bien randomisé, chaque variété est semé sur quatre ligne et avec trois répétition en suit ont semé sur la bordure du maïs pour la protection de l’essai.

Pour Le haricot : installation d’un essai pour le haricot G x E (génotype fois environnement) pour le haricot volubile, nous avons semé le haricot aux écartements de 50 x 20cm ou nous avons installé  pour trois répétions et bien randomise pas de fertilisation même dispositif que pour le maïs(BAC)

  1. Descente avec le bureau sur terrain pour observation de l’évolution des activités

En date du 19 octobre : observation avec descente sur terrain avec tous les autorités de l’institution dont le coordonnateur le professeur Antoine, le vice coordonnateur, l’administration et tous les membres du bureau pour l’observation des activités effectué mais aussi pour expliquer à la nouvelle assistante a l’administration quel sont les activités qu’effectue l’institution sur terrain, parmi les champs visités nous pouvons cité :

  • Le champ d’essai génotype fois environnement pour les haricots nain et volubile et l’essai de date de semi pour le maïs a l’INERA.
  • Le champ de multiplication pour le maïs à l’INERA.
  • Le champ de multiplication de maïs a kashusha en partenariat avec l’UEA
  • A kavumu les champs des partenaires qui nous a fait visité ses champs qu’il exploite selon nos observation il a deux hectare ou il fait de haricot et deux hectare ou il met du maïs, ces champs son dispersé a des différents milieux.

Les activité ont commencé à 8h40 et ont pris fin à 13h.

En date du 21 octobre : observation du semi effectué à Murhesa de passage et aussi nous avons été à l’INERA pour superviser des travaux de sarclage, tuteurage (orientation des vrilles ou tuteur).

En date du 24 octobre : même activité

En date du 31 et  1octobre : suivis des activité champêtre à Murhesa ou nous avons fait les travaux de regarnissage du champs de multiplication aux endroit où rien n’avais poussé pour ce faire suit au perturbation par rapport au climat( la saison qui n’était pas bonne au moment de la semi avec des pluies retardé) ce qui a influencé le taux de germination des semence qui est faible nous avons regarnit presque la moitié du champs  a presque 50% les graines n’ont pas germé, l’opération de regarnissage consisté en outre :

A la trouaison des poquets par une machette on troue un trou de quelque centimètre dans le sol et dans ce trou on met 3graine de maïs aux écartements de 80 x 50cm, cet un champ de multiplication pour l’espèce SAM4VITA A et pour l’essai de famille qui comporte 25famille semé sur deux ligne chaque famille sur un bloc. Après les travaux de regarnissage retour au bureau a kalambo pour le contrôle de la germination.

Contrainte

Dans notre parcourt au cours de notre période de stage, nous nous sommes heurté a des problèmes des carences des pluies dans ces milieu d’étude, ou nous avons remarqué de manque total de pluie pendant tout une semaine et au-delà et cela nous a amené à observer des plantes qui soufré du stress hydrique (manque d’eau dans le sol) et le sol qui se déshydraté suit au manque de pluie cas particulier à MURHESA, ce spécifique pour ce milieu contrairement à l’INERA qui lui a son tour bénéficie d’un climat tempéré par les montagne et ou en date du 12 octobre s’y été observer une pluie torrentielle avec beaucoup de grêle et qui avait détruit des plantes, causé des déchirures sur les feuilles des haricot et des maïs, le plus pénible sur les tuteur des haricots qui jusqu’à un pourcentage élevé avait été tomber par terre. Evaluant les pertes du a ce plus nous avons remarqué un pourcentage de 60 à 65% de feuilles déchiré et 70% de vrille détruit par ce dernier.

Partager ce travail sur :