Arrow Table de matières
2974021
ISDR/ BUKAVU
Présenté par JANVIER LUDUNGE Joseph
Pour l'obtention du diplôme de Licencié en Développement Rural

Evaluation des conditions de vie et du niveau de développement dans le Groupement de Mumosho, territoire de KABARE

Publication : 22 Novembre 2017
L’étude a porté sur « l’évaluation des conditions de vie et le niveau du développement dans le groupement de MUMOSHO » L’objectif général  était  d’évaluer les conditions de vie et le niveau de développement dans le groupement de Mumosho à travers les indicateurs d’accès au services sociaux de base, l’impact des activités agropastorales et les associations locales de développement dans le milieu ainsi que les facteurs favorisant le bien-être du ménage. Pour réaliser ce travail nous avons fait recours aux méthodes mixtes (qualitatives et qualitatives),  soutenus par les techniques documentaires, interview, et une observation libre, ainsi que le questionnaire d'enquête qui était administré à un échantillon de 60 personnes reparties dans les 4 sous localités du groupement de Mumosho. A la fin de l'enquête nous sommes arrivés aux résultats suivants : Le niveau d’accès aux services sociaux de base  des ménages  dans le groupement de Mumosho est  limité, 58% de  la population n’accède  pas aux soins de santé à cause de la sous-qualification  du personnel, sur 54% des ménages ayant 5 à 8 enfants , seuls 3 à 4 enfants fréquentent l’école faute de moyen financier, 67% des ménages   ne sont pas abonnés au service d’électricité et 75% des paysans n’ont pas de robinets chez eux, ils traversent une distance de  100 à 500m pour aller puiser de l’eau. Les  activités agropastorales, quant elles, contribuent à l’amélioration des conditions de vie  à Mumosho ; elles luttent  contre le chômage à 92% et enfin 76 % des paysans  tirent leur revenu directement des activités agropastorales. Les conditions de vies sont influencées par l’exploitation d’une  superficie de terre supérieure ou égale à 1ha,  54 % des paysans  totalisent un revenu mensuel moyen allant de  100 à 150$. L’encadrement du paysan n’influence pas les conditions de vie  et le développement  à Mumosho. Cette réalité se justifie par la dégradation d’un grand nombre  des associations de développement soulevé à  37%, par le faible appui des associations  aux activités agropastorales dans le sens où la majorité des paysans soit 75% faisant partie des associations ne reçoivent pas des semences et ne bénéficient plus d’aucune formation en agriculture ou même en élevage.57 % des paysans ne  bénéficient pas des microcrédits et l’intervention des associations de développement dans la gestion des conflits est faible .Eu égard à ce qui précède, en fin nous pouvons affirmer que les conditions de vie sont encore médiocres à Mumosho. 

Année académique 2017

Partager ce travail sur :