Arrow Table de matières
3404302
UNIVERSITE DE LUBUMBASHI
Présenté par AGANZE MUDEKEREZA Patrick
Pour l'obtention du diplôme de Ingénieur en Métallurgie

MISE EN SOLUTION DU COBALT CONTENU DANS LES HYDROXYDES DE COBALT PRODUITS AUX USINES DE RUASHI MINING EN VUE D'UNE ELECTROEXTRATION DU COBALT

Publication : 30 Octobre 2017
Dans la métallurgie extractive en général et particulièrement dans l’hydrométallurgie, la maximisation du rendement de récupération, la minimisation du coût de production et la production d’un métal de grande pureté est une nécessité pour les investisseurs et une obligation pour les ingénieurs. C’est dans cet optique qu’il nous été proposé le sujet dont l’intitulé est : « Mise en solution du cobalt contenu dans les hydroxydes de cobalt produits aux usines de Ruashi Mining en vue d’une électroextraction du cobalt ». En effet, RUASHI MINING traite, par voie hydrométallurgique, un minerai cupro-cobaltifère extrait de la mine étoile. Le minerai traité est en grande partie oxydé et une partie est mixte. Pour le minerai mixte des études de flottations ont été initiées alors que, l’entreprise traite les oxydes par le procédé de lixiviation, l’extraction par solvant et l’électrolyse du cuivre en solution en vue de l’obtention d’un cuivre cathodique, le cobalt subit quant à lui, une précipitation chimique pour la production des hydroxydes de cobalt. Lors de ce traitement un minerai titrant 3% cuivre et 0.3% cobalt, permet de produire du cuivre cathodique avec une pureté de 99.99% et les hydroxydes de cobalt titrant en moyenne 27% de cobalt. Ces hydroxydes sont vendus sous formes des poudres et ne subissent pas un quelconque traitement pour la production de cobalt métallique au sein de ladite entreprise. Vu le coût du cobalt sur le marché (52 000 dollars par tonne), il nous a semblé intéressant de solubiliser le plus de cobalt contenu dans ces hydrates par lixiviation en cuve agité, tout en minimisant la solubilisation des impuretés qui sont le cuivre, le fer et le manganèse contenus dans ces hydrates et la consommation d’acide, ce qui réduirait le coût opératoire. Le cobalt contenu dans ces hydrates est un cobalt bivalent, car il est issu d’une précipitation chimique d’une solution venant de l’extraction par solvant du cuivre, c’est pourquoi un milieu acide est nécessaire pour la lixiviation de ces hydrates.

Année académique 2016

Partager ce travail sur :