Arrow Table de matières
3667113
UNIVERSITE SIMON KIMBANGU DE BUKAVU USK/BUKAVU
Présenté par FABIOLA
Pour l'obtention du diplôme de Graduat en santé publique

LES FACTEURS FAVORISANT L’EXPLOSION DES TRADIPRATICIENS DANS LA VILLE DE BUKAVU CAS SPECIFIQUE DE L’AIRE DE SANTE PANZI

Publication : 21 Janvier 2018
L’OMS estime que dans plusieurs pays d’Afrique, la plupart des accouchements sont pratiqués par des accoucheuses traditionnelles. Au Ghana, au Mali, au Nigeria et en Zambie, le traitement de première intention pour 60% des enfants atteints de forte fièvre due au paludisme fait appel aux plantes médicinales administrées à domicile. En Afrique, on estime qu’il ya un tradipraticien pour 200 habitants contre seulement un médecin pour 25 000 habitants, ce qui nous pousse à constater une explosion des tradipraticiens. (OMS 2003).             En  République Démocratique du Congo (RDC), la médecine traditionnelle n’était pas autorisé à être exercée en milieu urbain pendant la période coloniale au Congo belge, en milieu rurale on la tolérait enfin qu’elle ne puisse pas perturber l’ordre public.             Cependant on constate que, dans les rues des grandes villes de la RDC, les tradipraticiens sont de plus en plus nombreux à proposer leurs services sans se soucier le moins du monde de ses obligations légales. Et si la plupart des tradipraticiens affirment avoir suivi une formation et connaître les gestes élémentaires de secourisme, la frontière entre la médecine traditionnelle et charlatanisme est vite franchie

Année académique 2012

Partager ce travail sur :