Arrow Table de matières
8518473

SECTION 2. L’AGRICULTURE ET LE DEVELOPPEMENT EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

  1. La part de l’agriculture dans la production nationale

Cette part de l’agriculture sera étudiée pendant la

période sous étude. 

  • En 2005.

Après s’être établie à 2,2 o en 2004, la valeur ajoutée

de cette branche s’est accrue de 2,3°/o en 2005. Il en est de même des indices de la production agricole et de la production agricole grumes et 4 1,4% pour le caoutchouc. Cependant, les produits du café arabica et de l’huile de palmistes se sont inscrits à la hausse de 15,6% et 19,8% par rapport à l’année 2005. L’amélioration de la production du café arabica tient principalement au programme de lutte contre la fraude mis en place par l’office National du Café dans les provinces du Nord et Sud-Kivu.

  • En 2007

 En 2007, l’indice de la production agricole a connu

une baisse de 5,7%, s’établissant à 134,8 contre une année auparavant. Cette évolution procède notamment de la baisse des oléagineux. Il est à noter cependant que la valeur ajoutée de la branche dans la formation du produit intérieur brut a augmenté de 32% d’une année à l’autre en raison de la faible encense de la consommation intermédiaire sur la production. L’importance de la production agricole dans le produit intérieur brut s’est légèrement repliée, se situant à 38,5% en 2007 contre 39,6% l’exercice précédent. Quant à la contribution de la branche à la croissance économique, elle s’est établie à 20,6% contre 23,6% l’année précédente.[1]

  1. Culture vivrière

L’évolution de la production des cultures vivrières est

restée relativement stable avec un glissement de 0,3% d’une année à l’autre. Sur l’ensemble des composantes de ces cultures, seuls les oléagineux ont accusé une légère baise de 0,5% les autres cultures ont évolué comme suit en 2007.

Céréales: 0,7%

Racines et tubercules:0,1% 

Légumes et légumineuses: 2,7%

Fruits : 1,6% 

  1. Cultures d’exportations

Après une baisse de 9,3% en 2006 l’indice de la

production agricole d’exportation a progressé de 57,6°,4 en 2007, passant de 90,2 à 142,2 d’une année à l’autre, cette évolution résulte de l’accroissement des produits du caoutchouc(104,3%), de l’huile de palmistes(90,1%, du thé(43,7%), du bois de grume(40,2) du cacao(33,8% et des tourteaux des palmistes (3,4%) cette progression est due à la forte demande mondiale de ces produits respectifs. 

Ø En2008 

La valeur ajoutée de l’agriculture dans la formation du PIB réel s’est baissée du 0,3% en 2008 par rapport à 2007 et sa contribution à la croissance économique s’est située à 18,8%. L’indice de la production agricole a enregistré une branche hausse de 2,8%, tandis que celui de la production agricole d’exportation a connu une baisse de 10,S% par rapport a l’armée précédente.[2] 

  1. Cultures vivrières

Les cultures verrières sont de type familial, explicitées

généralement dans les milieux ruraux sur les exploitations de petite taille avec un outillage rudimentaire et une main-d’œuvre constituée essentiellement des membres du ménage, elles représentent plus de 80, %de la production du pays. Le paysans s’intéressent à ces cultures pour assurer leur alimentation en produit tel que les maniocs, le mais, l’arachide, les haricots, les fruits etc. d’après les estimations du service National de statistique agricole SNSA en sigle, l’évaluation de la production des cultures vivrières e marqués par une quasi stabilité avec une faible variation (le entre 2007 et 2008. Hormis les céréales dont la production a stagné la même tendance et aussi constatée au niveau des a ares composants qui renseignent de légers accroissement une augmentation de 0,4% de racines et tubercules, de 2,6% des légumes et légumineuse de 2,6V0 d’oléagineux et de 0,3% de grume. Ce faible accroissement de la production est consécutif notamment on manque de pesticides pour les moyens financiers pour acheter les semences et faire le suivi d’exploitation par les agronomes.

  1. Cultures d’exploitations

Jadis exploitées par des grandes sociétés agro-

industrielles disposant de moyens moderne de production et d’exploitation intensivement de grandes étendues, les cultures d’exportations sont actuellement quasi abandonnées. En effet; la majorité des investisseurs du secteur a abandonnée les plantations et ou arrêter les activités en attendant les jours meilleurs pour les relancer. Les quelques plantation en activité produisent en de ça de leur capacité suite à la persistance de facteurs structurels qui les caractérisent dégradation des routes, de desserte agricole, vétusté de l’outil de production, manque de pièces de rechanges et de suivi de contrôle pour les agronomes ainsi que la difficulté d’accès au crédit, etc.

En 2008 , l’indice de la production agricole d’ »exportation indique un recul de 2,8°/o ce repli reflète l’évolution de la quasi-totalité des cultures d’exportation qui à l’issue de cette période ont enregistré de baisse : huile de palme 55,5%, huile de palmiste 42,4%, bois grume 34O%, tabac 5,0%, caoutchouc 3, 1%, cacao 0,7%, cafés robusta et arabica 0,1%. 

Tableau I. Contribution des différents secteurs au produit intérieur brut(en million de CDF au prix courant)  

2005

%

2006

%

2007

%

2008

%

1.  Agriculture,      chasse, sylviculture et pêche

2.  Industrie 

-  Activité de fabrication

-  Produit et 

-  Distribution d’électricité, gaz et l’eau

-  Construction

3.  Service  

-  Commerce de gros et détail

-  Transport,      entreposage    et communication

-  Service marchande dont service financier,

-  Adm. Politique et défense et sécurité sociale obligatoire

-  Total valeur ajouté aux coûts de facteur

-  Production imputée de service bancaire droit et base à l’importation 

1604522,9

742547,1

307149,1

178920,0

103032,5

159445,4

950233,2

530081,4

128679,5

27170,6

110457,1

3303309,1

9960,9

94670,1

47,02

21,96

27,88

0,29

2,77

1880993,5

888699,0

350783,1

206670,3

126051,6

205193,9

1174087,4

653267,5

16521,8

50021,8

134434,5

3949779,9

-1154,6

123976,0

46,2

21,8

28,3

2,1

3,0

2293924,8

1156207,1

438441,4

273956,4

173150,7

270658,6

1593758,4

878673,6

232919,7

76061,3

187473,7

5043890,3

-87469,9

191752,6

44,55

22,25

30

0,00

3,72

2907849,8

1465643,7

5557819

347275,0

343095,2

2020297,3

1113833,8

295256,2

96417,7

277647,8

6393790,8

-11087,5

243079,5

44,55

22,45

30

0,00

3,72

P/B aux prix du marché

34079401,1

100

406660,3

100

5148172,9

100

65259882,72

Source : Banque centrale, rapport annuel, 2008, p.27.

En observant le tableau I, nous remarquons que

l’agriculture occupe la première position en ce qui concerne la contribution dans la formation du PIB.

  1. La part de l’agriculture dans les exportations congolaises

2.1. Les exportations eu valeur 

Ø En 2005

Les exportations sont passées de 9172 millions d’USD

en 2004 à 2071,7 millions une année après enregistrant ainsi une hausse de 8,1%, impulsée essentiellement par les vents de diamant, du pétrole brut et de cuivre sur le marché mondiale[3].

Suit à l’amélioration du cours de diamant et a

relèvement du volume exporté, les exportations de ces produits sont passés de 1009, les millions de USD à 1.157,6millions. En effet, le cours atteint 23,1USD le carat contre 22,3USD. Une année plutôt et le volume s’est situé à 41,4millions de carat contre 40,5 millions en 2004. Cette évolution est attribuable uniquement aux performances enregistrées au niveau de la vente du diamant de production artisanale dont la qualité est passée de 32,2 millions de carat à 35,9 millions. En dépit de la bonne tenue du cours; its exportations du diamant de production industrielle ont connu une contre-performance à la suite de la baisse sensible du volume exporté, se situant à 5,6 millions des carats contre 7,9 millions en 2004.

Les ventes du pétrole brut se sont accrues de 25,8%, se

situant à 45,7% millions USD contre 359,8 millions en 2004, à la suite de la hausse sensible du cours du baril qui atteint une moyenne de 56,1 USD contre 41,2 USD en 2004

  • En 2006

Les exportations se sont accrues de 12,3% se situant à 2698,7 millions d’USD en 200b contre 2.402,8rnillions une année auparavant. Cette hausse concerne les exportations tant des produits miniers, agricoles qu’industriels42. Les exportations des produits agricoles ont augmenté de 68,7% cette hausse a été impulsée essentiellement par le café, le caoutchouc et le bois. En effet, les ventes du café se sont améliorées de 366,7%, à la suite de l’augmentation du volume exporté. Celui-ci est passé de 1917,6 tonnes en 2005 à 8193,3 tonnes en 2006, soit un accroissement de 327,3%.

  • En 2007

 Sous l’effet de l’augmentation minière et agricole, les

exportations se sont accrues de 127,3% en 2007 contre 12,3% en 2006. Sous l’impulsion du caoutchouc, du café et du bois, les exportations de produits agricoles ont augmenté de 54,5%. En effet, en dépit de la baisse de son cours les exportations de caoutchouc ont enregistrés un accroissement de 99,9% attribuable principalement à l’augmentation du volume exporté, lequel est passé de 3.267 tonnes en 2006 à 6.678 tonnes en 2007(3). S’agissant du café ses exportations ont progressé de 7 1,1% sous l’effet combiné de la hausse des cours et des qualités. Le cours du café roh’ist est passé de 1262,7 dollars la tonne en 2006 à 1730,8 L’en 2007, soit une augmentation de 31,1%; tandis que celui du café arabica a connu une augmentation de  9,9% se chiffrant à 2.590,5 dollars la onre en 2007 contre 2.357,3 dollars une année avant. Quant aux volumes exportés ils ont  augmenté de 120,1 et 1,6% respectivement pour le cafés robusta et arabica.

  • En2008

Sous l’effet de l’augmentation des exportations du pétrole brut et des produits miniers exportés par les paritaires Gécamines, les exportations se sont accrues de 11,7% en 2008 contre 127,8% en 2007. L’accroissement des exportations des produits miniers soit 10,1% résulte des performances enregistrées dans les ventes du cuivre, du cobalt et de la cassitérite des sociétés partenaires à la Gécamines[4]

Tableau II : Les exportations en valeur (en million de XDR) 

2

005

2006

2007

2008

Valeur

%

Valeur

%

Valeur

%

Valeur

%

I. Produit miniers

- Produits GECAMINE

- Cuivre SODIMICO

- Or

- Diamant

- Pétrole brut

- Autres 

II.     Produit agricole - Café

-      Caoutchouc

-      Bois

-      Autres

III.   Produit Industriel

-      Ciment

-      Produit chimique

-      Autres (2)

1885

-               

-               

-               

1157,6

432,9

4,1

58,1

0,1

45,4

-               

-               

458,5

16,4

1,1

-               

78,5

-               

-               

-               

48,2

18,0

0,2

2,4

0,3

1,9

-               

-               

19,1

0,7

0,0

-               

2118,1

367,2

-

2,5

883,6

452 ,2

32,8

98,0

37,8

52,3

55,5

9,6

482,7

19,7

0,8

11,8

78,5

13,6

- 0,1

32,7

16,8

1,2

3,6

1,4

1,3

2,1

0,4

17,9

0,7

0,0

0,4

5312,5

266,9

-              4,0

827,5

612,2

-               

164,3

64,5

17,0

80,7

2,1

671,1

13,8

0,8

36,5

86,4

4,3

-              0,1

13,5

10,0

-              2,8

1,0

0,3

1,3

0,2

10,8

0,2

-               

0,2

5851,6

211,9

-              6,1

674,5

772,2

-               

178,4

89

16,3

73,0

0,1

839,8

13,3

0,8

46,6

85,2

3,1

-              0,1

9,8

11,2

-              2,6

1,3

0,2

1,1

0,0

12,2

0,2

0,0

0,7

Total

2402,8

100,0

2698,7

100,0

6148,0

6869,8

100,0

Source : les données recueillis dans les   différents rapports annuels de la banque centrale du Congo

51

2.2. Les exportations en volume

 Le tableau ci-dessus nous renseigne sur les

exportations congolaises en volume. 

Tableau III. Les exportations congolaises en volume

2005

2006

2007

2008

Bois (enm3)

Grumes

Sciés

Placages et divers

Autres produits (TM)

Thé

Café-robusta

Café-arabica

Caoutchouc

Huile palme

Huile palmiste

Glycérine

Cacao

Rouxalfia

Pellets

Quinquina

Divers

155670

117844

30062

7764

61219

-

4309 3883

5578

17531

111

-               

1289

-               

26309

-               

2209

182282

150505

25253

6524

25526

-

3666 4489

3269

13024

128

-               

-               

950

-               

-               

-               

80689

55890

23100

1699

83597

1

34931 29540

17027

-              -

-               

-               

2091

-               

-              -8

187360

140710

46650

-               

32130

291

10358

4278

5193

-              -

-               

-               

76

-               

-              -

11933

Source : les données recueillis dans les rapports annuels de la  Banque Centrale  52

  1. La part de l’agriculture dans les recettes de l’Etat congolais

En ce qui concerne la part de l’agriculture dans les

recettes de l’Etat congolais, cette dernière OCCU la troisième place après les produits miniers et les produits industriels. Sa contribution pendant la période sous étude évolue en dents de scies. La contribution la plus élevée de ce secteur pendant la sous étude s’élève à 3,6% en 2006 tandis que, la contribution la plus faible est de 2,42% en 2005.

 Le tableau ci-après nous renseigne sur la contribution

des différents secteurs dans les recettes d’exportation.

53

Tableau IV: Répartition des recettes d’exportation de marchandises par le produit(en millions du U$D) 

2005

2006

2007

2008

Valeur

%

Valeur

%

Valeur

%

Valeur

%

Produit miniers

Cuivre

Cobalt

Zinc

Etain

Germanium

Diamant

Argent

Or

Cassistérite

Cuivre sodimico

Autres

Produit industriels

Ciment

Produit techniques

Sucre de canne

Pétrole brut

Divers

Produit agricoles

Produit du règne animal

Café

188538

117665

584869

23408

-               

-               

1157633

-               

-               

-               

4059

-               

458868

16431

1029

7370

432923

10550

58161

-               

8093

78,48

-               

-               

-               

-               

-               

-               

-               

-               

1909

-               

-               

-               

-               

-               

-               

2,42

-               

-               

2118095

440816

528853

229144

-               

-               

883631

-               

-               

-               

32753

-               

482670

19658

845

7770

452240

2156

97978

37803

87

78,48

-                

-                

17,88

-                

-                

-                

3,63

-                

-                

5312562

203982

2110255

110830

-               

-               

827537

-               

4024

17822

-               

2201

671097

13762

845

7770

61211

36506

164278

-               

64470

1

86,41

-               

 -

10,91

-               

-               

-               

-               

-               

-               

2,67

-               

-               

-               

-               

-               

-               

-               

-               

-               

-               

-               

5851610

2458129

2540866

24881

-               

-               

674514

-               

6890

136241

-               

10088

839722

12278

845

7770

772250

46579

178449

-               

88961

1

85,17

12,22

2,59

54

Thé

Cacao

Rauwolfia

Huile de palme, palmiste

Tourteaux (palmistes,

coton)

Caoutchouc bois

Quinquina

Autres 

-               

922

-               

-               

-               

-               

3773

45373

-               

-               

-               

-               

-               

-               

-               

-               

171

-               

-               

-               

52301

52301

-               

-               

-                

-                

-                

-                

-                

-                

2091

-               

-               

-               

17027

80689

-               

-               

-

214

-               

-               

-               

16276

1964

-               

34

Total

2402767

100

2698743

100

6147934

100

6869781

100

Source : Banque centrale du Congo, rapport annuel 2008

Lorsque nous observons le tableau IV, nous remarquons que l’agriculture en ce qui

concerne les recettes d’exportation occupe la troisième position après les produits miniers et les produits, industriels.

[1] Banque Centrale du Congo, Rapport annuel 2007

[2] BCC, Rapport annuel 2008                        

[3] Banque centrale du Congo, Rapport Annuel, 2005, p.115

[4] Banque centrale du Congo, Rapport Annuel, 2006, p.18. 

Partager ce travail sur :