Arrow Table de matières
2902423

CHAPITRE III. PRESENTATION DES RESULTATS ET DISCUSSION

III.1. Informations générales sur les personnes enquêtées

Les caractéristiques des personnes enquêtées sont illustrées dans le tableau 1.

Tableau 1. L’information générale sur les personnes enquêtées.

Informations

Effectif

Fréquence

Pourcentage

Sexe

Masculin

100

56

56

Féminin

100

44

44

Age

20-30

100

47

47

30-40

100

14

14

40-50

100

18

18

Plus de 50 ans

100

21

21

Niveau d’étude

Analphabète

100

26

26

Primaire

100

40

40

Secondaire

100

32

32

Universitaire

100

2

2

Profession

Aucune

100

5

5

Agriculture

100

54

54

Employé de l’état

100

5

5

Exploitant minier

100

20

20

Elève/étudiant

100

5

5

Commerçant

100

9

9

Autre

100

2

2

Il ressort de ce tableau 1 que la majorité des personnes enquêtées, soit 44% étais de sexe féminin et 56% étais de sexe masculin, cela se justifie par le fait que le milieu étant entouré par les carrières minières, différents étrangers sont venus dans le milieu pour l’exploitation de l’or et sont en majorité des hommes; 26% de tous les enquêtés n’ont pas été sur le band de l’école à cause de manque de moyen financier pour pouvoir payer les études et 54%  sont des agriculteurs, ceci s’explique par le fait que le secteur agricole est la principale source de nourriture et de revenu de la population de Walungu (Bagendabanga, 2010).

III.2. L’exploitation minière artisanale à Lubona

III.2.1. Début de l’activité d’exploitation artisanale à Lubona

Le tableau 2 nous renseigne sur l’année probable du début de l’exploitation minière artisanale à Lubona.

Tableau 2. Début de l’activité minière à Lubona

Date

Fréquence

Pourcentage

Pourcentage cumulé

avant 1990

1

1,0

1,0

Entre 1990 et 2000

4

4,0

5,0

plus de 2000

83

83,0

88

Aucune réponse

12

12,0

100

Total

100

100

Il ressort du tableau 2 que la majorité des personnes enquêtées soit 83% ont dit que l’exploitation date depuis l’an 2000, pendant la rébellion de Maï-Maï. Découvert par un soldat appelé MAÏMOUNA  qui, après une pluie, il est tombé à une graine d’or emportée par l’écoulement des eaux. Après cela, la prospection a commencé et au fil du temps le rendement s’accroitrait. Pendant cette période toutes les recettes étaient seulement en faveur de soldat Maï-Maï (Anonyme, 2014b).

II.2.2.Contrôle de l’activité minière artisanale de Lubona

La responsabilité et/ou le contrôle de l’activité minière artisanale de Lubona est montrée dans le tableau 3.

Tableau 3. Contrôle de cette activité

Responsable de l’activité

Effectif

Fréquence

Pourcentage

Etat

100

53

53

Privé

100

2

2

Organisation des exploitants miniers

100

7

7

Chef coutumier      

100

38

38

TOTAL

100

100

Le tableau 3 montre que  cette activité est sous la responsabilité de l’état, 53% des personnes enquêtées l’ont affirmées ; pour 38% des personnes enquêtées, le chef coutumier. Ceci est bon dans un sens, car une partie du pouvoir est exercée par les autochtones de la carrière à travers le chef coutumier. Dans le cas contraire, ceci peut engendrer le tribalisme dans différents groupes.

II.2.3 Personnes pouvant exercer l’activité minière artisanale à Lubona

Le tableau 4 renseigne sur les personnes participant à l’activité d’exploitation minière à Lubona

Tableau 4. Les personnes ayant accès à l’activité d’exploitation minière à Lubona

Les personnes pouvant faire cette activité

Fréquence

Pourcentage

Les personnes intéressées par l’activité

89

89

Les personnes ayant suivies une formation

3

3

Les membres d’une association des exploitants miniers

4

4

Autres

4

4

TOTAL

100

100

Il ressort de ce tableau 4 que l’activité minière artisanale de Lubona est effectuée à 89% par les personnes qui sont intéressées par cette activité et qui se sentent capable de le faire, sans tenir compte de l’âge ni de lieu de provenance de la personne, ni d’autres critères. Avec cette façon d’intégration de personne dans l’activité d’exploitation minière artisanale, ceci peut avoir comme conséquence la déscolarisation des enfants, la violation des certaines lois de l’état, le partage inégales de main d’œuvre paysanne ; ceci peut engendrer le banditisme et le vol dans le milieu, etc.

III.3. Activité agricole

III.3.1.Type de main d’œuvre agricole utilisée à Lubona

Le type de main d’œuvre agricole utilisée à Lubona est illustré dans le tableau 5.

Tableau 5.Types de mains d’œuvres agricoles utilisées à Lubona

Type de main d’œuvre

Effectif

Fréquence

Pourcentage

Pourcentage cumulé

Familiale

100

80

80

80

Salariée

100

15

15

95

Association

100

1

1

96

Voisin

100

2

2

98

Autres

100

2

2

100

TOTAL

100

100

Il ressort de ce tableau 5 que la main d’œuvre agricole utilisée à Lubona est à 80% familiale et est  assurée par les mamans. Selon (CIZA, 1996) ; cela s’explique par le fait que les hommes et jeunes garçons veulent aller vers les zones minières de Shabunda, Mwenga, Fizi, etc. et d’autres vont en villes pour étudier et chercher les boulots ; Pour 15% des personnes enquêtées la main d’œuvre est salariée, car il ya des artisans miniers qui font l’agriculture et l’exploitation minière au même moment. Pour exécuter les deux activités à la fois, ils engagent des gens pour travailler dans leurs champs et ils les payent à la fin.

III.3.2. Evaluation de la disponibilité de la main d’œuvre agricole à Lubona

Le tableau 6 nous renseigne sur l’évaluation de la disponibilité de main d’œuvre agricole à Lubona depuis l’explosion de l’exploitation minière artisanale.

Tableau 6. Evaluation de la de la main d’œuvre agricole disponible à Lubona.

Baisse ou manque de main d’œuvre

Effectif

Fréquence

Pourcentage

Pourcentage cumulé

Oui

100

45

45

45

Non

100

55

55

100

TOTAL

100

100

Le tableau 6 nous montre que 55% des personnes enquêtées ont dit qu’il n’ya pas baisse ou manque de main d’œuvre agricole à Lubona depuis l’explosion de l’exploitation minière. Pour  45%, il ya baisse de main d’œuvre agricole à Lubona, parmi eux 38% ont dit c’est à cause de cette exploitation minière,  29,5% ont justifié le fait de l’apparition de mosaïque de manioc et d’autres maladies aux différentes cultures qui a baissé le rendement, cela a fait diminuer la main d’œuvre agricole en faveur d’autres activités ; 32,5% d’eux ont attribués la cause de l’exode rurale et partage de main d’œuvre paysanne aux différentes activités tels (les) commerce, briqueterie, etc.

III.3.3. L’état actuel de la superficie de terre arable à Lubona.

Le tableau 7 nous renseigne sur l’évolution de la superficie de terre arable à Lubona après l’explosion de l’exploitation minière

Tableau 7.  L’évolution de la superficie de terre à Lubona après l’explosion de l’exploitation minière

Etat actuel de la superficie

Effectif

Fréquence

Pourcentage

Pourcentage cumulé

La superficie a augmenté

100

13

13

13

La superficie n’a pas été modifiée

100

45

45

58

La superficie a diminué

100

42

42

100

TOTAL

100

100

Il ressort de ce tableau 7 que  45% des enquêtés ont dit que la superficie n’a pas été modifié, 13% ont dit que la superficie a augmentée et 42% ont dit que la superficie a diminuée dont parmi eux, 19% ont accusé la démographie galopante dans le milieu ; 49,9% accusent les problèmes lieu au sol et les maladies végétales qui ont attaquées certaines parties devenues non cultivables car on y récoltait rien; 23,8% ont dit la présence  de l’exploitation minière et de différentes activités artisanales et 7,3% ont attribués l’appartenance de grandes étendues  de terre non exploitées aux hommes politiciens.

III.3.4. Appréciation de la production agricole actuelle à Lubona

Le tableau 8 nous renseigne sur l’appréciation de la production agricole actuelle à Lubona par les personnes enquêtées.

Tableau 8. Appréciation de la production agricole actuelle

Appréciation de la production

Effectif

Fréquence

Pourcentage

Pourcentage cumulé

La production s’est améliorée

100

3

3

3

La production est restée stationnaire

100

21

21

24

La production a baissé

100

76

76

100

TOTAL

100

100

Il ressort de ce tableau 8 que 21% des personnes enquêtés ont dit que la production est restée stationnaire ; 3% ont dit que la production s’est améliorée et 76% ont dit que la production a baissé, parmi lesquels 88% ont justifiés la cause du vieillissement du sol, l’attaque du manioc par la mosaïque (car le manioc c’est la principale culture vivrière au Congo et partout au Sud-Kivu),  manque de variétés résistantes aux maladies, manque de fertilisant ; 12% parmi eux ont dit la cause de baisse de main d’œuvre agricole, divagation des bovins, ovins et caprins ainsi que la guerre. Selon (Munguakonkwa, 2012) la baisse de production agricole dans le groupement de Tubimbi est due principalement par la mosaïque qui a attaquée le manioc bien que la guerre et l’infertilité du sol soient accusées aussi comme causes secondaires de cette baisse ; car le manioc est la principale culture vivrière cultivée en République Démocratique du Congo et partout au Sud-Kivu.

III.3.4.  Provenance des produits agricoles consommés par les ménages de Lubona     

Le tableau 9 nous montre  le pourcentage  des produits vivriers produits localement et importé consommés par les ménages de Lubona.

Tableau 9. La provenance des produits agricole consommés sur l consommation totale

Provenances des produits agricoles

Pourcentage sur la consommation totale

Production localement

13.5

Produits importés

86.5

TOTAL

100

Le tableau 9 nous montre que 13.5% des produits consommés dans les différents ménages de Lubona sont produits localement et 86.5% sont importés dans différents milieux. Selon (Bubaka, 2012) le groupement  de Lubona était la seule source de produit agricole pour le groupement d’Irongo, Mushinga et Tubimbi à la fin du 20ième siècle, paradoxalement il est devenu dépendant aux importations à cause de maladie qui a fait disparaitre le manioc et qui attaque d’autre culture comme la banane.

III.4. INTERRACTION     

III.4.1. Inconvénients de l’activité minière artisanale        

Le tableau 10 nous renseigne sur les inconvénients qui peuvent découler dans la vie socio-économique des ménages de Lubona à travers l’activité minière.

Tableau 10. Inconvénients dues  à travers l’exploitation minière artisanale

Inconvénients

Effectif

Fréquence

Pourcentage

Abandon de l’agriculture, réduction de main d’œuvre agricole

100

26

26

Erosions dans les montagnes et dégradation du sol, puis perte de fertilité 

100

24

24

La déforestation

100

1

1

Perte de terre arable, perte de champs situés proche de la carrière

100

9

9

Engendrement de banditisme et accentuation de la prostitution

100

16

16

Déscolarisation des enfants      

100

13

13

Engendrement des conflits familiaux

100

1

1

Pas d’inconvénients

100

8

8

Autres

100

2

2

TOTAL

100

100

Il ressort de ce tableau 10 que 26% des personnes enquêtés ont dit que cette activité est l’une parmi les causes  de l’abandon de l’agriculture et baisse de main d’œuvre agricole dans le groupement de Lubona. Comparativement aux recherches effectuées par (Diobas, cité par Mungwakonkwa, 2012) selon lesquelles 70% de la population de Walungu ont abandonné l’agriculture au profit des carrières minières, cette affirmation n’est pas tout à fait fiable à Lubona car c’est la majorité des personnes enquêtées qui l’ont contredit; 24% ont dit l’activité cause des érosions et dégradation de sol dans les montagnes, en détruisant la couche superficielle de terre. Cela suscite le départ des éléments nutritifs du sol situés à la couche superficielle du sol ; 16% ont dit que cette activité engendre le banditisme et accentue la sexualité dans le milieu, avec la forte démographie présente, l’ivrognerie, le vol, et la sexualité s’accroitraient de plus en plus ; pour 13% des personnes enquêtées l’activité minière permet la déscolarisation des enfants, car selon nos constants, le taux d’analphabète à Lubona est très remarqué chez les jeunes garçons de plus de 12 à 25 ans. Ces derniers ne s’occupent qu’à l’activité minière que d’être sur le band de l’école; 9% des personnes enquêtées ont dit que l’activité minière cause la perte de terre arable et perte de champs situés proche de la carrière et 8% se sont abstenus en disant que l’activité minière n’a pas d’inconvénient dans leur milieu, d’ailleurs grâce à elle, le milieu commence à être amélioré sur quelques points.

III.4.2. Les choix des personnes entre l’activité minière et l’agriculture à Lubona

Le tableau 11 nous renseigne sur le choix des personnes enquêtées entre à ces deux activités : agriculture et l’exploitation minière artisanale.

Tableau 11. Personnes capables à abandonner l’agriculture pour l’exploitation minière

Réponse

Effectif

Fréquence

Pourcentage

Pourcentage cumulé

Oui

100

20

20

20

Non

100

67

67

87

Tous deux

100

8

8

95

Pas de réponse

100

5

5

100

TOTAL

100

100

Le tableau 11 nous montre que 67% des nos enquêtés ont dit qu’ils ne peuvent pas abandonner l’agriculture en faveur de l’exploitation minière, car l’agriculture est la source principale où l’on tire à manger, source de vie humaine et le travail pour tout le monde tandis que l’exploitation minière est une activité à rendement saisonnier et est effectuée seulement par les hommes actifs ; 20% des enquêtés ont dit qu’ils sont capables d’abandonner l’agriculture pour l’exploitation minière car cette dernière est un moyen facile d’obtenir  l’argent pour satisfaire différents besoins, et actuellement c’est la seule source financière dans notre milieu parce que la production agricole est devenue insuffisante, les champs ne produisent plus, les récoltes se font tardivement  et c’est impossible d’obtenir l’argent à partir d’un champs ; 8% des personnes enquêtées ont dit ces deux activités sont complémentaires entre elles, l’agriculture n’est peut être abandonnée car c’est la source de nourriture et elle crée de l’emploi pour les femmes, l’activité minière procure de l’argent envie de satisfaire d’autres besoins des ménages.

III.4.3. L’activité la plus applicable dans différents ménages de Lubona

L’activité la plus applicable dans différents ménages de Lubona est illustrée dans le tableau 12

Tableau 12. L’activité importante dans le milieu et qui intéresse actuellement les gens

Activités

Effectif

Fréquence

Pourcentage

Pourcentage cumulé

Agriculture

100

44

44

44

Activité minière

100

32

32

76

Les deux

100

14

14

90

Aucune

100

10

10

100

TOTAL

100

100

De ce tableau 12; 32% des enquêtés ont dit que l’activité minière est plus importante dans le milieu du fait que l’agriculture est en défaite à cause de mauvais rendements  causés par les différentes maladies surtout la mosaïque du manioc et le Wilt bactérien ;  l’or procure d’une manière urgente l’argent que l’activité agricole ; 44% des enquêtés ont dit que l’agriculture restera toujours  l’activité importante dans le milieu, mais actuellement la main d’œuvre est partagée, les jeunes sont dans la carrière et les mamans avec les vieux restent au champs. Selon (Mungwakonkwa, 2012), le problème de baisse de rendement à Walungu n’est pas à chercher dans le désintéressement de la population à l’agriculture quand bien même une bonne partie de celle-ci s’adonne au petit commerce ainsi qu’aux minerais. Cependant ces données ne paraissent pas très fiables car elles sont contredites par les recherches faites par Diobas, selon lesquelles 70% de la population de Walungu ont abandonné l’agriculture au profit des carrières minières, pour l’orpaillage (Diobass-Kivu, cité par Mungwakonkwa, 2012). Selon (Bagendabanga, 2010) les femmes participent plus aux activités agricoles à Walungu suivi par le vieux papa. Les jeunes garçons ne participent presque pas aux activités agricoles, ils veulent aller vers les zones minières. 14% de personnes enquêtées ont dit que les deux activités sont importantes et chacune d’elles intéresse la population ; 10% des enquêtés n’ont pas de choix entre les deux, eux sont intéressés par d’autres activités comme le commerce, briqueterie et d’autres activités.

Partager ce travail sur :