Arrow Table de matières
7279538

INTRODUCTION

  • Problématique

L’eau joue un rôle important dans la vie de l’homme. Elle lui est indispensable et même irremplaçable car elle intervient sous diverses formes dans la plupart de ses activités ainsi que dans la préparation de presque tous ses aliments Bien plus, comme bien économique, elle sert de matière première dans la production de plusieurs autres biens.

Or, il est un fait que cette eau telle que trouvée à son  Etat naturel n’est pas potable. D’où avant d’être consommée, il lui faut une certaine transformation qui exige non seulement une main d’œuvre mais aussi un capital financier important : sa consommation suppose donc un prix à payer.

L’entreprise est un groupement humain hiérarchisé qui met en œuvre des moyens intellectuels, physiques, financiers pour produire, transformer, transporter, distribuer des richesses conformément à des buts définis en faisant appel à des degrés divers, aux mobiles de profit et de service ([1])

La théorie économique nous apprend que toute production doit avoir comme fin la satisfaction des besoins et cette dernière exige que le bien produit parvienne aux consommateurs, ce qui suppose un cout à supporter ([2])

Il en est de même pour l’eau de la REGIDESO qui, étant payée après consommation présente des problèmes dans son paiement.

Face aux problèmes dans son paiement, la REGIDESO doit prendre des stratégies efficaces de façon à mieux assurer la commercialisation de son produit consommé au domicile du client et à recouvrer ses créances. C’est seulement à ce prix qu’elle s’assurera aussi de la rentabilité avant d’envisager l’extension de ses services même dans les milieux ruraux : ce qui est l’un de ses objectifs actuels.

C’est dans ce cadre que nous voulons examiner les questions relatives aux problèmes des créances à la REGIDESO en formulant notre problématique de la manière suivante :

  1. Quels sont les problèmes auxquels la REGIDESO Sud-Kivu fait face dans le recouvrement de ses créances ?
  2. Quel est l’impact des créances de la REGIDESO sur la mobilisation de ses recettes ?

Telles sont les questions qui constituent l’ossature du présent travail.

0.2. Hypothèses

L’hypothèse est une proposition des réponses aux questions que l’on se pose à propos de l’objet de la recherche[3]. Bien formulée, l’hypothèse oriente l’ensemble de l’édifice pour faciliter le choix du dispositif méthodologique ou expérimental.

            Ainsi, à la suite des questions provisoires dont nous nous sommes posées précédemment, nous émettons les suppositions suivantes :

  1. Dans le recouvrement de ses créances, la REGIDESO est confrontée surtout ou problème d’ordre financier de ses abonnés vu les mauvaises conditions de vie de ces derniers.
  2. Les créances de la REGIDESO sur la mobilisation des ses recettes ont un impact négatif dans la réalisation de ses missions.

0.3. Etat de la question

Dans la littérature ayant trait au sujet, nous avons réalisé qu’il y avait certains auteurs qui ont essayé de parler du recouvrement des factures de consommation d’eau et la mobilisation des recettes par la REGIDESO Sud-Kivu.

C’est ainsi que Faustin MUSHOBEKWA dans son travail de fin de cycle intitulé « Problématique de recouvrement des factures à la SNEL »[4] avait comme objectif de s’enquérir du comportement des abonnés face au paiement des biens consommés.

Ainsi, après étude il finit à constater que l’émission des doutes de la part des consommateurs s’accompagnait par l’irrégularité de paiement et la société est obligée de passer au processus de recouvrement. De cela, nous voulons examiner quelques causes qui sont liées à ce non paiement dont il n’avait pas présenté.

Quant à Thaddée MUSAGHI dans son travail portant sur « l’analyse de la politique de gestion des créances commerciales par GINKI BUKAVU »[5] il voulait savoir la politique commerciale et la gestion des créances appliquée par GINKI afin d’atteindre la maximisation du profit. Celui-ci conclut en disant que la confiance accordée au client et le contrôle de la date de paiement sont là les deux méthodes suivies par GINKI.

Dans cette étude, il n’aborde pas la notion de risque que court la créance malgré la garantie fournie.

MASTAKI  MUSHENGEZI Jean de Dieu dans son mémoire intitulé « Problématique de recouvrement des impôts aux opérateurs économiques dans la ville de Bukavu »[6] avait comme objectif de savoir qu’elle était la tendance générale des réalisations fiscales au niveau des opérateurs économiques au centre des impôts de Bukavu. Après investigation ; il conclut que les réalisations fiscales ont connu d’importantes variations des baisses durant la période d’étude. Mais il n’arrive pas à expliquer les causes de cette baisse c’est ainsi que dans notre travail, nous essayerons d’aborder ce cas pour ce qui concerne notre étude.

MULINDANGABO  BAHAYA Justin, lui dans son travail intitulé « la mobilisation des recettes locales dans la pérennité d’une entreprise artisanale cas du CAPA »[7] s’est penché sur les moyens d’améliorer les stratégies d’optimisation des recettes et de stimulation à la production locale du CAPA en vue de sa pérennité.

Dans son travail, il conclut en disant que la publicité pour ce centre de ses produits permettrait aux consommateurs de bien comprendre et savoir les produits du CAPA mais aussi le gouvernement pour la .promotion des petites et moyennes entreprises et/ou industries.

Dans cette analyse, il ne parvient pas à montrer la façon dont les produits de ce centre sont facturés ou sont vendus pour arriver à  couvrir ses charges et réaliser le profit.

Enfin, MUGOMOKA  NZIGIRE dans son mémoire intitulé « l’influence de l’inflation sur la gestion des créances commerciales en RDC : cas de la REGIDESO Sud-Kivu ([8]) voulait savoir comment se comporte les créances quand il ya dépréciation de la monnaie, la créance aussi se déprécie du fait que la dette qu’on pouvait payer en un moment donné n’aura plus de la même valeur au moment de dépréciation. Dans son étude, il ne traite pas des problèmes des créances comme tels mais lui se focalise sur la variation des créances en cas de variation du taux de change.

En effet, en analysant tous ces travaux, nous nous démarquons de nos prédécesseurs du fait que notre travail analyse les différents problèmes des créances sur la mobilisation des recettes de la REGIDESO Sud-Kivu.

0.4. Choix et Intérêt du Sujet

Le présent sujet trouvera son intérêt pour tout chercheur qui se souciera de trouver des solutions aux problèmes qui se passeront dans notre environnement.

Il nous permettra également de comprendre quelques problèmes du recouvrement des créances sur la mobilisation des recettes d’une entreprise para étatique : la REGIDESO sans oublier que cette dernière est une régie qui contribue des ressources au budget de l’état mais aussi à l’amélioration des conditions de vie de la population.

Ce travail constituera une documentation supplémentaire sur le recouvrement des créances et la mobilisation des recettes. Des futurs chercheurs pourront consulter à la bibliothèque pour la réalisation de leurs travaux de recherche dans le même domaine et pour les gestionnaires de cette entreprise, dans toutes leurs démarches et surtout dans la mobilisation des recettes en tenant compte du recouvrement.

0.5. La méthodologie du travail

Un travail qui se veut scientifique doit être mené conformément à une méthodologie appropriée qui garantit l’objectivité des résultats.

Ainsi, la méthodologie se comprend comme un ensemble des méthodes (démarches, techniques, procédés) qu’utilisent les scientifiques pour produire des connaissances [9]

Pour la réalisation de ce travail, nous avons eu à recourir aux méthodes appuyées par les techniques pour la récolte des données.

0.5.1. Les méthodes

Roger PINTO et Madeleine Grawitz définissent la méthode comme un ensemble concret d’opérations mises au point pour atteindre un ou plusieurs objectifs.[10]

0.5.1.1. La méthode historique

Elle est celle qui consiste pour le chercheur à retracer l’évolution des faits ou des phénomènes sociaux de l’origine à la situation actuelle. Elle nous sera utile pour la présentation de la REGIDESO Sud-Kivu et d’autres points ou éléments qui la nécessiteront.

0.5.1.2. La méthode analytique et statistique

Ces méthodes nous permettrons d’analyser scientifiquement et d’une façon systématique toutes les informations et données que nous aurons à récolter à la REGIDESO Sud-Kivu mais également de présenter les données chiffrées dans des tableaux pour une meilleur interprétation et synthèse.

 

0.5.2. Les techniques

D’après LACOSTE DU JARDIN cité par MWILO MWIHI, la technique est une démarche suivie par un chercheur pour exprimer les résultats de sa recherche.[11]

0.5.2.1. La technique documentaire

Elle est celle qui consiste en la consultation des documents écrits tels que : les ouvrages, publications, travaux antérieurs,...

Elle nous permettra de recueillir certaines informations contenues dans diverses sources écrites se rapportant à notre sujet.

0.5.22. La technique d’interview

Madeleine Grawitz présente l’interview comme un procédé d’investigation utilisant un processus de communication verbale ou écrite pour recueillir les informations en relation avec le but fixé. [12]

Il s’agit des entretiens que nous aurons à effectuer auprès des gestionnaires de la REGIDESO Sud-Kivu et aux abonnés pour certains points auxquels cette technique vaudra la peine.

0.6. Délimitation du sujet

Du point de vue spatial, notre travail porte sur la REGIDESO Sud-Kivu.

Dans le temps, notre recherche s’étale sur une période de 2 ans c'est-à-dire de la période allant de 2010 à 2011.

0.7. Présentation sommaire

Notre travail est subdivisé en 3 chapitres hors mis l’introduction et la conclusion.

Le premier porte sur les considérations générales, le deuxième fixe son attention sur la mobilisation des recettes à la REGIDESO Sud-Kivu, et le troisième traite de l’aspect expérimental du travail c'est-à-dire la problématique du recouvrement des factures face à  la mobilisation des recettes à la REGIDESO.

0.8. Difficultés rencontrées

Comme nous le savons tous, nul ne réussit un travail scientifique sans affronter les difficultés et les risques se rapportant à ce travail.

Partons même de l’adage des éminents psychologues qui dit « l’activité automatique appelée habitude est d’office acquise par apprentissages, erreurs et répétitions ». C’est-à-dire qu’en fait des nombreuses difficultés que nous appelons même blocage, nous ont secoué tout au long de la réalisation de ce travail.

De ces difficultés on peut citer entre autres :

  • La carence des données statistiques dans certains documents, accentuée par la réticence de certains agents qui hésitaient de nous livrer le secret de l’entreprise, le chercheur étant considéré comme un espion ;
  • Le non parcourt de certains ouvrages qui devraient nous aider suite au problème de temps.
  • La recherche non suffisant et quelque fois difficile car étant tout d’abord obligé de participer aux cours programmés et examens ;
  • Le problème d’ordre financier dans l’élaboration de ce travail, car il a été couté comme d’aucun peut le croire.

[1] G. OST, Entreprise et comptabilité, ICHEC, Bruxelles, 1985-1986,,P.5

[2] J.P. Gould, G. Ferguson, Théorie micro-économique, éd. économica, Paris, 1982, P. 80

[3]P. RONGERE, Méthode des sciences, Ed. Dalloz, Paris, 1972, P.18.

[4] Faustin  MUSHOBEKWA, Problématique de recouvrement à la SNEL, TFC, UOB, FSEG, 2007-2008

[5] Thaddée MUSAGHI, Analyse de la politique de Gestion des créances commerciales par GINKI BUKAVU, TFC, ISEG, UCB, 2007-2008

[6]MASTAKI  MUSHANGEZI, Problématiques de recouvrement des impôts aux opérateurs économiques dans la ville de Bukavu, mémoire, UCB, FSEG, 2008-2009.

[7] MULINDAGAO  BAHAYA Justin, la mobilisation des recettes locales dans la pérennité d’une entreprise artisanale : cas du CAPA, TFC, UOB, FSEG, 2006-2007

[8] MUGOMOKA   NZIGIRE Solange, Influence de l’inflation sur la gestion des créances commerciales en RDC : cas de la RGIDESO Sud-Kivu, mémoire UCB, 1997-1998

[9] Alain BEITONE et Alii, Dictionnaire des sciences économiques, Tome II

[10] R. PINTO et M. Grawitz, Lexique des sciences sociales, éd. Dalloz, Paris, 1971, P.289

[11] MWULIO MWIHI, cours de méthodes de recherche en sciences sociales, FSEG, UOB, 2010-2011

[12] R. QUIVY et L.V CAMPENHOUNDT, manuel de recherche en sciences sociales, 2è édition, Dunod, Paris, 1988, P-90

Partager ce travail sur :