Arrow Table de matières
3802553
UNIVERSITE EVANGELIQUE EN AFRIQUE
Présenté par MAPENDO NDEKO Fefe
Pour l'obtention du diplôme de Spécialiste en Pédiatrie

MORBIDITE ET MORTALITE DANS L’UNITE DES URGENCES MEDICALES PEDIATRIQUES DE L’HOPITAL GENERAL DE REFERENCE DE PANZI /BUKAVU

Publication : 21 Décembre 2017
Introduction : La mortalité infanto juvénile reste un problème majeur dans les pays en voie de développement dont fait partie la RDC. L’objectif de notre étude est de Contribuer à l’amélioration des connaissances sur les principales pathologies responsables de la morbidité et de la mortalité dans le milieu pédiatrique de Panzi. Méthodologie : C’est une étude prospective, descriptive et analytique portant sur 457 dossiers médicaux d’enfants âgés de 1 mois à 15 ans hospitalisés dans l’unité des urgences pédiatrique de l’Hôpital Général de Référence de Panzi du 1er décembre 2015 au 31 mai 2016. Les paramètres étudiés étaient l’âge, le sexe, provenance, le niveau d’instruction et l’activité des parents,  le délai avant l’admission et les principales causes de décès. La saisie et l’analyse de données se font par le logiciel Epi-info ; nous avons utilisés le test statistique de p-value et l’OR. Résultats : Le taux de mortalité globale était de 14,8% (68/457).  Les enfants de moins de 5ans constituaient 71,8%. Les patients de sexe masculin représentaient 56,7% et provenaient directement de la maison (61,3%). Le niveau d’instruction de parents était secondaire 58,4% pour les pères et 52,8 % pour les mères. Les mères avaient comme profession ménagère (46,2%) et les pères étaient des fonctionnaires (33,9%). Les 3 principales causes de décès étaient le paludisme (35,2%), l’infection respiratoire aiguë (20,6%) et la malnutrition (19,1%). Il existait un lien statistiquement significatif entre l’âge  et le décès, provenance et décès, profession des parents et le décès ainsi que le niveau d’instruction des parents et le décès. Conclusion : La mortalité infantile est élevée à l’Hôpital Général de Référence de Panzi particulièrement chez les petits enfants. Les actions prioritaires à mener pour réduire ce taux doivent être orientées vers le contrôle des maladies infectieuses.

Année académique 2016

Partager ce travail sur :