Arrow Table de matières
5262880
ISDR/ BUKAVU
Présenté par KOKO CISHESA Toussaint
Pour l'obtention du diplôme de Graduat en Développement Rural.

Impact socio-économique de la Gestion Intégrée de la Fertilité des Sols (GIFS) dans le groupement de Burhale, Territoire de Walungu

Publication : 07 Janvier 2018
Le rapport de la FAO sur la sécurité alimentaire relève que l’accès aux aliments de consommation n’est pas à un niveau appréciable en Afrique (FAO, 2002). Les conditions de vie des populations surtout rurales ont baissé. L’insuffisance alimentaire devient grave dans les milieux ruraux ainsi que dans les milieux urbains et périurbains. Dans plusieurs pays du tiers monde, les populations rurales se trouvent confrontées à l’impossibilité matérielle et financière pour répondre aux besoins fondamentaux (IFDC, Juin 2007). D'ici l'an 2020, la dégradation des sols pourrait constituer une grave menace mettant en danger la production alimentaire et les moyens d'existence ruraux, notamment dans les régions pauvres et de forte démographie dans le monde en développement. Des mesures appropriées sont exigées pour encourager les investissements pour la mise en valeur et l'amélioration de la gestion de la fertilité de ceux-ci afin que les pays en développement puissent remplir, durablement, les besoins alimentaires de leurs populations. Selon l'analyse GLASOD (Global Land Assessment of Degradation - Évaluation Mondiale de la Dégradation des Sols), fondée exclusivement sur les opinions d'experts, près de 2 milliards d'hectares dans le monde entier (22% de tous les sols agricoles, pâturages, forêts et terres boisées) ont subi une dégradation depuis 1950. Selon les estimations, près de 3,5% de la superficie totale de 2 milliards ont été soumis à une dégradation si grave qu'elle ne pourra être inversée que par le truchement des mesures d'ingénierie onéreuses, ou pas du tout. Seuls 10% ont subi une dégradation modérée, et cette dégradation ne pourra être inversée que grâce à des investissements intra-exploitation agricole d'importance. Sur les quelques 1,5 milliards d'hectares de terres agricoles dans le monde entier, près de 38% ont subi un certain degré de dégradation. L'Afrique et l'Amérique latine semblent avoir la plus forte proportion des sols agricoles dégradés, et l'Asie le plus fort pourcentage de terres boisées dégradées.  

Année académique 2013

Partager ce travail sur :