Arrow Table de matières
4534897

CHAPITRE III: ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS

III.1. Brève introduction

                        Comme on peut le remarquer, ce présent chapitre traite des résultats d’enquêtes que nous avons  menées sur le terrain dans le cadre de notre travail. Il présente de manière un peu plus détaillée les éléments relatifs à la lutte antiérosive dans le groupement de Mumosho et quelques perspectives.

Tableau 15. Types de maisons habitées

Variables

Effectifs

%

1

Dur

25

16

2

Semi-durable

48

31

3

Pisé

82

53

TOTAL

155

100

        Source :Enquêtes sur terrain

       Ce tableau nous fait constater que sur 155 des nos enquêtés, 25 soit 16% habitent dans des maisons en dur, 48 soit 31% dans de maisons semi-durable, et enfin, 82 soit 53% habitent dans des maisons en pisé.

Tableau 16 : Les activités exercées selon l’ordre d’importance par les ménages

          Activités exercées

 Effectif

            %

1

Agriculture

      155

    34,1

2

Elevage

      146

    32,2

3

Commerce

       143

    31,5

4

Enseignement

       10

    2,2

TOTAL

       454

    100

Source : Enquêtes sur terrain

              Départ ce tableau, l’agriculture prend la première place avec 155 soit 34,1%, l’élevage 146 soit 32,2%, le commerce 143 soit 31,5% et enfin, l’enseignement avec 10 soit 2,2%.Ils accordent beaucoup d’importance à l’agriculture et l’élevage car  tout ce qu’ils mangent provient de l’agriculture et l’élevage.

Tableau 17 : Animaux élevés par les ménages

Animaux élevés

Nombre

%

1

Vache

50

12,4

2

Chèvre + Mouton

76

18,8

3

Porc

79

19,6

4

Lapin

33

8,2

5

Cobaye

166

41

TOTAL

404

100

  Source :Enquêtes sur terrain

            Pour ce  tableau, nous nous rendons compte des résultats suivants : sur 404 animaux élevés par 155 ménages enquêtés, les  vaches sont au nombre de 50 soit 12,4%, les chèvres et les moutons 76 soit 18,8%, les porcs 79 soit 19,6%, les lapins 33 soit 8,2% et enfin les cobayes et des porcs qui sont élevés en grand nombre car ils sont rentables, ils se reproduisent très vite.

Figure 1.Principales cultures pratiquées

 
   

Grace aux résultats obtenus dans cette figure, il a été remarqué que sur 663, le bananier a 154 soit 23,2%, l’haricot 155 soit 23,4%, le manioc et maïs 155 soit 23,4%, le maraichère 102 soit 15,4% et enfin l’agroforesterie 97soit14 ;6%. D’ici, l’haricot, le manioc et maïs voir même le bananier ont le même côte car ces 4 cultures sont cultivées en association par les ménages.

Tableau 18 : Nombre de champs par culture

Culture

Effectif

%

1

Bananier

310

15,6

2

Haricot

620

31,1

3

Manioc

465

23,3

4

Maraichère

310

15,6

5

Agroforesterie

288

14,4

TOTAL

1993

100

   Source : Enquête sur terrain

              En observant les résultats obtenus dans ce tableau, sur un nombre de 1993 champs, le bananier occupe 310 soit 15,6%, l’haricot 620 soit 31,1%, le manioc 465 soit 23,3%, le maraichère 310 soit 15,6%  et enfin 288 soit, l’agroforesterie 14,4%.L’haricot prend la première positioncar il n’est pas beaucoup associé avec le manioc dans le marais par certains agriculteurs disant que le manioc ne s’adapte pas mien dans le marais.

Tableau 19: Localisation des champs

Localisation

Effectif

%

Bas-fond

105

17,4

Marais

102

16,9

Colline

99

16,5

Autour des cases

146

24,2

Dans la bananeraie

151

25

TOTAL

603

100

Source : Enquête sur terrain

                        Les résultats observés dans ce tableau font remarquer que sur 603, le Bas-fond présente 105 soit 17,4%, marais 102 soit 16, 9%, colline 99 soit 16,5%, autour des cases 146 soit 24,2% enfin, la bananeraie 151 soit 25%. La bananeraie à des champs en raison de fournir les engrais organiques aux cultures.

Tableau 20 : Mode d’exploitation

Mode d’exploitation

Effectif

%

Kalinzi

35

17,4

Bwasa

6

3

Bugule

50

24,7

Héritage

111

54,9

TOTAL

202

100

Source : Enquête sur terrain

                        Partant de ce tableau, nous trouvons que sur un nombre total de 202 fréquences de modes d’exploitation, le Kalinzi compte 35 soit 17,4%, le Bwasa 6 soit 3%, le Bugule 50 soit 24,7% et enfin l’héritage comptant un nombre marquant de ce tableau 111 soit 54,9%.

Tableau 21 : Membre d’organisation

Question

Réponses

Effectifs

%

Etes-vous membre d’une organisation d’agriculteurs/Eleveurs ?

Oui

Non

91

64

48,7

41,3

TOTAL

155

100

Source : Enquête  sur terrain

De ce tableau, nous constatons que sur 155 enquêtés, 91 soit 58,7% sont membres des organisations d’agriculteurs et 64 soit 41,3% ne les sont pas car ne sont pas.

Tableau 22 : Position occupée dans l’organisation

Position occupée

Effectifs

%

Coordonateur

Secrétaire

Trésorier/Caissier

Animateur

Membre

7

3

5

10

66

7,7

3,3

5,5

11

72,5

TOTAL         

91

100

Source : Enquête sur terrain

Pour ce tableau, sur 91 enquêtés, les coordonateurs sont au nombre de 7 soit 7,7%, les secrétaires au nombre 3 soit 3,3%, les caissiers au nombre de 5 soit 5,5% Les animateurs aux nombre de 10 soit 11% et enfin, les membres simples sont au nombre de 66 soit 72,5%.

Figure 2.Organisation intervenant dans LAE à MUMOSHO

            Cette figure nous montre que sur 432 fréquences, Anti-Bwaki 91 soit 21%, APSED 33 soit 7,7%, PDIM 91 soit 21%, DRIM 67 soit 15,6%, ASEMA 91 soit 21%, UFF 5 soit 1,2%, enfin, FH 54 soit 12,5%.

Tableau 23 : Utilisation de LAE

Question

Réponses

Effectifs

%

Utilisez-vous la lutte antiérosive dans vos champs ?

Oui

Non

102

53

65,8

34,2

TOTAL          

155

100

Source : Enquête sur terrain

                        Il ressort de ce tableau que sur 155 enquêtés, 102 soit 65,8% utilisent la lutte antiérosive et 53 soit 34,2% n’utilisent pas la lutte antiérosive dans ce milieu. Disant qu’ils n’ont pas été accompagnés.


Figure3.  Technique LAE utilisée

                        Par rapport à nos enquêtes, il ressort que 6 techniques sont utilisées dans la lutte antiérosive. Sur un score de 681, la courbe de niveau présente 105 soit 15,5%, le paillage 155 soit 22,7%, la haie antiérosive 155 soit 22,7%, la terrasse 68 soit 10%, l’agroforesterie 97 soit 14,2% et enfin, les fossés (continu et discontinu)  101 soit 14,9%.

Tableau 24 : Connaissance sur le début d’utilisation de LAE

Question

Années

Effectifs

%

Depuis quand utilisez-vous ces techniques antiérosives ?

1990-1995

1996-2001

2002-2007

2008 et plus

13

42

60

40

8,4

27

38,8

25,8

TOTAL

155

100

Source : Enquête sur terrain

                        Les réponses à cette question nous font remarquer que sur 100% d’enquêtés à ce sujet, soit 8,4% ont débuté à utiliser LAE depuis 1990-1995, 27% pour l’année 1996-2001, 38,8%, 2002-2007, enfin 25,8% pour 2008 et plus.

Tableau 25 : Techniques LAE appréciées

                  

Techniques LAE

Effectifs

%

- Courbe de niveau

- Paillage

- Haie antiérosive

- Terrasse

- Agroforesterie

- Fossés (continu et discontinu)

12

33

48

16

32

14

7,7

21,3

31

10,3

20,7

9

TOTAL         

155

100

Source : Enquête sur terrain

                        Les réponses à cette question nous ont fait remarquer avec 100% enquêtés soit 7,7% se donnent à l’appréciation du Courbe de niveau pour la lutte antiérosive, 21,3% se donnent à l’appréciation de paillage, 31% se penchent à la plantation de haie antiérosive, 10,3% à la terrasse, 20,7% se donnent à l’utilisation des arbres de LAE, 9% se penchent au creusage des fossés (continu et discontinu).

Tableau 26 : Raison d’utilisation de LAE

       

Raison d’utilisation

Effectifs

%

- Protection du sol

- Fertilisation

- Augmentation de la production

- Augmentation du revenu

64

35

30

26

41,3

22,2

19,8

16,8

TOTAL         

155

100

Source :Enquête sur terrain

                        64 enquêtés soit 41,3% connaissent la raison de la protection du sol, 35 soit 22,6%, la fertilisation, 30 soit 19,3%, l’augmentation de la protection et enfin, 26 soit 16,8% l’augmentation du revenu.

Tableau 27 : Avantage d’utilisation de LAE

        

Avantages d’utilisation

Effectifs

%

- Protection du sol contre l’érosion

- Bon rendement

- Fertilisation des champs par les espèces végétales

60

41

54

38,7

26,4

34,9

TOTAL

155

100

Source : Enquête sur terrain          

                        Ce tableau présente les avantages d’utilisation de LAE : 38,7% trouvent l’importance de protection de leur sol contre l’érosion, 26,4% trouvent de bon rendement après récolte, enfin, 34,9 trouvent l’importance en fertilisant leurs champs par les espèces végétales.

Tableau 28 : les appuis de LAE

       

Les appuis

Effectifs

%

- Animation

- Sensibilisation

- Démonstration

- Intrants agricoles

20

18

21

32

22

19,8

23

35,2

TOTAL

91

100

    Source : Enquête sur terrain

                        Ces résultats montre que sur 91 membres associatifs, 20 soit 22% ont bénéficient l’animation comme appuis de LAE, 18 soit 19,8% la sensibilisation, 21 soit 23% la démonstration, enfin, 32 soit 35,2%, les intrants agricoles.

Tableau 29 : Difficultés majeures de l’utilisation de LAE

                                       Difficultés

Effectifs

%

-Manque des techniciens

-Insuffisance d’outils appropriés

-Manque des centres d’accompagnement

-Non accès aux espèces de LAE

-Manque des vulgarisateurs

-Insuffisance d’animateurs

13

46

20

33

17

26

8.4

29.7

12.9

21.3

10.9

16.8

TOTAL         

155

100

Source : Enquête sur terrain

Il relève de ce tableau que sur 155 enquêtés, 13 soit 8.4% signalent la carence des techniciens, 46 soit 29.7% insuffisance d’outils appropriés, 20 soit 12.9% l’absence des centres d’accompagnement, 33 soit 21.3% non accès aux espèces de LAE, 17 soit 10.9% la carence des vulgarisateurs et en fin, 26 soit 16.8% signalent l’insuffisance des animateurs.

Tableau 30 : Propositions pour une meilleure utilisation de technique de LAE à Mumosho

Propositions

Effectifs

%

- Plantation des arbres agro-forestiers

- Utilisation des haies vives

- Canalisation des fossés continus

55

54

46

35,5

34,9

29,6

TOTAL

91

100

Source :Enquête sur terrain

Selon les résultats d’enquête, la majorité des enquêtés ont fait remarquer qu’ils souhaitent la plantation des arbres agro-forestiers, 54 soit 34,9% l’utilisation des haies vive et 46 soit 29,6% la canalisation des fossés continus. De ce tableau nous formulons notre projet de la manière suivante comme solution aux difficultés d’adoption de la LAE à Mumosho: Projet de renforcement de LAE par la création  d’un centre agro-forestier. 

.

Partager ce travail sur :