Arrow Table de matières
2008034

CHAP III CADRE METHODOLOGIQUE

Dans ce chapitre, nous présentons et décrivons la population sur laquelle a porté notre étude, l’échantillon, les méthodes et  techniques de récolte des données et de leur traitement.

3.1. Population d’étude

                   La population d’étude est l’ensemble d’individus auxquels s’applique l’étude.

                   Pour R.MUCCHIELLI (1971 ,p, 28), la population est définie comme « l’ensemble du groupe humain concerné par les objectifs de l’enquête ».La population peut être finie ou infinie .Elle finit lorsqu’on connait exhaustivement le nombre d’individus qui la constitue .Si par contre ,le nombre d’individus n’est  pas connu avec exactitude ,on parle alors d’une population infinie .Ainsi notre population est constituée de tous les agents de la SNCC/Kalundu qui s’élevé à  50 agents ,d’où cette population est finie .

                   Pour G.MOKONZI (2012, p ,38), note que  la population mère  est l’ensemble de tous les individus qui ont ders caractéristiques précises en relation avec les objectifs de l’étude.

3.2. Echantillon d’étude

                   Selon G.DELANDSHEERE (1976, p, 337), échantillonner, c’est choisir un nombre limité d’individus, d’objets ou d’éléments dont l’observation peut conduire à des conclusions applicables à la population entière dans laquelle le choit a été fait.

                   Pour D.MALALA (2014, p, 19), l’échantillon est un sous ensemble d’individus qui seront enquêtés et qui sont censés représenter la population visée par l’observateur.

                   Quant à nous, un échantillon est une partie réduite de la population sur laquelle la récolte des données a été réalisée, données qui seront analysées afin d’en tirer des conclusions applicables à la population parente .Ainsi dans notre recherche nous avons utilisé l’échantillonnage exhaustif qui consiste à travailler avec toute la population.

                   Ainsi dans 50 sujets enquêtés seuls 45 sujets nous ont remis les questionnaires d’où la taille de l’échantillon est de 45 sujets.

3.3. METHODE ET TECHNIQUES UTILISEES

                   Pour réaliser ce travail, il est nécessaire de distinguer la méthode utilisée et les techniques de récolte des données sur terrain.

3.3.1. Méthode utilisée

                   Selon le dictionnaire La rousse (2008, p, 26), une méthode est une démarche organisée et rationnelle de l’esprit pour arriver à un certain résultat.

                   Dans le domaine scientifique le mot méthode signifie une suite d’opération à accomplir en vue d’atteindre un niveau déterminé de la recherche.

Pour nous, la méthode est un chemin ou une voie qui conduit vers un but.

                   Dans notre travail nous avons fait recours à la méthode d’approche quantitative qui consiste à poser la question de l’utilisation des instruments mathématiques en sciences sociales, en considérant que l’instrument mathématique en sciences sociales ne se prête pas de la même manière à la  quantification des données .Bref les méthodes quantitatives sont des méthodes d’observation et statistique .

3.3.2. Techniques de récolte des données.

                   Le choix d’un sujet impose en quelque sorte le choit de la technique .Une technique est un moyen, un instrument ou un ensemble d’outils au service d’une méthode .Elle est l’ensemble d’instruments et d’outils censés adéquat pour obtenir des informations sur un sujet donné.

                   Il existe plusieurs variétés de techniques dont le choit dépend de l’objet que l’on se fixe dans la recherche.  (D.MALALA).

3.3.2.1. Technique d’interview

                   Selon R.DELDIM et DEMOULIN (1994, p, 15), défissent l’interview comme étant un dialogue nécessaire de face à face, une communication essentiellement verbale entre deux personnes en contact ayant un objectif préalablement défini.

L’Interview est technique qui permet d’obtenir les informations au près d’un sujet en lui posant des questions ; elle sert donc à collecter les faits pour la vérification des hypothèses. Cette technique nous a été utile car elle nous a facilité a échangé avec le personnel dans de ce qui concerne leurs conditions de travail, ainsi partant de ce dialogue, nous avons eu quelques informations justifiants que les conditions de travail ne sont pas réunies.

3.3.2.2. Technique d’observation

                   Selon L.NGUAPITSHI (2013, p, 22), l’observation est la plus importante technique de récolte des données en sciences sociales, car rien ne peut remplacer un contact direct entre le chercheur et son terrain, entre le chercheur et son objet d’étude.

La technique d’observation nous a aidé à récolter les informations sans même poser des questions .Elle nous a permis de constater directement ce qui se passait dans les milieux.

3.3.2.3. Questionnaire d’enquête

                   Selon C.JAVEAU cité par BUHENDWA BISIMWA (2005, p, 29) un questionnaire est document comportant un des questions relatives à un système donné et sur lequel on note les réponses ou les réactions du sujet.

Pour D.MALALA (2015), le questionnaire est une suite des propositions ayant une certaine forme et certain ordre sur lequel on sollicite l’avis, le jugement, l’opinion ou l’évaluation d’un sujet interrogé .Il définit comme  un guide préfabriqué, précis et de taillé, identique pour tous les enquêtés.

Dans ce travail, le questionnaire a incité nos enquêtés à parler, en d’autres termes, ceux qui n’ont pas voulu exprimer leurs réactions verbalement l’on fait d’une manière spontanée sur le papier.

Cet  instrument a été administré sur 45 sujets qui constituaient notre échantillon.

  1. questionnaire du questionnaire

Selon P.ALBOU (1968, p ,30), construire un questionnaire, c’est d’abord préciser les objets de la recherche et en suite traduire ces objectifs en Items bien rédigés.

Pour G.DELANDSHEERE (1974, p, 32), l’élaboration d’un questionnaire comprend trois formes de questions à savoir :

  • les questions fermées : où le sujet n’a ni liberté d’expression ni possibilité de choit .Elles contraignent les sujets enquêtés à choisir l’une ou l’autre réponse en place.
  • Les questions ouvertes ou à réponses libres : qui laisse à l’enquêté la liberté de structurer lui-même sa réponse et l’exprimer dans son langage.
  • Les questions semi-fermées ou combinées : qui comportent une partie de réponses fixes et une partie de réponses libres.

Pour nous permettre de récolter les données sur terrain, notre questionnaire était élaboré sous forme écrite afin d’éviter toute forme d’influence et il est constitué de huit questions ouvertes.

Ces questions de mandaient au sujet de produire librement ses réponses avec ses éléments propres ou ses propres mots.

  1. Administration du questionnaire

L’administration du questionnaire de notre travail s’est effectuée sur un échantillon de 50 Sujets.

Nous avons utilisé pour cela les deux modalités suivantes :

-l’administration directe où les sujets notent eux-mêmes les réponses aux Items composant le questionnaire.

-l’administration indirecte où l’enquêteur note les réponses que lui fournit le sujet.

3.3.3. Mode de dépouillements des données

Pour J.HUMBLERT (1980, p, 17 ), le dépouillement des données est une opération permettant au chercheur de synthétiser ,résumer et classer les données récoltées à l’issue de l’enquête en tenant compte de diverses facettes des problèmes. Concrètement le dépouillement a permis la distribution des fréquences aux différentes réponses données aux questions ouvertes.

Pour A.RAY et al (1988, p, 1436), le traitement lui-même est le fait d’examiner minutieusement un fait, l’agiter, le de battre et discuter.

Après la récolté des protocoles, nous avons procédé au dépouillement item  par item selon le système de pointage. Celui-ci a permis de dégager les fréquences respectives qui nous ont conduits au calcul de pourcentage dont la formule se présente comme suit :

P=pourcentage

F=fréquence absolue

N=effectif total

3.4. DIFFICULTES RENCONTREES

                   Dans tout travail de recherche scientifique, le chercheur se trouve confronté à certaines difficultés constituant un frein à la réussite de l’œuvre entreprise.

                   Ainsi, nous nous sommes heurtés à de multiples difficultés qui se présentent comme suit ou de la manière suivante :

-l’acceptation du questionnaire par les enquêtés causé un problème du fait que les agents affichés un comportement de rejet ;

-l’insuffisance des ouvrages traitant de la thématique dans la  bibliothèque de l’USK/BUKAVU qui nous a conduit même à s’abonner dans d’autres bibliothèque de la ville.

-la perte de certains questionnaires par les enquêtés (la mortalité expérimentale) pour des raisons propres à eux-mêmes.

                   Pour contourné  ces difficultés, nous avons dû   user du courage et  de la persévérance dans le travail pour atteindre l’objectif assigné à ce travail.

Partager ce travail sur :