Arrow Table de matières
9935553

CHAP II CADRE METHODOLOGIQUE

La population d’étude ou univers d’enquête est définie par R.MUCCHEILLI (1976, p15), comme étant l’ensemble de personnes sur les quelles porte l’enquête.

Pour D’HAINAUT (1975, p.32), la population d’enquête est l’ensemble d’individus auxquels s’applique l’étude des limites de cette population et ses caractéristiques sont définies en fonction des objectifs de l’enquêteur.

De ces définitions citées ci-haut, il ressort que la population d’enquête peut être l’ensemble d’êtres humains d’une catégorie particulière permettant facilement au chercheur d’atteindre la réalité présumée dans l’abstrait du chercheur.

Notre population d’étude renferme 54 agents travaillant au sein de l’Hôpital Général de Référence de Kalonge. Etant donné que le nombre de la population d’étude à l’Hôpital Général de Référence de Kalonge est énormément grand, cela nous a poussé à prendre une partie considérable des agents  soignants (personnel soignants de l’Hôpital Général de Référence de Kalonge) qui nous ont fourni les informations réelles concernant les facteurs conduisant aux troubles de stress post-traumatiques à l’Hôpital Général de Référence de Kalonge.

En d’autres termes, la population peut être finie ou infinie. Elle est finie si le nombre d’unités dans la population est connu ou limité, par contre, elle est infinie lorsqu’elle est en nombre illimité ou inconnu.

II.1. ECHANTILLON

Il est difficile de travailler avec toute la population à cause de son inaccessibilité et de moyens financiers.

Les recherches se contentent de tirer un échantillon de cette population à partir de laquelle il va retirer des conclusions sur la population.

Selon R.MUCCHEILLI (1976, p.15),  l’échantillon est l’ensemble réel de cas sur lesquels est mené l’enquête, partie prise comme représentative de sorte que les conclusions tirées de l’analyse de la partie soient valables pour le tout.

Pour M.ANGERS, cité par J.MASUMBUKO (2007, p.19), un échantillon est un sous-ensemble d’une population en vue de constituer un échantillon. L’échantillon est enfin l’ensemble de cas choisis dans une population donnée de manière à la représenter et pouvant servir d’échelle pour apprécier des cas de même genre. En ce qui concerne le présent travail, nous avons enquêté différentes personnes qui étaient disponibles pour répondre à notre questionnaire et prêtes à l’interview, cause pour laquelle notre échantillon est dit occasionnel.

Nous avons alors un échantillon occasionnel de 41 sujets. C’est-à-dire, les agents qui travaillent à l’Hôpital Général de Référence de Kalonge de sexes et d’âges confondus auxquels nous avons administré l’instrument de notre recherche.

Tableau 1 : Répartition de notre échantillon selon la variable âge et sexe

Age                        Fréquence

                                                                

                                  F

             M                      Total                          

                %

20 à 25 ans               4

              3                           7

                              17

25 à 30 ans               2

              7                            9

                               22

30 à 35 ans               2 

               3                           5

                               12

35 à 40 ans               5                         

               8                          13         

                               32

40 à 45 ans               0

               4                           4

                               10

45 à 50 ans               4

               1                            5  

                                5

50 à 55 ans               0

               0                            0

                                0

55 à 60 ans               0

               0                            0

                                0

60 et plus                  0

               1                            1

                                2

Total général           14

               27                        41

                               100 %

Source : nos enquêtés sur terrain.

Il ressort de ce tableau que parmi nos enquêtés, 7 enquêtés dont 4 femmes et 3 hommes, soit 17 % ont l’âge variant entre 20 à 25 ans, 9 enquêtés dont 2 de sexe féminin et 7 de sexe masculin, soit 22 % ont l’âge variant entre  25 à 30 ans, 5 enquêtés dont 2 de sexe féminin et 3 de sexe masculin, soit 12 % ont l’âge variant entre 30 à 35 ans , 13 enquêtés dont 5 de sexe féminin et 8 de sexe masculin, soit 32 % ont l’âge variant entre 35 à 40 ans, 4 enquêtés de sexe masculin tous soit 5 % ont l’âge variant entre 40 à 45 ans, 2 enquêtés dont un homme et une femme, soit 5 % ont l’âge variant entre 45 à 50 ans et 1 enquêté du sexe masculin soit 2 % qui a l’âge qui varie entre 60 ans et plus.

Au regard de ce qui précède, notre constat est que la majorité de nos enquêtés ont l’âge variant entre 35 à 40 ans.

II.2. TECHNIQUES DE RECOLTE DES DONNEES

Pour tout travail scientifique, personne ne peut prétendre être en possession de toutes les informations nécessaires. Il doit se servir des techniques de la récolte des données à sa disposition.

Aucune technique n’est donc parfaitement objective.

Selon S. MWANGA (2007, p27), la technique est le moyen d’atteindre un but, elle représente les opérations limitées à des éléments pratiques concrets et des méthodes d’un art, d’un métier.

Une technique est un moyen, un ensemble d’outils au service de la méthode.

Elle est l’ensemble d’instruments adéquats permettant la collecte et le traitement des données brutes nécessaires à la vérification de l’hypothèse.

Il n’a pas été facile de mener les études aisément, c’est pour cette raison qu’il nous a été exigé d’utiliser certaines techniques qui nous ont permis d’avoir les informations nécessaires se rapportant à notre sujet.

Dans le cadre de notre travail, nous avons fait recours à la technique documentaire, à la technique d’enquête par questionnaire et l’interview libre.

II.2.1. TECHNIQUE DOCUMENTAIRE

Pour G.BAKOMEZI (2011-2012, p.29) ; le document constitue les instruments privilégiés du chercheur. La technique documentaire sert à collecter et à interpréter les informations  recueillies dans différents documents pour produire des connaissances scientifiques.

La technique documentaire consiste à la lecture, à la consultation d’un certain nombre de documents disponibles pour y puiser des éléments sur le sujet à étudier. Cette technique nous a amené à consulter des ouvrages, des travaux (mémoire, TFC), des articles, revues, les archives de l’Hôpital Général de Référence de Kalonge (Rapports annuels), ainsi que d’autres documents en rapport avec les facteurs conduisant aux troubles de stress post-traumatiques dans différentes bibliothèques de la place.

II.2.2. L’INTERVIEW LIBRE

Selon A.BRUND cité par MWANGA (2007, p.25), l’interview est une technique qui a pour but d’organiser un rapport de communication verbale entre deux personnes, l’enquêteur et l’enquêté afin de permettre au premier de recueillir certaines informations concernant un objet précis.

Cette technique a été menée auprès de certains agents soignants et d’encadreurs des personnes malades afin d’avoir toutes les informations relatives à notre sujet de recherche.

Selon E.BAGALWA (2010, p.47), l’entretien ou l’interview est une conversation contrôlée dans laquelle l’intervieweur tente d’obtenir les informations auprès de son interlocuteur.

La conservation prend ordinairement la forme d’une série de questions posées par l’interviewé.

Ainsi, on distingue quatre principales formes d’interviews à savoir :

  • interview structurée individuelle,
  • interview structurée de groupe,
  • interview non structurée de groupe
  • interview non structurée individuelle.

En ce qui nous concerne, nous nous sommes muni d’un guide d’entretien afin de nous entretenir avec chaque personne enquêtée à ce sujet.

De cet effet, nous avons recouru à l’interview structurée individuellement.

II.2.3. LE QUESTIONNAIRE D’ENQUETE

Selon C. JAVEAU (1971, p2), un questionnaire est un document comportant un nombre de questions relatives à un système donné et sur lequel on note les réponses et les réactions du sujet.

Selon R.PINTO ET M.GRAWITZ (1971, p649), le questionnaire représente l’outil qui permet d’une part de motiver l’enquêté à parler et d’autre part d’obtenir les informations adéquates pour l’enquêteur.

DELANDSHEERE cité par G.BAKOMEZI (2012, p31), distingue deux types de questions à réponses fermées et à réponses ouvertes. A côte de ces deux, existe une autre forme des questions : ce sont des questions semi-ouvertes.

II.2.3.1. ELABORATION DU QUESTIONNAIRE

En élaborant notre questionnaire d’enquête nous nous sommes référés aux objectifs que nous nous sommes assignés.

Notre objectif au départ était de détecter les facteurs qui conduisent aux troubles de stress post-traumatiques à l’Hôpital Général de Référence de Kalonge.

Cet objectif nous a permis  de construire notre questionnaire. Nous sommes parti de l’une de formes de questions, c’est le type dit question fermée et ouverte citées ci-haut qui nous a aidé pour la récollette des informations.

II.2.3.2. LA PRE-ENQUETE

Elle consistait pour nous à tester si nos questions étaient bien construites. Elle nous a aidé à changer certaines questions et à maintenir d’autres. C’est dire que c’était un essai pour voir comment nos enquêtés vont se comporter.

II.2.3.3 L’ADMINISTRATION DU QUESTIONNAIRE PROPREMENT DIT

L’administration de notre questionnaire ou guide d’entretien a porté sur les sujets des sexes opposés, des âges et des professions confondues.

Nous avons administré notre questionnaire en utilisant deux sortes des questionnaires :

  • Le questionnaire d’administration directe pour les agents qui savaient lire et écrire, où eux-mêmes notaient la réponse,
  • Le questionnaire d’administration indirecte pour les sujets qui ne savaient pas lire et écrire où nous étions dans l’obligation de leur expliquer les questions et noter les réponses qu’ils nous donnaient.

II.2.3.4. MODE DE DEPOUILLEMENT DES DONNEES

Pour les items remplis par nos enquêtés, nous avons directement procédé à la distribution des fréquences aux différentes réponses réservées aux questions de guide d’entretien.

Ensuite, nous avons enregistré la fréquence et le pourcentage d’apparition de chaque réponse en utilisant la méthode de pointage afin d’apprêter celle-ci à une interprétation.

Le dépouillement a été ainsi qualitatif et quantitatif.

Nous avons utilisé les calculs des pourcentages dont la formule est la suivante :

P ou% =

Ou P= pourcentage ; f= effectif ou fréquence absolue et n= effectif total des enquêtés.

II.3. DIFFICULTES RENCONTREES

Les difficultés rencontrées étaient les suivantes :

  • La résistance ou refus de certaines personnes de nous recevoir et répondre à nos questions ; certaines se comportaient de la sorte parfois pour le motif non fondé.
  • la distance nous séparant de lieu de recherche par rapport à notre lieu de service et de résidence.
  • Les difficultés liées à l’enquête sous toutes ses formes.

Pour contourner les difficultés rencontrées, nous étions obligé de patienter, endurer les multiples moqueries manifestées à notre égard.                                                                                                                         

 A toutes ces difficultés, nous ne nous sommes pas découragés, nous avons le courage d’expliquer aux résistants l’objectif de notre étude.

Partager ce travail sur :