Arrow Table de matières
5814371

CHAP.I. : MONOGRAPHIE DE LA VILLE DE BUKAVU

I.1. PRESENTATION DE LA VILLE DE BUKAVU

Ce chapitre explique certains éléments ethnographiques de la ville de Bukavu qui est le cadre d’étude de notre recherche. Ainsi, il présente l’ordonnance et la date de sa création, la situation géographique, l’aspect économique, l’aspect socioculturel, la situation démographique. Il démontrer par la suite que le lien peut il exister entre ces éléments et la formation éducation des filles et des femmes.

Par l’ordonnance loi n°12/137 du 03 Septembre 1958 du gouverneur général portant création de la ville de Bukavu qui constituait le chef de lieu de l’ex KIVU et par l’ordonnance loi n°88-031 du 20 Juillet 1988 portant découpage territorial de l’ex Kivu, Bukavu est devenue le chef de la province du Sud Kivu.

I.1.1. La situation géographique

Bukavu est située dans le bassin d’effondrement Africain appelé East Valley du graben. Il s’agit de la vallée allant du lac Moero en passant par le lac Id Amin, Kivu et Tanganyika. Son relief est aussi accidenté où nous trouvons des plateaux à l’Est d’une basse altitude de 1614 mètres des zones de bas fonds.

A l’Ouest des collines, les versants contiennent certains escarpement et au sud, le lac  avec quelques plateaux et une petite vallée longeant la Rivière Ruzizi, affluant du lac Tanganyika. Bukavu est limitée au Nord par le lac Kivu, à l’Est par la vallée de Ruzizi et à l’Ouest comme au Sud par la collectivité chefferie de Kabare. 

I.1.1.1. Le climat

La vallée de Bukavu est caractérisée par un climat tropical humide dont les températures sont modérées par l’altitude et la présence du lac. Sa température moyenne annuelle est de 20,5°C le maxima absolu entre 28,5 et 34°C.

Le climat est subdivisé en deux saisons :

  • La saison pluvieuse, qui va de Septembre à Avril, et dure 8mois,
  • La saison sèche qui va de Mai à Août et dure 4 mois. Ses variations saisonnières sont peu remarquables.

I.1.1.2. Le sol

Le sol de la ville de Bukavu est argileux et de couleur rouge. Il résulte de l’altération profonde de Trachyte et de Basaltes. Parfois le sol est très peu perméable et occasionne avec le concours du relief et des précipitations abondantes des ruissellements qui sont responsables de plusieurs formes d’érosions observables dans la ville : un mécanisme réel de la dégradation accélérée de l’urbanisation de départ.

I.1.1.3. La végétation

De part son relief et son climat, la ville de Bukavu devrait avoir une végétation forestière d’autre fois. Malheureusement aujourd’hui, elle est en disparition à cause de l’action de l’homme et le déboisement incontrôlé. Cette façon d’agir laisse le sol nu, favorisant ainsi l’érosion sur toute la ville.

I.1.1.4. Structure administrative

La ville de Bukavu est formée administrativement par trois commune ( Kadutu , Ibanda et Bagira).

Tableau n°1 : Subdivision administrative de la ville de Bukavu.

Communes

Quartiers

Cellules ou localités

KADUTU

-      Cimpunda

-      Kajangu

-      Kasali

-      Mosala

-      Nkafu

-      Nyakaliba

-      Nyamugo

-      Nyamulagira

-      Elila

-      Sake

-      Burhalaga

-      Ulinoli

-      Funu

-      Buholo

-      Rhukumbuka

-      Clinique utu

-      Camp TV

-      Mulima

-      Lomami

-      Kawa

-      Byasi

-      Karhunva

-      Kahuzi

-      Karhale

IBANDA

-      Ndendere

-      Nyalukemba

-      Panzi

-      Maniema

-      Kibombo

-      Ruzizi

-      Muhungu III et III

-      Nyamoma

-      Nguba

-      Mulengeza

-      Route d’Uvira

-      Mukukwe

-      Muhumba I et II

-      Nyuawera

-      Irambo

-      Essence

-      Chai

BAGIRA

-      Lumuba

-      Nyakavogo

-      Kasha

-      Chinyamuzige

-      Kajangu

-      Bobozo

-      Potopoto

-      Fariala I et II

-      Chibera

-      Ciriri

-      Chikonyi

-      Kanoshe

-      Mulambula

-      Mulwa

Source : Mairie de Bukavu, rapport annuel, 2010

Commentaire : Le tableau ci haut renseigne que la ville de Bukavu se subdivise en 3 communes à savoir : Bagira, Ibanda et Kadutu. Elle compte 20 quartiers dont certains requièrent  la reconnaissance par l’autorité compétente et en 43 cellules et sous localités.

La ville de Bukavu, siège administrative du sud Kivu se situe au bord du lac Kivu. Elle occupe sa  partie méridionale.

  • Au nord : le lac Kivu
  • Au Sud : territoire de Kabare
  • A l’Est : le Rwanda dont elle est séparée par la rivière Ruzizi.

La ville est découpée des baies et corps donnant sur le lac. Elle est accidentée des collines et des plateaux coupés de vallées et s’étend sur une superficie de 4490km² et aussi habitée par une population hétérogène, ville à vocation touristique est réservée pour 5 hôtels de haut standings à savoir : l’Hôtel résidence ; l’Hôte horizon ; l’Hôtel la roche ; l’Hôtel Bulungu ; l’Hôtel Elila ; l’Hôtel orchids Safari. On y trouve également d’autres auberges tels que : COCO Lodge, Nard hôtel, etc

I.1.1.5. Situation démographique

Bukavu comme toute autre ville de la RDC,  est une vile en  perpétuelle accroissement démographique. Elle regorgeait en son sein en 2003 382 865 habitants composés de la population locale et étrangère. Pour le besoin de la cause, nous allons présenter cette  population, par commune. Les statistiques démontrent que les filles sont plus nombreuses par rapport aux garçons dans la ville de Bukavu d’où la nécessité de leurs accordés les mêmes chances d’accès à l’éducation comme les filles.

Tableau n°2 : STATISTIQUES DE LA POPULATION CONGOLAISE  PAR GROUPE D’AGE, PAR SEXE ET COMMUNE DE LA VILLE DE BUKAVU

Groupe d’âge

Commune de BAGIRA

Commune d’IBANDA

Commune de KADUTU

Population total de la ville de Bukavu

Hommes

Femmes

Total

Hommes

Femmes

Total

Hommes

Femmes

Total

Hommes

Femmes

Total

0 à 4ans

16682

22 535

39217

17522

19049

36571

18655

18974

37629

52859

60558

113417

5 à 9 ans

15433

16408

31841

19278

23047

42325

22754

22828

45582

57465

62283

119748

10  à 14ans

14918

16332

31250

19168

22075

41243

21360

21299

42659

55446

59706

115152

15 à 19 ans 

15274

16015

31289

19491

22889

42380

18981

20121

39102

53746

59025

112771

Sous total de 0 à  19 ans

62307

71290

133597

75459

87060

162519

81750

83222

164976

219516

241572

461088

20 à 24 ans

3714

4283

7997

5231

6128

11359

4379

47118

9097

13324

15129

28453

25 à 29 ans

3488

3765

7253

4849

5363

10212

5277

5328

10605

13614

14456

28070

30 à 34 ans

2978

3141

6119

4722

5098

9820

5136

5159

10295

12836

13398

26234

35 à 39ans

2497

2731

5228

4775

5140

9915

5303

5180

10483

12575

13051

25626

40 à 44 ans

3115

2326

5441

4292

5014

9306

4712

4491

9203

12119

11831

23950

45 à 49 ans

2927

3096

6023

3812

3563

7375

4463

4178

8641

11202

10837

22039

Source : Mairie de Bukavu


Tableau n°3 : Récapitulatif de recensement de la population congolaise et étrangère  par  commune de la mairie de Bukavu premier trimestre 2009.

Subdivision administrative

Population congolaise

Population étrangère

Population totale

Total général

Adultes

Enfants

Total

Adultes

Enfants

Total

Adultes

Enfants

Total hommes

Total femmes

Total enfants

Hommes

Femmes

Garçons

Filles

Hommes

Femmes

Garçons

Filles

Hommes

Femmes

Garçons

Filles

1.       Bagira

29239

31953

44108

46108

151324

46

27

32

34

139

29285

31980

44140

46050

73425

78038

155463

2.       Ibanda

38309

48770

56139

67065

210280

128

197

53

61

459

38434

48967

56192

67127

94626

116093

210719

3.       Kadutu

39405

40647

47372

49917

177341

81

99

43

58

281

39486

40746

47415

49975

86901

90721

177622

Total général

106950

121370

147619

163006

538945

255

323

128

153

859

107205

121693

147747

163159

254952

284852

539804

Source : Mairie de Bukavu, tableau récapitulatif de recensement de la population congolaise et étrangère par commune, premier trimestre 2012.

Commentaire :   Ce tableau illustre comment le nombre des femmes est supérieur  à celui des hommes, aussi celui des enfants dépasse largement celui des adultes

I.1.1.6. Structures  sanitaires

La population de Bukavu a le privilège de se faire soigner dans des hôpitaux de grande réputation tel que l’Hôpital Général provincial de Référence de Bukavu, de Panzi et de Ciriri,  auquel, il nous faut ajouter les centres de santés répartis selon les zones de santé.

Nous avons aussi plusieurs  pharmacies dans toutes les communes et également quatre institution chargées de la formation et de la recherche en santé qui sont : l’ISTM, la faculté de médecine de l’UOB et de l’UCB et la faculté de médecine de l’UEA. A part ces formations universitaires, Bukavu compte aussi d’autres cliniques privées, dispensaires et des cabinets de consultations médicales et de médecine traditionnelle.

I.1.2. Aspects économiques

La ville de Bukavu est économiquement une entité de production et de consommation mais la capacité productive est minimale à celle de la consommation par le fait que la grande partie des produits agricoles marines et l’élevage  viennent des régions voisines et des zones rurales du Sud Kivu. On y cultive le sorgho, le maïs, le haricot, les légumes,… signalons aussi l’élevage des poules, des lapins, des cobayes, le petit et rarement le grand bétail.

I.1.2.1. Agriculture et élevage

L’agriculture de Bukavu se pratique à faible échelle et sur le lopin de terre dans les parcelles. Toute fois, il s’agit d’une agriculture de subsistance, une activité pratiqué par la plupart des femmes mais celle-ci ne parviennent pas à couvrir les besoins domestiques.

Outre l’agriculture, l’élevage est aussi une activité à laquelle se livre la population de la ville de Bukavu. Cet élevage est peu développé suite au manque d’espace approprié, d’où l’élevage de quelques bêtes comme les poules, cobayes, porcs,… et qui font l’objet des méthodes d’élevage traditionnelles.

a proportion du production agro-pastorale est très faible moins de 16% mais à cause de l’insécurité grandissante, la population ne pratique presque pas d’élevage des gros bétails. Signalons que l’agriculture et l’élevage pratiquée dans les parcelles est souvent la responsabilité de la femme.

I.1.2.2. Industries et artisanat

Les industries et l’artisanat qui sont installés à Bukavu sont entre autres :

  • La Pharmakina, pour la fabrication des produits pharmaceutiques,
  • La Bralima, pour la fabrication des bières, sucrés et autres boissons,
  • Le BDOM, pour la fabrication des bouteilles, emballages, et autres boîtes de conservation.

Nous trouvons ainsi des usines des matières plastiques, des matelas (groupe GINKI).

L’artisanat à Bukavu fait partie des sources principales des revenues de la population. Il se manifeste par la présence des ateliers ici et là, ainsi que l’étalage des produits en ville fabriqués par ces artisans. Il est à noter que les industries qui sont à Bukavu, ne prennent pas beaucoup de femmes dans leur personnel du fait de leur faible niveau d’étude et de formation.

I.1.2.3. Transport et commerce

Le transport dans la ville de Bukavu souffre du mauvais état des routes sur certains tronçons. Cependant, il y a quelques changements en cours, les travaux de réhabilitation des routes et nous pensons que la situation pourra s’améliorer dans les jours à venir.

Bukavu est relié à Goma par un port lacustre desservi par la SNCC et par l’aéroport de Kavumu situé à 33km du nord.

Le commerce à Bukavu est tourné vers l’extérieur, surtout du fait que les hommes d’affaires et bien  d’autres personnes s’approvisionnent en produits manufacturés, alimentaires et d’autres, même y installent leurs usines dans différents secteurs. Nous constatons que le commerce a pris la place prépondérante dans la vie de la population de Bukavu,

Les femmes sont des moins en moins  présentes dans le transport. Ceci s’explique par le fait que ces dernières ne sont pas encouragées par leurs parents, ni la société à apprendre le métier de mécanique automobile, métier traditionnellement réservé aux seuls garçons (hommes).

I.1.2.3. Aspects socioculturels

La ville de Bukavu est constituée par une population diversifiée mais cette population est à plus de 65% constituée par le « shi » qui signifie un homme attaché à la terre. Aujourd’hui, la ville de Bukavu est considérée comme une ville cosmopolite à cause de l’interculturel qu’elle présente 

Les coutumes locales discriminent encore malheureusement les filles et les femmes qui ne participent pas à l’héritage, ont aussi difficile à la formation et à l’éducation et ne peuvent pas disposer des biens.

I.3. SITUATION SOCIO-DEMOGRAPHIQUE ET ADMINISTRATIVE DE LA VILLE DE BUKAVU

I.3.1. LA CROISSANCE  DEMOGRAPHIQUE

La ville de Bukavu, à l’instar des autres villes actuellement en République Démocratique du Congo connaît une croissance rapide de la population. Elle est parmi les villes les plus densément peuplées mais également la moins étendue. Des études sur la population de Bukavu montrent notamment que cette population est en pleine évolution liée à la forte natalité, migration non contrôlée, à l’exode rural et au déplacement causé par l’insécurité persistante ainsi que la pauvreté dans les milieux ruraux périphériques de la ville de Bukavu.

I.3.4. HABITAT

Trois types d’habitats cohabitent à Bukavu :

  • Les maisons individuelles de haut standing qu’on trouve dans l’ancienne zone européenne (la commune d’Ibanda) ;
  • Les maisons planifiées construites entre 1935 et la fin des années cinquante et les quartiers d’urbanisation spontanés et/ou l’auto-construction est la règle.
  • Les maisons de Kadutu et Bagira, l’envahissement des espaces verts le long du lac Kivu en commune d’Ibanda. La plupart des maisons sont en planches, en bois et en pisée.

Les habitations sont généralement construites en briques cuites avec couverture en tuile ou en tôles dans les quartiers résidentiels de la commune d’Ibanda. La densité de la population est devenue très élevée, cela est favorisé par le manque d’une politique de planification familiale et le flux de déplacement massif de la population rurale vers Bukavu à la recherche de la sécurité, tant physique qu’économique.

Contrairement au Rwanda voisin, on remarque que les maisons en dur sont également construites par les femmes qui ont appris la maçonnerie. Chez nous, tous ces métiers ne semblent pas intéresser les filles/femmes car dans la tradition, on estime que les métiers lourds comme la maçonnerie sont réservées aux hommes qui ont assez d’énergie physique. Pourtant, il est clairement visible s’il existait des centres qui militent en faveur de l’apprentissage des métiers, toutes ces filles inoccupées seraient disposées à apprendre ces métiers.

Partager ce travail sur :